Enquête sur le tabagisme chez les jeunes (ETJ)

Information détaillée pour 2002

Statut :

Inactive

Fréquence :

Irrégulière

Numéro d'enregistrement :

4401

L'objectif principal de l'Enquête sur le tabagisme chez les jeunes (ETJ) est de fournir des renseignements courants sur les habitudes en matière de tabagisme des jeunes de la 5e à la 9e année (5e et 6e années du primaire et 1re, 2e et 3e années du secondaire au Québec) et d'évaluer les changements qui se sont produits depuis la dernière fois que l'enquête était menée. De plus, on recueille des données de base sur la consommation d'alcool et de drogues chez les élèves de la 7e à la 9e année (de la 1re à la 3e année du secondaire au Québec). Les résultats de l'Enquête sur le tabagisme chez les jeunes servent à évaluer des programmes de la lutte au tabagisme et à la consommation de drogues ainsi qu'à élaborer de nouveaux programmes.

Date de la parution - 14 juin 2004

Aperçu

L'objectif principal de l'Enquête sur le tabagisme chez les jeunes (ETJ) est de fournir des renseignements courants sur les habitudes en matière de tabagisme des jeunes de la 5e à la 9e année (5e et 6e années du primaire et 1re, 2e et 3e années du secondaire au Québec) et d'évaluer les changements qui se sont produits depuis la dernière fois que l'enquête était menée. De plus, on recueille des données de base sur la consommation d'alcool et de drogues chez les élèves de la 7e à la 9e année (de la 1re à la 3e année du secondaire au Québec). Les résultats de l'Enquête sur le tabagisme chez les jeunes servent à évaluer des programmes de la lutte au tabagisme et à la consommation de drogues ainsi qu'à élaborer de nouveaux programmes.

L'ETJ recueille des renseignements sur les aspects suivants :

- La prévalence du tabagisme chez les élèves de la 5e à la 9e année (5e et 6e années du primaire et 1re, 2e et 3e années du secondaire au Québec);

- Les types d'habitudes en matière de tabagisme des jeunes (p. ex., fumer pour l'expérience, fumer à l'occasion ou fumer tous les jours);

- Les facteurs sociodémographiques associés au tabagisme (p. ex., qu'est-ce qui motive les jeunes à fumer? Sont-ils influencés par leur famille, leurs amis?);

- Où et comment les jeunes se procurent des cigarettes;

- Quelles sont les attitudes et les croyances des jeunes à l'égard du tabagisme (y compris la sensibilisation aux risques pour la santé);

- Ce que les jeunes pensent et retiennent des avertissements sur les risques pour la santé sur les paquets de cigarettes;

- Expérience de la consommation d'alcool, de drogues et de médicaments pris pour des motifs non médicaux.

Sujets

  • Comportements à risque
  • Enfants et jeunes
  • Mode de vie et conditions sociales
  • Santé

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population visée est l'ensemble des jeunes Canadiens âgés de 10 à 14 ans de la 5e à la 9e année (5e et 6e années du primaire et 1re, 2e et 3e années du secondaire au Québec) qui fréquentent l'école publique ou privée. Sont spécifiquement exclus du champ de l'enquête les résidents du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut, les personnes qui vivent dans les réserves indiennes et les pensionnaires d'établissements. Les jeunes qui fréquentent des écoles spéciales (écoles pour les aveugles ou pour les sourds et muets) ou des écoles situées sur les bases militaires sont également exclus de la population cible. De plus, la population qui a été réellement recensée diffère quelque peu de la population visée. Les différences peuvent être regroupées dans les catégories suivantes :

1) Les jeunes inscrits dans des classes de petite taille (moins de 10 élèves) et;

2) Les jeunes vivant dans l'une de ces régions éloignées :

Terre-Neuve-et-Labrador en haut du 55e parallèle,
Québec en haut du 51e parallèle et les Îles-de-la-Madeleine,
Ontario en haut du 51e parallèle,
Manitoba et Saskatchewan en haut du 55e parallèle,
Alberta et Colombie-Britannique en haut du 57e parallèle et les îles de la Reine-Charlotte.

Ces deux catégories n'étaient pas éligibles pour participer à l'enquête mais font tout de même partie de la population visée. Ces exceptions représentent une estimation d'environ 2,3 % de la population visée.

