Enquête sur l'accès aux services de santé (EASS)

Information détaillée pour 2001

Statut :

Inactive

Fréquence :

Une fois

Numéro d'enregistrement :

5002

L'objectif de l'enquête était de fournir de l'information sur les expériences des répondants qui ont utilisé certains services de santé. L'enquête se penche sur deux sujets principaux: l'attente pour des services spécialisés pour une nouvelle maladie ou problème de santé et l'accès aux services de santé de base.

Date de la parution - 15 juillet 2002

Aperçu

Depuis l'année 2003, cette enquête fait partie de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (numéro 3226).

Suite à l'Accord des Premiers Ministres sur la santé en septembre 2000, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux se sont entendus pour rendre compte des résultats et de la performance des systèmes de santé aux autorités compétentes à partir de septembre 2002. Selon cet accord, ces comptes-rendus devaient contenir des indicateurs de performance dans 14 domaines spécifiques à la santé. Dans le domaine de la qualité des services, les données pour deux de ces indicateurs étaient inexistantes à savoir : a) le temps d'attente pour certains tests diagnostiques et pour des traitements et b) l'accès en tout temps (24/7) aux services de santé. L'enquête sur l'accès aux services de santé a été mise sur pied afin de recueillir de telles informations ainsi que des renseignements concernant les expériences vécues par les patients, l'acceptabilité face à l'attente pour des soins.

Le contenu de l'enquête, bien que ne répondant pas à tous les besoins d'information pour ces deux indicateurs fourni un éclairage nouveau sur les expériences des Canadiens et leurs perceptions sur la question de l'accès aux services de santé.

L'objectif de l'enquête était de fournir de l'information sur les expériences des répondants dans deux domaines spécifiques, à savoir : l'accès aux services de soins de première ligne 24/7 et l'accès ainsi que le temps d'attente pour des services spécialisés.

Les informations concernant l'accès aux services de première ligne 24/7 comprennent :

- l'expérience des répondants dans l'obtention d'information ou de conseils de santé;
- l'expérience des répondants dans l'obtention de services de soins de santé de routine ou continus;
- l'expérience des répondants dans l'obtention de soins immédiats pour un problème de santé mineur comme la fièvre, des maux de tête, une foulure, des vomissements, des irruptions cutanées, etc.;
- l'expérience des répondants dans l'obtention des services de santé en général.

On demandait aux répondants leur avis quant à l'obtention de services de première ligne à différentes heures de la journée, les problèmes rencontrés pour obtenir des services et l'endroit où ils ont obtenu les services.

Les informations concernant l'accès aux services spécialisés comprennent :

- l'expérience des répondants ayant besoin d'un spécialiste tel qu'un cardiologue, un allergiste, etc. en vue d'obtenir un diagnostic pour un nouveau problème de santé;
- l'expérience des répondants ayant besoin d'une chirurgie non urgente telle qu'une chirurgie cardiaque, une chirurgie aux articulations, etc.
- l'expérience des répondants ayant besoin de certains tests diagnostiques tels que IRM, tomodensitométrie, angiographies.

On demandait aux répondants leur avis quand à l'accès à ces services, le temps d'attente, l'acceptabilité et les conséquences de ce temps d'attente.

Période de référence : Varie selon la question (par exemple : « durant les 12 derniers mois », « durant les 6 derniers mois », « durant la dernière semaine », etc.)

Période de collecte : Novembre et décembre 2001

Sujets

  • Aînés
  • Santé
  • Santé et incapacité chez les aînés
  • Services de soins de santé

Sources de données et méthodologie

Population cible

Les données de l'EASS sont recueillies auprès des personnes de 15ans et plus vivant dans des logements privés. Sont exclus de la base de sondage les personnes qui vivent dans les réserves indiennes et les terres de la Couronne, les personnes vivant en institutions, les membres à temps plein des Forces armées canadiennes et les personnes vivant dans les trois Territoires.

Élaboration de l'instrument

Les questionnaires de chacun des cycles de l'ESCC ont tous été conçus en collaboration avec des spécialistes provenant de Statistique Canada, d'autres ministères et/ou du milieu académique. Les questions de l'ESCC ont été conçues pour être posées selon la méthode d'interview assistée par ordinateur (IAO), ce qui veut dire que l'ordre logique des questions a été programmé à mesure que celles-ci ont été élaborées. On a notamment spécifié le genre de réponse voulue, les valeurs minimales et maximales, les vérifications en ligne liées aux questions et la suite à donner en cas de non-réponse.

