Comptes des flux financiers

Information détaillée pour deuxième trimestre de 2017

Statut :

Active

Fréquence :

Trimestrielle

Numéro d'enregistrement :

1804

Le compte de capital et le compte des flux financiers font état de l'activité d'investissement dans et par les ménages, les sociétés non financières, les sociétés financières, les gouvernements, les institutions sans but lucratif au service des ménages et les non-résidents. Le compte de capital et le compte des flux financiers enregistrent les flux nets des actifs non financiers, des actifs financiers et des passifs par type d'actif et de passif.

Date de la parution - 15 septembre 2017

Aperçu

Dans le Système canadien des comptes macroéconomiques, le compte de capital et le compte des flux financiers sont combinés dans un même compte, le compte de capital et des flux financiers, de manière à souligner le lien étroit entre ces deux comptes.

Le compte de capital présente les sources de fonds disponibles à des fins d'investissement (épargne brute et transferts nets en capital reçus) ainsi que l'utilisation qui est faite des fonds (acquisition de capital non financier). L'écriture de clôture du compte de capital est la capacité de financement ou le besoin de financement du secteur.

À un niveau très général, le compte indique si le secteur a été en mesure de produire suffisamment de fonds à l'interne pour financer ses activités d'investissement. Si le secteur a été en mesure de générer plus de fonds (épargne brute et transferts nets reçus) que ce dont il a besoin pour ses activités d'investissement, il sera un prêteur net au reste de l'économie. S'il n'a pas pu générer assez de fonds pour ses activités d'investissement, il sera un emprunteur net auprès du reste de l'économie.

Le compte des flux financiers est l'équivalent financier du compte de capital. Il montre la manière dont la capacité ou le besoin de financement a été financé. L'écriture de clôture du compte des flux financiers montre donc, elle aussi, la capacité de financement ou le besoin de financement, mais dans l'optique des opérations sur actifs et passifs financiers. Le degré de détail au niveau des instruments est révélateur de l'éventail des activités financières dans une économie capitaliste moderne, et le degré de détail au niveau des secteurs illustre la complexité du système financier ainsi que son rôle au chapitre des transferts de fonds des secteurs déficitaires aux secteurs excédentaires.

Si le secteur est un prêteur net, alors le compte des flux financiers fera état d'une acquisition nette d'actifs ou d'une réduction nette des passifs associée à l'activité de prêt. Si le secteur est un emprunteur net, le compte des flux financiers fera état d'une cession nette d'actifs ou d'une création nette de passif associée à l'activité d'emprunt. Dans les comptes économiques nationaux du Canada, la différence entre la variation nette des actifs financiers et la variation nette des passifs financiers est appelée « investissement financier net ». Bien que l'« investissement financier net » soit équivalent, sur le plan conceptuel, à la mesure du prêt net ou de l'emprunt net présentée dans le compte de capital, l'expression est utilisée dans les comptes économiques nationaux pour souligner le fait qu'il est compilé selon une perspective différente.

Également, il existe une divergence statistique entre la capacité ou le besoin de financement dans le compte de capital et l'investissement financier net dans le compte des flux financiers. En théorie, ces mesures devraient être les mêmes; toutefois, en raison du fait que des sources de données différentes sont utilisées pour la compilation des comptes, il existe une divergence. La taille de la divergence offre une certaine indication de la qualité de la mesure, mais non pas de la source.

Activité statistique

Le compte de capital et le compte des flux financiers sont compilés en intégrant de nombreuses sources de données liées à l'activité financière des différents secteurs de l'économie (ménages, administrations publiques, sociétés financières et non financières, institutions sans but lucratif au service des ménages et non-résidents) dans un état qui permet de décrire les sources et les utilisations des fonds au sein de l'économie canadienne. Le Système de comptabilité nationale de 2008 présente les concepts, les méthodes, les identités comptables et le cadre comptable utilisés pour la production du compte de capital et du compte des flux financiers. L'activité statistique ressemble à celle d'un comptable d'entreprise qui doit rassembler les renseignements de base sur son entreprise, puis les résumer dans une série d'états financiers qui mettent en lumière les activités de financement de l'entreprise. Pour ce qui est du compte de capital et du compte des flux financiers, l'information statistique de base est extraite d'une variété de sources (comme les enquêtes auprès des entreprises, les comptes des administrations publiques, des sources de données administratives et les enquêtes sur le patrimoine des ménages) et résumée dans le compte de capital et le compte des flux financiers, qui indiquent les sources et les utilisations des fonds au sein de l'économie canadienne.

Période de collecte : 75 jours après le trimestre de référence

Sujets

  • Comptes économiques
  • Comptes financiers et du patrimoine

Sources de données et méthodologie

Population cible

Le compte de capital et le compte des flux financiers sont compilés conformément au domaine de la production et au domaine des actifs définis par le Système de comptabilité nationale de 2008. Ces comptes englobent les activités économiques de tous les ménages, institutions sans but lucratif au service des ménages, administrations publiques, sociétés financières et sociétés non financières qui ont des activités sur le territoire économique du Canada. Ils englobent également toutes les interactions (c.-à-d. les stocks d'actifs financiers et la création de passifs) avec les non-résidents.