Élaboration de l'instrument

Étant donné que la comparabilité avec les résultats de l'enquête de 1994 constituait un objectif important de l'ETJ de 2002, seules de petites modifications ont été apportées à la formulation des questions qui ont été posées aux enfants en 1994. La disposition et le style du questionnaire ressemblaient beaucoup à la version initiale. Afin de ne pas influencer les réponses aux questions liées au tabagisme, les questions portant sur la consommation d'alcool et l'usage de drogues ont été ajoutées à la fin du questionnaire destiné aux étudiants plus âgés. Les nouvelles questions au sujet des activités des enfants, ainsi que celles évaluant l'estime de soi, provenaient de l'Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes.

On a testé la version préliminaire du questionnaire au printemps de 2002 auprès d'élèves provenant de différents niveaux scolaires, avec ou sans expérience de la cigarette, avec de bonnes ou de basses notes, garçons et filles, anglophones et francophones. Les participants ont d'abord rempli le questionnaire pour ensuite commenter et clarifier certaines de leurs réponses lors d'une entrevue individuelle.

Le but principal du questionnaire des parents demeurait de recueillir des renseignements sociodémographiques sur la famille de l'enfant. Toutefois, la conception du questionnaire a été grandement modifiée par rapport à celle de 1994. Des 15 questions qui s'adressaient aux parents, 13 étaient des questions standardisées tirées d'autres enquêtes. On a testé le questionnaire des parents de façon informelle.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

L'Enquête de 2002 sur le tabagisme chez les jeunes a été menée auprès d'un échantillon d'élèves de la 5e à la 9e année (5e et 6e années du primaire et 1re, 2e et 3e années du secondaire au Québec) en échantillant des classes tirées d'une base couvrant l'ensemble des écoles publiques et privées au Canada. Le plan de sondage a été construit selon un plan de sondage par grappes stratifié à deux degrés au sein duquel les écoles constituent les unités primaires d'échantillonnage et les classes, les unités secondaires. Tous les étudiants faisant partie d'une classe sélectionnée étaient enquêtés (environ 19 000 élèves).

Le plan d'échantillonnage comporte trois niveaux de stratification. Tout d'abord, chaque province représente une strate. Ensuite, on a utilisé un stratification implicite par niveau de scolarité (de 5e à la 9e année -- 5e et 6e années du primaire et 1re, 2e et 3e années du secondaire au Québec) et enfin, on a stratifié les écoles selon si elles appartenaient ou non à une région métropolitaine de recensement (RMR). On a ajouté des strates supplémentaires pour le Québec (Montréal) et l'Ontario (Toronto). (Au Québec, les écoles anglophones et bilingues faisaient partie de la strate appelée « anglaises sans égard à la RMR ». Les écoles francophones ont été stratifiées selon leur appartenance ou non à une RMR ou à la strate de Montréal). On a ensuite sélectionné un échantillon indépendant dans chaque strate ce qui signifie que certaines écoles peuvent être sélectionnées plus d'une fois mais pour des niveaux de scolarité différents.

L'échantillon des écoles a été sélectionné de façon systématique avec probabilité proportionnelle à la taille de l'école, c'est-à-dire au nombre total d'élèves pour chaque strate. Pour garantir une meilleure représentativité par taille des commissions/conseils scolaires et des écoles, le fichier des écoles a d'abord été trié par taille de commission scolaire et ensuite par taille d'école de chaque commission/conseil scolaire. La sélection des unités secondaires d'échantillonnage (classes) a été faite sur le terrain par un intervieweur qui choisissait de façon aléatoire une classe dans le niveau de scolarité concerné. On a ainsi obtenu un échantillon final de 1 070 classes provenant de 982 écoles appartenant à 327 commissions/conseils scolaires.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : Octobre 2002 à décembre 2002

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Les activités de collecte de l'enquête ont été menées dans les écoles entre les mois d'octobre et décembre 2002. Parmi ces activités, on inclut l'envoi postal de la lettre d'introduction aux écoles choisies, la sélection des classes qui participaient à l'enquête et la supervision des sessions en classe au cours desquelles les élèves remplissaient leur questionnaire. Ces activités de collecte de données furent précédées d'un long processus de consentement des commissions et des conseils scolaires qui a commencé en juin 2002.

