Balance des paiements internationaux du Canada

Information détaillée pour deuxième trimestre de 2017

Statut :

Active

Fréquence :

Trimestrielle

Numéro d'enregistrement :

1534

La balance des paiements internationaux retrace l'ensemble des transactions économiques entre les résidents du Canada et les non-résidents dans trois comptes, soit le compte courant, le compte capital ainsi que le compte financier.

Date de la parution - 30 août 2017

Aperçu

Ce programme statistique retrace les opérations entre les résidents et les non-résidents du Canada, réparties entre le compte courant, le compte capital et le compte financier. Les opérations enregistrées dans les comptes de la balance des paiements représentent les échanges et les transferts de valeurs économiques entre les résidents et les non-résidents du Canada vus sous l'angle du Canada. Les valeurs économiques échangées ou transférées peuvent être des biens, des services, des revenus primaires et secondaires ou des créances financières. Les opérations sont présentées selon la méthode de comptabilité en partie double dans laquelle chaque opération donne lieu à deux inscriptions simultanées représentant les aspects donneur et receveur de l'opération. Les importations et les revenus à payer sont enregistrés en tant que débit tandis que les exportations et les revenus à recevoir sont enregistrés sous forme de crédit. Parallèlement, une sortie de capitaux dans le compte financier se rapporte à une acquisition nette d'actifs canadiens à l'étranger ou à une diminution du passif canadien envers les non-résidents. Une entrée de capitaux est associée à une vente d'actifs canadiens à l'étranger ou à une augmentation du passif canadien envers les non-résidents.
Le gouvernement s'appuie sur ces statistiques pour élaborer sa politique monétaire et commerciale. Les données de la balance des paiements sont également utilisées par les entreprises, le monde universitaire, les médias et les membres du grand public à des fins d'information et d'analyse. Enfin, le Canada en a besoin pour s'acquitter de ses obligations en matière de statistique envers des organismes supranationaux comme le Fonds monétaire international (FMI) et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Activité statistique

La balance des paiements internationaux du Canada est obtenue en intégrant de nombreuses sources de données reliées à des transactions entre résidents et non-résidents et servant à mesurer les flux de biens, de services, de revenus ainsi que les créances financières provenant de l'étranger ou quittant le territoire canadien. Le manuel de la Balance des paiements, version 6, tel que publié par le Fonds monétaire International (FMI) décrit les méthodes, concepts, les identités et le cadre comptables servant à produire la Balance des paiements internationaux du Canada. Cette activité statistique s'apparente à celle d'un comptable qui compile les comptes de base d'une entreprise pour en faire un sommaire sous forme d'états comptables qui fournissent de l'information sur la santé financière de l'entreprise. En ce qui concerne la Balance des paiements du Canada, l'information statistique de base est obtenue à partir d'une variété de sources (enquêtes entreprises, comptes publics des administrations publiques, états financiers d'institutions financières, etc...) qui sont condensées dans les comptes courant, capital et financier pour ainsi donner un portrait économique des interactions entre les résidents et les non-résidents.

Le Système des comptes macroéconomiques du Canada (SCMC) fournit un cadre conceptuel intégré de statistiques pour l'étude de l'état et du comportement de l'économie canadienne. Les comptes sont axés sur la mesure des activités liées à la production de biens et de services, à la vente de biens et de services sur les marchés finaux, aux transactions financières qui les sous-tendent et aux situations financières qui en découlent.

Sujets

  • Balance des paiements internationaux
  • Comptes économiques
  • Finances publiques

Sources de données et méthodologie

Population cible

L'univers de la balance des paiements englobe tous les agents économiques qui résident au Canada et réalisent des opérations internationales. Les agents économiques peuvent être des entreprises, des administrations publiques, des institutions sans but lucratif ou des ménages.

La plupart des données utilisées pour établir les comptes de la balance des paiements proviennent d'enquêtes réalisées auprès de sociétés canadiennes auxquelles il est demandé de consolider toutes leurs opérations faites au Canada et qui, par conséquent, sont appelées entreprises canadiennes. La base de sondage contient, en principe, des renseignements sur toutes les entreprises canadiennes qui réalisent une quantité significative d'opérations internationales. Elle est mise à jour constamment d'après plusieurs sources de données.

