Enquête sur les marchandises vendues en gros selon l'origine et la destination

Information détaillée pour 2001

Statut :

Inactive

Fréquence :

Occasionnelle

Numéro d'enregistrement :

5061

Date de la parution - 21 janvier 2004

Aperçu

Remarque: A partir de l'année de référence 2008, ces données sont rrecueillies par l'Enquête annuelle sur le commerce de gros (numéro d'enregistrement 2445).

Le secteur du commerce de gros comprend les établissements dont l'activité principale consiste à vendre en gros des marchandises et à fournir des services connexes de logistique, de marketing et de soutien. En général, la vente en gros est une étape intermédiaire de la distribution de marchandises; beaucoup de grossistes sont donc organisés pour vendre des marchandises en grande quantité à des détaillants, à des entreprises et à une clientèle institutionnelle. Cependant, certains grossistes, notamment ceux qui fournissent des biens d'équipement qui ne sont pas de grande consommation, vendent des marchandises à la pièce aux utilisateurs finals.

Depuis quelques années, un besoin pour de meilleures estimations interprovinciales/territoriales et des renseignements détaillés sur les marchandises s'est fait ressentir. Ceci est dû en grande partie au libre échange ainsi qu'à l'accroissement du marketing international et de la concurrence globale.

Plusieurs organismes, associations, et niveaux de gouvernements utilisent les renseignements compilés. Les grossistes peuvent examiner les résultats de l'enquête et comparer leur rendement financier avec ceux de la concurrence et pour des fins de marketing afin de déterminer leur part de marché et permettre l'étude des tendances quant à la source et la destination des marchandises. Les associations du secteur du commerce de gros peuvent examiner la croissance au sein de l'industrie leur permettant ainsi de promouvoir leur industrie. Les investisseurs, de leur côté, peuvent examiner le rendement de leur industrie, ce qui pourrait se traduire en un meilleur accès aux investissements de capitaux par les grossistes. De leur part, les gouvernements seront capables de mieux déterminer le rôle des grossistes au sein de l'économie, ce qui aidera à l'élaboration de politiques touchant la population active et d'incitatifs fiscaux. Ces données ont un impact appréciable sur le flux des échanges commerciaux et sur l'articulation du Produit intérieur brut (PIB) provincial.

Activité statistique

L'enquête est menée dans le cadre du programme de l'Enquête unifiée auprès des entreprises (EUE). Le programme de l'EUE a été conçu pour intégrer, au fil du temps, les quelques 200 enquêtes auprès des entreprises dans un même programme d'enquête principal. L'EUE vise à recueillir des données plus détaillées qu'auparavant sur les industries et les produits au niveau provincial, tout en évitant les chevauchements entre différents questionnaires. La restructuration des questionnaires d'enquête sur les entreprises a permis plus d'harmonie en ce qui a trait à la présentation, à la structure et au contenu, ce qui donne dans l'ensemble des statistiques économiques plus cohérentes et précises. L'approche unifiée rend la déclaration plus facile pour les entreprises ayant des activités dans différentes industries puisqu'elles peuvent ainsi fournir des renseignements similaires pour chaque succursale. Elles n'ont donc pas à remplir des questionnaires, dont la présentation, la formulation et même les concepts changent d'une industrie à l'autre.

Sujets

  • Commerce de détail et de gros
  • Ventes et stocks de grossistes

Sources de données et méthodologie

Population cible

Les grossistes sont classés en fonction de 78 classes détaillées du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN), selon qu'ils sont des marchands en gros conformément aux codes 4111 à 4189 inclusivement du SCIAN ou des agents en gros, conformément au code 4191 du SCIAN. En outre, le secteur du commerce de gros comprend maintenant les entreprises sans salariés ainsi que les entreprises comptant des salariés exploités au Canada.

La population cible est l'ensemble des établissements de commerce de gros qui ont été actifs au Canada pendant au moins une journée durant l'année de référence. Les agents et courtiers en gros sont exclus de cette enquête.