Seuls des intervieweurs expérimentés de Statistique Canada ont travaillé sur cette enquête. La tâche moyenne désignée était trois classes par intervieweur. Si plus d'une classe, jusqu'à un maximum de quatre classes, était sélectionnée dans une école, toutes les classes étaient assignées au même intervieweur. Cette façon de procéder permettait qu'un seul intervieweur soit désigné pour chaque école et qu'un nombre minimal de visites y soient effectuées. L'attribution des écoles a été faite en fonction de la répartition géographique des écoles et du lieu de résidence des intervieweurs.

On a permis aux intervieweurs de recevoir une formation pouvant aller jusqu'à 4 heures. Cette formation comprenait la lecture du Manuel de l'intervieweur, faire les exercices de révision, répondre aux questions du test posées par téléphone par les intervieweurs principaux et discuter de toutes questions portant sur la collecte des données. Les gestionnaires de collecte des données de l'ETJ des bureaux régionaux ont participé à une séance de formation en salle de classe de deux jours à Ottawa pour plus tard formés les intervieweurs principaux.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

Comme en 1994, le questionnaire des jeunes a été développé avec très peu d'instructions indiquant de « passez à ». On croyait que ce type de questions pouvait être suivies de manière incorrecte par de jeunes répondants âgés de 10 à 14 ans et pourraient identifier des fumeurs comme de non-fumeurs pendant la session en salle de classe, puisque ces derniers auraient mis beaucoup moins de temps à remplir le questionnaire.

Le questionnaire a été vérifié en utilisant une approche de logique descendante. Pour réaliser cette tâche, il fallait d'abord déterminer les enchaînements avant d'entreprendre l'écriture du programme de vérification. L'élément principal était d'établir la situation des répondants vis-à-vis la cigarette étant donné que plusieurs questions concernaient seulement les fumeurs. Comme ce fut le cas du questionnaire de 1994, on a révisé les réponses de plusieurs questions pour relever les incohérences entre les questions principales utilisées comme indicateurs de la situation du répondant vis-à-vis la cigarette.

La première étape du traitement d'enquête effectué au bureau central à été de remplacer les valeurs « hors limites » incluses dans le fichier de données par des blancs. Ce processus a été conçu pour faciliter les vérifications ultérieures.

Les erreurs dans le déroulement du questionnaire, où l'on a relevé des questions qui ne s'appliquaient pas au répondant (et auxquelles on n'aurait donc pas dû répondre) renfermaient des réponses constituaient le premier type d'erreurs traitées. Dans ces cas, une vérification par ordinateur a éliminé automatiquement les données superflues en suivant l'ordre du questionnaire dicté par les réponses à des questions antérieures et subséquentes, parfois.

Le second type d'erreurs traitées avait trait à un manque d'information dans les questions pour lesquelles le répondant aurait dû répondre. Pour ce type d'erreur, un code de non-réponse ou « non déclaré » était attribué au poste.

Quelques non-réponses ont dû être imputées. L'imputation est le processus utilisé pour résoudre les problèmes reliés aux réponses manquantes, invalides ou incohérentes qui sont repérés à l'étape de la vérification. Ce processus consiste à changer certaines des réponses ou des non-réponses de l'enregistrement qui fait l'objet d'une vérification pour faire en sorte qu'un enregistrement plausible et intrinsèquement cohérent soit créé.

Imputation

Même si on a assigné un code « Non déclaré » à la plupart des variables de non-réponse ponctuelle, on a dû imputer la question Y_Q16 (As-tu fumé 100 cigarettes ou plus au cours de ta vie?) car la variable était essentielle pour calculer la situation vis-à-vis du tabagisme. Les enregistrements qui présentaient des réponses « Non déclaré » et « Ne sait pas » ont été imputés en utilisant une méthode d'imputation par donneur ou « hot deck » communément appelée imputation par la méthode du plus proche voisin.

On a également imputé les questions Y_Q11A (As-tu déjà essayé de fumer une cigarette, ne serait-ce que quelques bouffées (« puffs »)?) et Y_Q14 (As-tu déjà fumé une cigarette au complet?) à cause de registres manquants. Ces questions sont un point pivot déterminant dans les enchaînements valides. Pour reconcilier et déterminer l'imputation de ces deux variables, on a considéré plusieurs variables. On a retenu Q11A, Q14 et Q15 comme champs primaires et Q16, Q17, Q18, Q19 et Q20 comme champs secondaires.