Élaboration de l'instrument

Plusieurs questionnaires sont utilisés directement pour recueillir les données qui servent à l'établissement de la balance des paiements internationaux du Canada, à savoir :

BP11F -- Transactions, avoirs et engagements -- Or et argent (mensuel)
BP-QT -- Investissements trimestriels entre le Canada et les autres pays(trimestriel).
BP21SF -- Opérations internationales de services commerciaux (annuel)
BP21SQF -- Opérations internationales de services commerciaux (trimestriel)
BP22F -- Investissements effectués au Canada par des sociétés étrangères (annuel)
BP22AF -- Investissements effectués au Canada par des sociétés étrangères (trimestriel)
BP27F -- Transactions entre les sociétés d'assurance constituées au Canada et leurs sociétés affiliées et agences étrangères, leurs comptes en banque et d'autres sociétés ou personnes à l'extérieur du Canada (annuel)
BP28F -- Transactions entre les succursales canadiennes de sociétés d'assurances étrangères enregistrées au Canada et le siège social ou les autres sièges, sociétés ou personnes en dehors du Canada (annuel)
BP29F -- Déclaration de sociétés de fiducie et de prêts hypothécaires du Canada sur les transactions avec des non-résidents (annuel)
BP31F -- Opérations à terme avec des non-résidents (trimestriel)

Des données recueillies au moyen de nombreux autres questionnaires sont également utilisées pour produire d'autres produits statistiques qui, en bout de ligne, sont intégrés dans les comptes de la balance des paiements. Pour obtenir des renseignements sur ces questionnaires, utilisez les liens présentés plus loin à la section Sources de données.

Les questionnaires utilisés pour produire la balance des paiements ont d'abord été conçus à divers moments, à partir des années 1950. Ils ont été périodiquement redessinés, et jusqu'à tout récemment en ce qui concerne les enquêtes financières.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Les questionnaires trimestriels fournissant directement des données pour l'établissement de la balance des paiements internationaux sont envoyés aux entreprises canadiennes dont on sait ou suppose qu'elles ont une activité internationale suffisamment importante. Environ 6 000 entreprises reçoivent les questionnaires annuels. La collecte trimestrielle des données est limitée à environ 1000 entreprises dont le niveau des opérations internationales est très élevé, tandis que la collecte mensuelle de données est réalisée auprès d'un peu plus de 100 entreprises.

Les enquêtes annuelles couvrent presque la totalité de la population cible. Certaines données trimestrielles sont modélisées d'après des données annuelles antérieures.

Le questionnaire BP21SQF est envoyé à un échantillon probabiliste d'entreprises auxquelles sont attribués des coefficients de pondération individuels. Les valeurs des unités étudiées sont multipliées par les coefficients de pondération respectifs en vue d'estimer les totaux pour la population cible.

Les enquêtes trimestrielles utilisent une stratégie de stratification d'échantillonnage aléatoire simple.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants, sont tirées de fichiers administratifs et sont dérivées de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

Un grand nombre de sources de données est utilisé pour construire la Balance des paiements internationaux du Canada.

Questionnaires -- Les données sont recueillies au moyen de questionnaires mensuels, trimestriels ou annuels; la participation à ces enquêtes est obligatoire. Les questionnaires trimestriels sont envoyés le dernier jour ouvrable du trimestre. Les entreprises sélectionnées ont l'instruction de retourner les questionnaires dûment remplis à la Division du commerce et des comptes internationaux dans les quatre semaines après la fin du trimestre. Un suivi est fait durant les deux semaines suivantes, après quoi les entreprises sont contactées par téléphone.