L'IAO permet de contrôler l'interview d'après les déclarations du répondant. Lorsqu'une réponse invalide est saisie un message s'affiche à l'écran, ce qui permet au répondant et/ou à l'intervieweur d'obtenir un retour d'information immédiat pour corriger les incohérences. L'ajout automatique de la période de référence d'après la date du jour est un autre exemple d'amélioration. Il est possible de pré-insérer du texte ou des données selon les renseignements recueillis durant l'interview, ce qui permet à l'intervieweur de continuer son travail sans devoir revenir en arrière pour trouver des réponses antérieures. Cette possibilité permet notamment d'insérer le nom du répondant ou de faire les accords en genre à l'intérieur même des questions. Il est également possible de programmer des intervalles ou des réponses acceptables d'après les données recueillies durant l'interview. En d'autres termes, le questionnaire peut être adapté au répondant selon les données recueillies au moment de l'interview ou durant une interview précédente.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

L'enquête sur l'accès aux services de santé a été menée en novembre et décembre 2001 auprès d'un sous-échantillon des répondants de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

L'ESCC utilise la combinaison de deux plans de sondage pour obtenir son échantillon. Le premier est le plan de sondage aréolaire qu'utilise l'Enquête sur la population active (EPA). L'enquête utilise un plan stratifié à plusieurs degrés avec un échantillonnage probabiliste à chaque degré. Dans les régions où le plan de sondage de l'EPA ne peut fournir suffisamment d'échantillon pour l'ESCC, un échantillon par composition aléatoire est utilisé pour compléter l'échantillon. Dans chaque ménage sélectionné, une ou deux personnes de 12 ans ou plus sont choisies. Le nombre choisi dépend de la composition du ménage et a pour but d'augmenter la représentation de deux groupes d'âge d'intérêt - les jeunes (12 - 19 ans) et les personnes âgées (65 ans et plus). Pour plus de détails sur le plan d'échantillonnage de l'ESCC, cliquez ici.

Un sous-échantillon des répondants de l'ESCC a été choisi pour participer à l'EASS. L'échantillon varie d'une province à l'autre selon la taille de la province et l'achat par le ministère de la santé provincial d'échantillon additionnel. Pour être éligible à l'EASS, le répondant de l'ESCC devait rencontrer les critères suivants :

i)le répondant devait avoir au moins 15 ans en date du 1er novembre 2001
ii) le répondant devait avoir accepté de partager ses données de l'ESCC avec les ministères provinciaux
iii) le répondant devait avoir fourni un numéro de téléphone auquel on pouvait le rejoindre
iv) aucun échantillon n'a été sélectionné pour les trois territoires.

En plus de ces critères, d'autres restrictions ont été imposées. On a sélectionné une seule personne par ménage (l'ESCC en a parfois choisi deux). Les ménages sélectionnés en septembre et octobre 2000 pour l'ESCC n'étaient pas éligibles pour l'EASS (sauf pour les répondants d'octobre à l'Î.-P.-E.). Finalement, les répondants de l'ESCC sélectionnés par la méthode de composition téléphonique aléatoire n'étaient pas éligibles sauf dans les cinq régions sanitaires qui n'avaient pas d'échantillon de la base de l'EPA. Lorsque la base de sondage et la taille de l'échantillon ont été déterminées de façon définitive, l'échantillon de l'EASS a pu couvrir toutes les régions de chaque province.

Tailles d'échantillon par province

Terre-Neuve-et-Labrador : 1 000
Île-du-Prince-Édouard : 1 259
Nouvelle-Écosse : 1 000
Nouveau-Brunswick : 1 000
Québec : 1 250
Ontario : 1 400
Manitoba : 1 000
Saskatchewan : 1 000
Alberta : 3 868
Colombie-Britannique : 4 839
CANADA : 17 616

Pour de l'information sur l'Enquête sur l'accès aux services de santé 2003, veuillez vous référer à sa description sous la section Documentation.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 19 novembre 2001 à 28 décembre 2001

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

La collecte des données pour l'EASS a été menée du 19 novembre au 28 décembre 2001. Les intervieweurs de Statistique Canada sont des employés engagés et formés expressément pour mener des enquêtes assistées par ordinateur pour l'Enquête sur la population active et d'autres enquêtes importantes telle l'ESCC. Les entrevues pour l'EASS ont été effectuées par téléphone avec chacun des répondants. La formation des intervieweurs consistait en une lecture du manuel de l'intervieweur pour l'EASS, des pratiques d'entrevue avec des cas fictifs à partir d'ordinateurs portatifs et une discussion avec l'intervieweur principal sur toutes questions relatives à l'EASS avant le début de l'enquête. Une description du contexte et des objectifs de l'enquête a été fournie de même qu'un glossaire de termes et une série de questions - réponses se rapportant à l'enquête.