Estimation

Les poids statistiques associés à chaque enregistrement représentent le nombre de personnes sélectionnées que contient chacun des enregistrements. La pondération de l'Enquête sur le tabagisme chez les jeunes comprend plusieurs étapes :

1) Poids initial d'échantillonnage (le poids de l'école)

2) Ajustement pour la non-réponse au niveau de l'école

3) Ajustement pour la sélection d'une classe (le poids de la classe)

4) Ajustement pour la non-réponse au niveau de la classe

5) Ajustement pour la non-réponse au niveau des élèves

6) Ajustement de post-stratification

Afin de fournir des coefficients de variation (CV) applicables à un grand nombre d'estimations catégoriques produites à partir de ce fichier de microdonnées et auxquels il serait facilement possible pour l'utilisateur d'avoir accès, un ensemble de tables de variabilité d'échantillonnage approximative a été produit. Ces tables de CV permettent à l'utilisateur d'obtenir un coefficient de variation approximatif fondé sur la taille de l'estimation calculée à partir des données de l'enquête.

Les coefficients de variation sont calculés à l'aide de la formule de la variance pour un échantillonnage aléatoire simple et en y incorporant un facteur qui reflète la nature du plan d'échantillonnage, qui est à plusieurs degrés et qui prévoit la formation de grappes. Ce facteur, appelé l'effet du plan, a été déterminé en calculant premièrement les effets du plan pour une gamme étendue de caractéristiques, puis en choisissant parmi ceux-ci une valeur modérée (habituellement le 75e percentile) à utiliser dans à l'intérieur des tables de CV qui s'appliqueraient ensuite à l'ensemble entier des caractéristiques.

La méthode utilisée pour le calcul de l'estimation de la variance est le bootstrap.

Évaluation de la qualité

Énormément de temps et d'efforts ont été consacrés à réduire les erreurs non dues à l'échantillonnage dans l'enquête. Des mesures d'assurance de la qualité ont été prises à chacune des étapes du cycle de collecte et de traitement des données afin de contrôler la qualité des données. Ces mesures comprenaient le recours à des intervieweurs hautement qualifiés, une formation poussée des intervieweurs concernant les procédures d'enquête et du questionnaire, l'observation des intervieweurs en vue de cerner les problèmes liés à la conception du questionnaire ou à une mauvaise compréhension des instructions, des procédures visant à s'assurer que les erreurs de saisie des données étaient réduites au minimum ainsi que des vérifications de la qualité du codage, et de contrôle ayant pour but d'attester la logique du traitement.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Comme le fichier de l'ETJ fusionne, dans le même enregistrement, les données recueillies lors des entrevues avec le parent/tuteur et avec l'enfant, il est possible qu'un parent/tuteur puisse identifier les réponses de son enfant et, par le fait même, puisse accéder aux réponses de l'enfant. Cette hypothèse a donné lieu à la suppression de toutes les variables parentales à l'exception de la variable GP2_07 (situation familiale de l'enfant).

Afin d'éviter la divulgation de la section de l'enfant de l'enregistrement, l'âge et l'appartenance à un groupe autochtone ont été supprimés alors que le montant d'argent de poche quotidien a été plafonné à 75 $. En outre, les réponses à la question 37a (père) et à la question 39a (mère) ont été codées « Non déclaré ». Il y a également un total de 44 suppressions locales qui ont été faites dans 30 enregistrements pour réduire les risques de divulgation dans le cas d'une combinaison unique des variables.

Pour éviter l'identification des marques des produits, la question Y_22b (Quel marque fumes-tu habituellement?) a été remplacée par les variables dérivées DVSMOKE qui décrit la puissance de la marque et DVLOWTAR qui indique la teneur basse en goudron. Dans le même ordre d'idées, les questions qui touchent l'utilisation du Ritalin (75a et 75b) et de Gravol (Q78a et Q78b) ont été remplacées par des variables regroupant les questions portant sur d'autres médicaments obtenus avec ordonnance (DVPDG et DVPDGAG) et obtenues sans ordonnance (DVNDG et DVNDGAG).

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Le taux de réponse global pour l'Enquête de 2002 sur le tabagisme chez les jeunes était de 82 %.

Veuillez consulter le chapitre 8.0 (Qualité des données) du Guide de l'utilisateur pour obtenir de l'information détaillée.

Documentation

Date de modification :