Indicateurs nationaux du tourisme (INT)

Information détaillée pour deuxième trimestre de 2017

Statut :

Active

Fréquence :

Trimestrielle

Numéro d'enregistrement :

1910

Les Indicateurs nationaux du tourisme (INT) facilitent l'analyse et l'observation courantes du tourisme et de ses activités connexes au Canada.

Date de la parution - 28 septembre 2017

Aperçu

Les Indicateurs nationaux du tourisme fournissent de l'information actuelle qui facilite l'analyse et l'observation courantes du tourisme et de ses activités connexes au Canada. Les INT portent sur l'offre intérieure de biens et services liés au tourisme (tels le transport, l'hébergement, la restauration, les loisirs et divertissements), la demande pour ces biens et services provenant des Canadiens et des visiteurs étrangers, de même que l'emploi et le PIB générés par cette demande. Les INT ont été développés afin de mettre à jour le Compte satellite du tourisme du Canada (CSTC) sur une base trimestrielle et annuelle.

Les INT sont disponibles environ 90 jours après le trimestre de référence. Les tableaux statistiques présentent les données sous forme actuelle ou exprimées en termes de taux de variation. Les données non désaisonnalisées sont exprimés en prix courant tandis que les données désaisonnalisées sont exprimées en prix constants.

Les INT peuvent être utilisées de trois façons générales : (a) évaluer l'état actuel du tourisme au Canada; (b) étudier l'évolution du tourisme au pays en termes de tendances et de structures; (c) fournir une base de décisions en matières de politiques ou de stratégies. Les INT nous permettent ainsi de connaître l'importance économique du tourisme au pays, la part relative des grands marchés du tourisme, la répartition des différentes composantes de la consommation attribuable au tourisme et de déterminer celles qui sont affectées le plus de sa croissance ou baisse. Les INT peuvent servir de fondement pour analyser les tendances, les cycles, les schémas trimestriels de divers aspects du tourisme ou de son ensemble. Des comparaisons de ces aspects sont ainsi possible avec d'autres industries ou avec l'économie nationale. Les INT permettent aussi d'établir des liens entre les différentes variables ainsi que l'offre et la demande de biens et services liés au tourisme.

Les données sont utilisées par divers intervenants dans le domaine du tourisme, p.ex. les spécialistes des gouvernements fédéral et provinciaux, chercheurs ainsi que les professeurs et étudiants des collèges et universités. Les organisations internationales (OCDE, Organisation mondiale du tourisme), les journalistes et les grandes entreprises font aussi appel aux INT.

Activité statistique

Le Système des comptes macroéconomiques du Canada (SCMC) fournit un cadre conceptuel intégré de statistiques pour l'étude de l'état et du comportement de l'économie canadienne. Les comptes sont axés sur la mesure des activités liées à la production de biens et de services, à la vente de biens et de services sur les marchés finaux, aux transactions financières qui les sous-tendent et aux situations financières qui en découlent.

Période de collecte : 3 mois après le trimestre de référence

Sujets

  • Comptes économiques
  • Compte sur le tourisme
  • Indicateurs du tourisme
  • Voyages et tourisme

Sources de données et méthodologie

Population cible

Les INT portent sur l'offre intérieure de biens et services liés au tourisme (tels le transport, l'hébergement, la restauration, les loisirs et divertissements), la demande pour ces biens et services provenant des Canadiens et des visiteurs étrangers, de même que l'emploi et le PIB générés par cette demande. La définition utilisée dans les INT est celle adoptée par l'Organisation mondiale du tourisme et la Commission statistique des Nations Unies, et se lit comme suit : les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans les lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période qui ne dépasse pas une année, pour tous buts de voyages (à des fins de loisirs, pour affaires et autres raisons personnels) autres que pour être employé d'une entité résidente du lieu visité.

Élaboration de l'instrument

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Sources des données

Les données proviennent de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

Plusieurs principales sources de données sont utilisées pour les INT, toutes provenant de Statistique Canada. Le CSTC fournit des totaux repères, en dollars courants. Le CSTC est un produit biennal qui a été publié pour la première fois pour l'année de référence 1988.

Pour les autres années, on utilise les tableaux des ressources et des emplois afin de calculer les niveaux annuels de l'offre attribuable au tourisme et du PIB. Pour l'emploi, les niveaux annuels sont calculés à l'aide des données de la Base de données sur la productivité du travail. La demande totale est établie d'après les données de l'Enquête sur les voyages des résidents du Canada (EVRC) et de l'Enquête sur les voyages internationaux (EVI). Pour les années pour lesquelles les tableaux des ressources et des emplois ne sont pas disponibles, les INT sont fondés sur des estimations trimestrielles de divers indicateurs.

Les indicateurs trimestriels de l'offre liée au tourisme sont fondés sur certaines composantes des dépenses des consommateurs tirées des Comptes des revenus et des dépenses et sur le PIB de certaines industries selon les mesures des comptes mensuels du PIB par industrie. Les données trimestrielles sur les dépenses attribuables au tourisme suivent les tendances trimestrielles selon l'EVRC et l'EVI. Les données trimestrielles sur l'emploi lié au tourisme sont fondées sur l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH). Le PIB du tourisme est calculé en fonction de la demande, de l'offre et de l'emploi.

Détection des erreurs

Cette méthodologie ne s'applique pas à cette enquête.

Imputation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Estimation

Les indicateurs de l'offre, de la demande, du PIB et de l'emploi sont étalonnés aux niveaux du CSTC et font l'objet de projection pour les années qui précèdent et suivent les niveaux repères. Les niveaux repères sont incorporés à tous les deux.