On ne permettait pas l'obtention de renseignements d'un tiers (proxy reporting). Au total 17 616 personnes étaient éligibles pour l'EASS. 14 210 personnes ont répondu ou ne faisaient plus partie de la population cible de l'enquête (décédées ou en institution) donnant un taux de réponse de 81%. Le taux de réponse global de l'ESCC était de 84.68%. Le principal résultat de l'Enquête sur l'accès aux services de santé est un fichier de microdonnées « épuré ».

La saisie des données d'enquête s'est effectuée à l'aide de mini-ordinateurs. Durant ce processus, on a saisi tout document qui renfermait au moins un item rempli par un intervieweur et on a transmis par voie électronique une version non vérifiée de l'enregistrement informatique à Ottawa aux fins d'un traitement plus poussé. Au total, 17 616 cas ont été complétés et transmis pour traitement. La première étape du traitement des données d'enquête effectué au bureau central a consisté à remplacer les valeurs « hors limite » incluses dans le fichier de données par des blancs pour en faciliter une vérification plus poussée. Les erreurs commises sur le plan du déroulement de l'interview, où on a constaté que des espaces prévus pour des questions qui ne s'appliquaient pas au répondant (et auxquelles on n'aurait donc pas dû répondre) renfermaient des réponses ont été le premier type d'erreurs traitées. Dans ce cas, une vérification par ordinateur a éliminé automatiquement les données superflues en suivant l'ordre des questions suggéré par les réponses à des questions antérieures et parfois subséquentes. Les erreurs qui englobaient un manque d'information à l'intérieur de questions auxquelles on aurait dû répondre ont été le second type d'erreurs traitées. Pour ce type d'erreurs, on a attribué à l'item un code de non-réponse ou « non déclaré ».

Les intervieweurs ont enregistré sur le questionnaire quelques éléments d'information sous forme de réponses à des questions ouvertes. Ces questions étaient reliées au genre de chirurgie et aux problèmes de santé. Un certain nombre de réponses ont été fournies pour chaque question avec la possibilité d'inscrire une autre réponse si la réponse du répondant ne faisait pas partie de la liste fournie. Dans certains cas, la réponse inscrite a été recodée à un code existant et dans d'autres cas une nouvelle catégorie de réponse a été créée.

Pour de l'information sur la l'Enquête sur l'accès aux services de santé 2003, veuillez vous référer à sa description sous la section Documentation.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

La vérification des données est exécutée en partie par l'application d'interview assistée par ordinateur (IAO) durant la collecte des données. Il est impossible que les intervieweurs saisissent des valeurs situées en dehors de la fourchette permise et qu'ils commettent des erreurs d'enchaînement, car celui-ci était contrôlé par le système programmé de sauts de question (commandes « passez à ») de l'IAO. Par exemple, l'IAO fait en sorte que les questions qui ne s'appliquent pas au répondant ne soient pas posées. Dans le cas de certains types de déclarations non cohérentes ou inhabituelles, l'application affiche des messages d'avertissement.

Plusieurs vérifications sont effectuées au Bureau central lors de l'étape du traitement des données. Une vérification des erreurs critiques provoquant le rejet d'enregistrements de répondants (par exemple, dans les cas de population hors cible) est réalisée. Les cheminements de question sont aussi ajustés au cours du traitement et un programme de détection et de correction des incohérences entre les données sont appliqués. Des comparaisons entre les fréquences obtenues au cours de la période courante et celles obtenues lors de périodes de référence antérieures sont également effectuées dans le but d'identifier des erreurs avant la diffusion.

Imputation

Il n'y a eu aucune imputation.

Estimation

Le principe sur lequel s'appuie l'estimation dans le cas d'un échantillon probabiliste tel que celui de l'ESCC veut que, outre elle-même, chaque personne faisant partie de l'échantillon en « représente » plusieurs autres qui ne font pas partie de l'échantillon. Par exemple, dans un échantillon aléatoire simple au 1/50 (2 %) de la population, chaque personne représente 50 membres de la population. Conformément à la terminologie utilisée ici, chaque personne a un coefficient de pondération (ou poids) de 50. La phase de pondération est l'étape où l'on calcule ce poids d'échantillonnage pour chaque personne. Le poids doit être utilisé pour produire des estimations représentatives d'après les données de l'enquête. Par exemple, si l'on veut estimer le nombre de personnes qui ont vécu un épisode dépressif majeur, on additionne les poids des répondants à l'enquête qui présentent cette caractéristique. Afin que les estimations produites à partir des données d'enquête soient représentatives de la population couverte et non seulement de l'échantillon lui-même, il est primordial que les utilisateurs incorporent les poids dans les calculs.