Les marchands en gros achètent et vendent des marchandises pour leur propre compte; autrement dit, ils s'approprient les marchandises qu'ils vendent. En plus de vendre des marchandises, ils peuvent assurer ou faire le nécessaire pour que soient assurés des services de logistique, de marketing et de soutien tels que l'emballage et l'étiquetage, la gestion des stocks, l'expédition, le traitement des réclamations au titre de la garantie, la promotion interne ou la promotion co-op et la formation concernant le produit. Entrent aussi dans cette catégorie les négociants en machines et en matériel, comme les négociants en machines agricoles et en poids lourds.

Élaboration de l'instrument

Les spécialistes en la matière ont élaboré le contenu du questionnaire, et celui-ci a été éprouvé auprès de répondants dans les groupes de discussion. Cela a permis d'assurer que les questions, les concepts et la terminologie étaient appropriés dans une perspective conceptuelle et du point de vue des répondants. Pour ce faire, on a évalué l'intérêt des répondants à répondre, on a déterminé si les répondants ont compris les questions et les réponses attendues; exploré la compatibilité des questions et des catégories de réponse par rapport aux pratiques de tenue de livres des répondants; relevé les problèmes ou les difficultés que les répondants peuvent éprouver à extraire les renseignements et à remplir les questionnaires; vérifié l'exactitude de la traduction; obtenu les suggestions des répondants concernant les améliorations à apporter aux questionnaires, de façon qu'ils soient conviviaux

Les opérations de saisie, de vérification et de suivi sont réalisées selon la méthode de l'envoi et retour du questionnaire par la poste, ainsi que par interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO).

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Deux sources ont servi à établir l'échantillon : une enquête-échantillon probabiliste menée auprès des établissements de commerce de gros et des données fiscales pour les petites entreprises se trouvant en deçà d'un certain seuil.

Avant le tirage de l'échantillon, la population à enquêter est répartie en cellules représentant des établissements. Chaque cellule est composée de tous les établissements qui exploitent dans la même province et dont l'activité se rapporte au même groupe de commerce (agrégation des codes SCIAN) au sein d'une même entreprise. Par conséquent, chaque entreprise peut contenir plusieurs groupes d'établissements parmi un ou plusieurs groupes de commerce ou province/territoire. On appelle « unité d'échantillon » chaque groupe d'établissement appartenant à la même entreprise.

Pour chaque cellule, on établit quatre strates de taille afin de réunir les entreprises de taille semblable. On fixe les limites de ces strates à l'aide du total estimatif du revenu des entreprises. Les groupes qui en résultent sont une strate à tirage complet des grandes entreprises (qui sont toutes comprises dans l'échantillon), deux strates à tirage partiel (dont on tire des échantillons représentatifs) et une strate à tirage nul (comportant de petites entreprises exclues de l'échantillon). On fixe des seuils ou limites de strate optimales afin de réduire le plus possible la taille de l'échantillon total.

Une fois l'échantillon tiré, on recueille à l'aide de questionnaires les données pour la strate à tirage complet et les strates à tirage partiel. Pour les unités relevant de la strate à tirage nul, on a recours à un échantillon d'enregistrements de données administratives (fiscales) afin de refléter les estimations quant à la source et la destination des marchandises.

On attribue un poids d'échantillonnage à toutes les unités sélectionnées. Un poids initial égal à l'inverse de la probabilité de sélection originale est attribué à chaque unité. Le poids d'échantillonnage est un facteur d'expansion attribué à chaque unité échantillonnée et servant à produire des estimations de la population. Par exemple, si deux unités sont sélectionnées au hasard avec une probabilité égale dans une population de 10 unités, chaque unité sélectionnée représente cinq unités de la population, et on lui attribue un poids d'échantillonnage de cinq. Ces poids sont ensuite rajustés, au moment de la préparation des résultats de l'enquête, de façon à refléter les chiffres de population les plus à jour. L'ensemble définitif de poids reflète donc aussi étroitement que possible les caractéristiques de la population du secteur en question.