Les indicateurs de l'offre sont basés sur les résultats provenant des tableaux des ressources et des emplois de Statistique Canada, lesquelles se fondent sur les enquêtes annuelles et trimestrielles portant sur les industries et leurs revenus (production). Pour les périodes non couvertes par les plus récentes données des tableaux des ressources et des emplois, les indicateurs font l'objet de projections à partir de tendances estimées en utilisant (i) des résultats d'enquêtes auprès de composantes d'industries ou d'enquêtes sur l'emploi, (ii) des dépenses personnelles de consommation sur les éléments les plus étroitement reliés aux biens et services du tourisme à estimer, (iii) des mesures de production (PIB) par industrie.

Une fois les estimations de l'offre calculées, on obtient la demande totale en utilisant le ratio de la demande à l'offre selon les données repères du CSTC. Les estimations des recettes pour établir le solde des voyages aux fins de la Balance canadienne des paiements permettent d'obtenir la mesure globale de la demande effectuée par les non-résidents (exportations attribuables au tourisme). L'information est colligée sur une base trimestrielle par l'entremise des services douaniers dans le cas des dépenses des non-résidents et mensuelle pour les dénombrements des voyageurs internationaux entrant au Canada. La demande globale des non-résidents est par la suite répartie par type de dépenses au moyen de profils de voyages établis lors du calcul détaillé du CSTC. La méthodologie utilisée pour calculer les estimations de la demande intérieure comprend deux composantes distinctes. D'abord, une estimation est établie à partir de la demande totale moins la demande des non résidents au niveau annuel. Les données de l'EVRC viennent s'ajouter à cette approche « descendante ». Les profils trimestriels pour les biens et les services sont tirés de l'EVRC et utilisés pour répartir les données annuelles.

Comme les indicateurs de l'offre et de la demande, les estimations de l'emploi selon les INT sont étalonnées en fonction des estimations du CSTC, lesquelles sont fondées à leur tour sur les mesures des comptes de productivité du travail. L'Enquête sur la population active est utilisée principalement pour produire des totaux de contrôle et l'EERH, principalement pour calculer la ventilation par industrie. On utilise cette dernière source pour projeter les estimations trimestrielles sur une base courante. Les données, qui permettent d'estimer l'emploi direct, sont ensuite désaisonnalisées.

De même, les estimations du PIB sont fondées sur les repères annuels du CSTC. On calcule les variations trimestrielles et les estimations pour les années autres que l'année de référence en utilisant comme indicateur les dépenses attribuables au tourisme. Ces mesures directes du PIB sont ensuite désaisonnalisées.

Évaluation de la qualité

Les INT sont fondés sur une vaste gamme de données reliées et comparables. Les estimations de l'offre généralement suivent les tendances des mesures de la production pour les industries dans le système des ressources et des emplois et les comptes du PIB par industrie.

Les dépenses attribuables au tourisme affichent des tendances similaires à celles des séries sur les dépenses des consommateurs connexes. Toutefois, comme le tourisme englobe à la fois les voyages pour motifs personnels et les voyages d'affaires, les tendances ne sont pas les mêmes.

Les dépenses des non résidents, ou exportations attribuables au tourisme, sont fondées sur les données de la balance des paiements qui, à leur tour, sont tirées de l'EVI. Les INT, toutefois, ne comprennent pas certains postes dans le compte des voyages de la BDP (dépenses d'équipages, pour raisons médicales et pour études), de sorte que les données sont similaires mais non identiques.

L'emploi et le PIB dans les INT sont comparables aux données de l'EERH et aux données sur le PIB par industrie pour les industries du tourisme. Les INT, toutefois, ne comprennent que l'emploi ou la production attribuable au tourisme.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Révisions - Les données des trimestres précédents de l'année sont révisées au moment de la publication des données du trimestre courant. Les années où un CSTC à jour n'est pas disponible, des révisions sont apportées aux données des trois années précédentes au moment de la publication des données du premier trimestre. Les années où un CSTC à jour est disponible, des révisions sont apportées aux données à partir de l'année de référence du CSTC. Normalement, les données ne sont plus révisées après cela, sauf quand une révision historique est réalisée.

Désaisonnalisation - Le tourisme est caractérisé par de grandes fluctuations saisonnières d'allure similaire année après année. Dans l'intérêt des utilisateurs, on élimine ces variations régulières saisonnières afin d'aider à isoler les tendances sous- jacentes à l'aide d'une technique statistique connue sous le nom de désaisonnalisation. Les INT trimestriels existent en deux versions: l'une non ajustée, et l'autre, ajustée pour tenir compte des variations saisonnières.

Toutes les séries trimestrielles désaisonnalisées des INT sont produites par la méthode X12ARMMI. L'ajustement est généralement effectué au plus faible niveau d'agrégation et les agrégats désaisonnalisés sont obtenus par sommation. Cette approche offre un double avantage. D'une part, en procédant à la désaisonnalisation au niveau le plus détaillé, il est plus facile d'expliquer les variations saisonnières dans les agrégats. D'autre part, le calcul des agrégats désaisonnalisés par sommation permet de conserver les identités comptables du système, ce qui est beaucoup plus pratique pour les utilisateurs.

Exactitude des données

Il est impossible de calculer le degré d'erreur dans les estimations. La qualité des estimations peut être jugée à partir des révisions apportées et au moyen d'une évaluation subjective des sources de données et méthodes employées dans la préparation des estimations.

Documentation

Date de modification :