Élaboration de l'instrument

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Sources des données

Les données sont tirées de fichiers administratifs et sont dérivées de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

Un grand nombre de sources de données sont utilisées pour compiler le compte de capital et le compte des flux financiers. Parmi les sources de données les plus dignes de mention, on notera : les estimations du stock de capital, de l'investissement et de la consommation de capital fixe, le Relevé trimestriel des états financiers, les informations bancaires prévues par la réglementation, des sources administratives, les enquêtes sur les caisses de retraite, les statistiques financières des administrations publiques et des statistiques sur les balances de paiement. Les données tirées de toutes ces sources sont rajustées afin d'assurer la conformité aux concepts et aux définitions du Système de comptabilité nationale de 2008, puis elles sont intégrées au cadre comptable du Système de comptabilité nationale de 2008.

Détection des erreurs

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Imputation

Aucune imputation n'a été effectuée.

Estimation

Le compte de capital et le compte des flux financiers sont estimés en utilisant les sources de données les plus exhaustives et de la plus haute qualité disponibles pour établir des estimations repères annuelles. Cela implique habituellement d'utiliser les données des enquêtes annuelles auprès des entreprises, des fichiers de données administratives de l'Agence du revenu du Canada, d'autres sources de données sur la réglementation et de données administratives, des fichiers des enquêtes annuelles auprès des ménages, des renseignements annuels extraits des fonds de pension, des institutions financières et des comptes des administrations publiques pour établir des estimations annuelles.

Les données sont habituellement obtenues sous forme agrégée et, dans certaines situations, de sociétés ou entreprises spécifiques. Ces données sont obtenues soit sous la forme de niveaux de bilan, soit dans un format où les flux financiers ont déjà été calculés. Dans le premier cas, les flux sont dérivés en calculant les variations comparativement au niveau précédent.

Les opérations sur les actifs et les passifs, par catégories détaillées, sont établies pour les principaux secteurs de l'économie. Ces transactions sont rajustées afin d'assurer leur conformité au cadre conceptuel du Système de comptabilité nationale de 2008 et, par conséquent, sont rajustées pour tenir compte de l'évaluation, de l'actualité et de la couverture.

Les estimations infra-annuelles sont générées en appliquant les mouvements d'enquêtes infra annuelles, comme le Relevé trimestriel des états financiers, les Comptes trimestriels de la balance des paiements et les statistiques trimestrielles de finances publiques, aux estimations repères.

Évaluation de la qualité

Comme le compte de capital et le compte des flux financiers sont compilés à partir de différentes sources de données diversifiées, il n'est pas possible de produire les indicateurs de la qualité habituels, fondés sur des données d'enquête, comme des coefficients de variation ou des taux de réponse aux enquêtes. Les données sont plutôt analysées afin de vérifier l'uniformité des séries chronologiques, d'établir des liens avec les événements économiques courants et d'assurer la cohérence avec les éléments connexes au sein du cadre.

Puisque le prêt net ou l'emprunt net des différents secteurs de l'économie peut être mesuré selon deux perspectives (le compte des flux financiers et le compte de capital), le processus de compilation en lui même constitue un important outil de contrôle de la qualité des données. Les différences entre le prêt net ou l'emprunt net mesuré par le compte de capital et le prêt net ou l'emprunt net mesuré par le compte des flux financiers mettent en lumière des incohérences dans les données sources, qui permettent de faire des ajustements qui renforceront la cohérence et amélioreront la qualité générale des estimations. Aussi, le compte des flux financiers doit respecter plusieurs identités comptables importantes, par exemple le fait que les transactions sur actifs financiers à l'échelle de l'économie doivent être égales aux transactions sur passifs financiers à l'échelle de l'économie. Le respect de ces identités et l'évaluation des déséquilibres lorsqu'ils surviennent sont des facteurs d'assurance de la qualité dans le système.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Révisions - Des révisions statistiques sont apportées afin d'intégrer l'information la plus récente tirée des enquêtes trimestrielles et annuelles, des statistiques sur l'impôt, des comptes publics, des recensements, etc.

Les données sont diffusées dans les 75 jours suivant la période de référence. Les estimations produites pour chaque trimestre sont révisées lorsque celles des trimestres subséquents de la même année sont publiées. Au troisième trimestre de chaque année, des révisions sont apportées habituellement pour les trois années précédentes. Normalement, le compte de capital et le compte des flux financiers ne sont pas révisés de nouveau, sauf lorsque des révisions exhaustives sont menées.

La majorité des composantes du compte de capital et du compte des flux financiers infra-annuels ne sont pas désaisonnalisées. Un petit nombre de séries sont présentées sur une base désaisonnalisée afin de faciliter la comparaison avec les autres composantes du Système canadien des comptes macroéconomiques, comme les comptes des revenus et dépenses. La désaisonnalisation est exécutée au moyen de la méthode de désaisonnalisation X12 ARIMA.

Exactitude des données

Les comptes sont organisés sous forme de matrice utilisant deux contraintes: les sources de fonds sont égales aux utilisations de fonds; et les transactions en actifs financiers (par instrument) sont égales aux mêmes éléments du passif. Les déséquilibres produisent des divergences statistiques, qui sont un des indicateurs de la fiabilité globale du système. Cependant, ces indicateurs ne sont que partiels et plutôt insuffisants.

Il est impossible de calculer le degré d'erreur dans les estimations. La qualité des estimations peut être jugée à partir des révisions apportées et au moyen d'une évaluation subjective des sources de données et méthodes employées dans la préparation des estimations.

Documentation

Date de modification :