L'échantillon comptait quelques 14 140 établissements. Ces établissements ont été subséquemment regroupés en quelques 9 553 groupes d'échantillonage. Ces derniers ont été davantage répartis d'après leurs composantes provinciales/territoriales respectives afin de produire les questionnaires.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Les opérations de collecte, de saisie, de vérification préliminaires des données, et de suivi des non-répondants sont toutes effectuées par la Division des opérations et de l'intégration de Statistique Canada. La phase pré-contact de l'enquête est menée par interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO). Cette phase préliminaire permet d'identifier les marchandises des répondants avant de leur envoyer un questionnaire. Il est souvent possible de recueillir, à cette étape, les renseignements auprès des entreprises ne déclarant qu'une catégorie majeure de marchandises. Les méthodes de pré-contact et de saisie de données permettent à chaque répondant d'identifier ses catégories de marchandises majeures, et de procéder aux opérations de collecte, de saisie et de suivi.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Dès qu'elles sont disponibles, les données recueillies sont soumises à un processus automatisé de vérification conjugué à un examen analytique afin de s'assurer de leur complétude et de leur cohérence. La liste des valeurs extrêmes est dressée en vue de leur examen manuel selon un ordre de priorité établi d'après la grandeur de l'écart par rapport à la moyenne. Ces valeurs aberrantes sont exclues du calcul des variables d'imputation effectué par le système d'imputation.

Imputation

Des valeurs estimatives sont imputées pour les entreprises qui n'ont pu répondre dans les délais prévus, qui ont fourni certaines réponses non fiables ou dont les activités ont cessé durant l'année de référence. À cette étape, les recettes totales et le coût des biens vendus sont comparés aux données repères de l'Enquête de 2001 sur le commerce de gros (numéro d'enregistrement 2445).

Estimation

On multiplie les valeurs déclarées (ou imputées) pour chaque établissement compris dans l'échantillon par le poids attribué à l'établissement en question, puis on additionne les valeurs pondérées pour produire les estimations. Les estimations finales sont obtenues par agrégation des estimations d'enquête et des estimations calculées d'après les données fiscales.

Les estimations sont calculées à plusieurs niveaux de détail, tels que le groupe de commerce et la province, d'après les codes de classification les plus récents qui figurent dans le Registre des entreprises pour l'entité statistique et la période de référence en question. Il convient de souligner que ces codes de classification peuvent différer de ceux utilisés pour la stratification originale de l'échantillon, parce que les données sur la taille, la branche d'activité ou l'emplacement qui figurent dans les enregistrements peuvent avoir été modifiées. Les modifications de la classification des établissements sont reflétées immédiatement dans les estimations.

Évaluation de la qualité

Avant la diffusion des données, les résultats d'enquête combinés sont analysés aux fins de la comparabilité, de façon générale, ce qui comprend un examen détaillé des réponses individuelles (particulièrement pour ce qui est des grandes entreprises), des conditions économiques générales et des tendances historiques.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la loi. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Les données pour une industrie spécifique ou une variable peuvent être supprimées (avec une autre industrie ou variable) si le nombre d'entreprises dans la population est trop petit.

L'analyse de la confidentialité porte sur la détection d'une « divulgation directe » possible, laquelle se produit lorsque la valeur dans une cellule de totalisation se compose de peu de déclarants ou lorsque la cellule est dominée par quelques entreprises.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

La méthodologie de cette enquête a été conçue pour contrôler les erreurs et pour minimiser les effets potentiels. Cependant, les résultats de l'enquête restent sujet à erreur -- par exemple, erreur de couverture, de réponse et de traitement, et erreur dû à la non-réponse.

La population cible est définie à partir de la base de données du registre central (BDRC) de Statistique Canada. Ce registre des entreprises est tenu à jour au moyen de renseignements administratifs sur les entreprises transmis mensuellement par l'Agence canadienne des douanes et du revenu, ainsi que par des renseignements obtenus lors des enquêtes et des activités de mise à jour des profils d'entreprises. Des facteurs d'ajustements sont également appliqués aux découverts lors du cycle de collecte et qui n'apparaissaient pas dans la population de départ.

Avec la collaboration des répondants, ainsi que les méthodes de suivi, de vérification et d'imputation, le niveau des erreurs de réponse et de traitement, ainsi que l'erreur dû à la non-réponse sont limitées. Avant rajustements tel les ajustements de niveau, le taux pondéré de réponse pour le Canada était moins de 50 %. Les ajustements sont effectués pour assurer que les estimés de l'enquête correspondent aux totaux de contrôle connus pour les provinces et territoires.

Date de modification :