Afin de déterminer la qualité de l'estimation, la variance doit être calculée. Étant donné que l'ESCC utilise un plan de sondage à plusieurs degrés, il n'existe pas de formule simple pour calculer les estimations de la variance. Par conséquent, il est nécessaire d'utiliser une méthode approximative. Le coefficient de variation, l'écart type et les intervalles de confiance peuvent ensuite être calculés à partir de la variance. La méthode de ré-échantillonnage bootstrap utilisée pour l'ESCC sous-tend la sélection d'échantillons aléatoires simples, appelés les échantillons répétés, et le calcul de l'écart entre les estimations d'un échantillon répété à l'autre. Dans chaque strate, on sélectionne un échantillon aléatoire simple de (n-1) des n grappes avec remise pour former un échantillon répété. Il est à noter que puisque la sélection se fait avec remplacement, une grappe peut être choisie plus d'une fois. Pour chaque échantillon répété, on recalcule le poids de sondage de chaque enregistrement dans les grappes (n-1) sélectionnées. Ces poids sont par la suite post-stratifiés en fonction de l'information démographique de la même façon que les pondérations du plan de sondage, ce qui permet d'obtenir les poids bootstrap finaux. Le processus complet (sélectionner les échantillons aléatoires simples, recalculer et post-stratifier les poids de chaque strate) est répété B fois, B prenant une grande valeur. En général, on utilise B=500 pour l'ESCC afin de produire 500 poids bootstrap. Pour obtenir l'estimateur bootstrap de la variance, on doit calculer l'estimation ponctuelle de chacun des B échantillons. L'écart type de ces estimations représente l'estimateur bootstrap de la variance. Statistique Canada a élaboré un programme qui peut effectuer tous ces calculs pour l'utilisateur : le programme Bootvar.

Évaluation de la qualité

Consultez le Guide de l'usager (section 8).

Contrôle de la divulgation

Des Fichiers de microdonnées à grande diffusion (FMGD) ont été produits en plus des fichiers maîtres. Les FMGD diffèrent des fichiers maîtres détenus par Statistique Canada en de nombreux points. Ces différences sont le résultat d'actions prises afin de protéger l'anonymat des répondants individuels aux enquêtes. Premièrement, seules les données transversales sont disponibles sur de tels fichiers, car l'information longitudinale permet d'identifier des répondants. Aussi, quelques variables sensibles ont été regroupées, maximisées ou complètement enlevées des fichiers. Les utilisateurs devant avoir accès à l'information exclue des fichiers de microdonnées peuvent acheter des totalisations spéciales, ou accéder aux fichiers maîtres par l'entremise du programme des Centres de données de recherche ou par le programme de télé-accès. Les résultats sont vérifiés pour respecter la confidentialité avant d'être fournis aux utilisateurs.

Avant de diffuser et/ou de publier des estimations tirées de ces fichiers de microdonnées, les utilisateurs doivent d'abord déterminer le nombre de répondants qui ont fourni les données entrant dans le calcul de l'estimation. Si ce nombre est inférieur à 30, l'estimation pondérée ne doit pas être diffusée, quelle que soit la valeur de son coefficient de variation. Pour les estimations pondérées basées sur des échantillons composés de 30 répondants ou plus, les utilisateurs doivent calculer le coefficient de variation de l'estimation arrondie et suivre les lignes directrices ci-après.

Les estimations qui figurent dans le corps d'un tableau statistique doivent être arrondies à la centaine près selon la méthode d'arrondissement classique. Si le premier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre zéro et quatre, le dernier chiffre qu'on garde ne change pas. Si le premier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre cinq et neuf, on augmente d'une unité la valeur du dernier chiffre à garder. Les totaux partiels marginaux et les totaux marginaux des tableaux statistiques doivent être calculés d'après leurs éléments correspondants non arrondis, puis arrondis à leur tour à la centaine près selon la méthode d'arrondissement classique. Les moyennes, les proportions, les taux et les pourcentages doivent être calculés à partir d'éléments non arrondis (par exemple les numérateurs ou les dénominateurs), puis arrondis à une décimale près selon la méthode d'arrondissement classique. Pour arrondir à un seul chiffre selon cette méthode classique, si le dernier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre zéro et quatre, le dernier chiffre à garder ne change pas. Si le premier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre cinq et neuf, on augmente d'une unité le dernier chiffre à garder. Les sommes et les différences d'agrégat (ou de rapports) doivent être calculées à partir de leurs éléments correspondants non arrondis, puis arrondies à leur tour à la centaine près (ou à la première décimale près) selon la méthode d'arrondissement classique. On ne doit en aucun cas publier ni diffuser d'une autre façon des estimations non arrondies. Les estimations non arrondies donnent l'impression d'être beaucoup plus précises qu'elles ne le sont en réalité.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Consultez le guide de l'usager.

Documentation

Date de modification :