De nombreuses sources de données administratives sont aussi utilisées, telles que;

- Citoyenneté et Immigration Canada (revenus pour l'émission de permis de migrant à des non-résidents)
- Défense nationale (revenus en provenance d'autres pays pour l'utilisation de matériel militaire canadien)
- Banque du Canada (répartition géographique du passif et de l'actif des banques canadiennes; réserves internationales officielles)
- Affaires mondiales Canada (paiements de transferts et contrats avec des fournisseurs de services canadiens, dépenses des ambassades canadiennes à l'étranger)
- Agence du revenu du Canada (p. ex. revenus de retenues d'impôt à la source)
- U.S. Internal Revenue Service (retenues d'impôt à la source versées du Canada aux États Unis)

- Centre de recherches pour le développement international (frais de recherche)
- Banque des règlements internationaux (dépôts non bancaires à l'étranger; données fournies individuellement par le Trésor des États Unis et la Banque d'Angleterre, puisque les données de la BRI arrivent habituellement avec un trimestre de retard)

D'autres enquêtes de Statistique Canada telles que l'enquête trimestrielle des états financiers, sont aussi utilisées pour construire la Balance des paiements du Canada.
Autres sources -- Diverses autres sources sont utilisées, comme la presse financière, les publications d'affaires, les rapports des sociétés, etc.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

Les données brutes transmises par les entreprises sont soumises à plusieurs vérifications afin de confirmer leur cohérence. Des vérifications historiques permettent de comparer les données de la période la plus récente à celles recueillies lors de périodes de référence antérieures. Au besoin, un suivi est fait auprès du répondant afin de vérifier ou de corriger les données.

Les valeurs agrégées sont comparées manuellement à celles des trimestres antérieurs. Au besoin, la comparaison manuelle est faite à un faible niveau d'agrégation.

Les données reçues sont également vérifiées par comparaison à celles de sources publiquement disponibles, comme les documents déposés auprès des commissions des valeurs mobilières et la presse financière.

Imputation

Questionnaires - Des imputations historiques sont faites pour la non-réponse en utilisant les résultats de la période de référence la plus récente disponible. Les valeurs annuelles sont pondérées trimestriellement en se fondant sur les tendances trimestrielles historiques. Des données extraites des rapports annuels des sociétés sont parfois utilisées pour faciliter l'imputation pour la non-réponse.

Autres sources - Les valeurs qui ne sont pas encore disponibles au moment de la production des estimations sont estimées au moyen d'équations d'identité.

Estimation

Les données provenant des diverses sources sont intégrées pour calculer des estimations de la valeur des opérations internationales, puis les résultats de la comptabilité en double partie sont rapprochés et les estimations sont rajustées au besoin; en bout de ligne, la divergence statistique (erreurs et omissions nettes) est égale à la valeur de l'entrée ou de la sortie nette inobservée nécessaire pour équilibrer les comptes.

Les estimations à un niveau agrégé de la balance des paiements sont comparées au compte financier et aux comptes des revenus et dépenses des Comptes économiques nationaux . Si les données macroéconomiques semblent douteuses, les composantes microéconomiques de ces résultats douteux sont examinées afin de déceler les erreurs de saisie ou d'imputation éventuelles. Un suivi auprès des répondants concernés a lieu au besoin.

Évaluation de la qualité

Outre le rapprochement des résultats de la comptabilité en double entrée et afin de confirmer la qualité des estimations produites, on procède à une analyse de cohérence des séries chronologiques, ainsi qu'à une analyse de la concordance des estimations avec des événements économiques bien connus et des données connexes provenant d'autres programmes.

En grande partie à cause des liens commerciaux importants qui les unissent, le Canada et les États-Unis comparent le compte courant bilatéral de leur balance des paiements depuis 1970. Très souvent, le rapprochement donne lieu à des révisions des valeurs et à des échanges de données.

Les résultats d'enquêtes trimestrielles sont étallonnés avec les enquêtes annuelles.

Les estimations du commerce de biens et de services sont étalonnées annuellement d'après les tableaux des sources et utilisations du Système canadien de comptes macroéconomiques.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Révisions - Les révisions statistiques sont effectuées pour incorporer les plus récentes données des enquêtes trimestrielles et annuelles, des statistiques de taxes, des comptes publics, des recensements, etc...

Les données sont publiées environ 60 jours après la période de référence. Les estimations pour chacun des trimestres sont révisées lorsque celles des trimestres suivants, au cours de la même année, sont publiées. Au moment du troisième trimestre de chaque année, des révisions sont effectuées, en général, pour les trois années précédentes. La Balance des paiements internationaux du Canada n'est pas, normalement, révisée une autre fois, sauf dans le cas de la mise sur pieds d'un programme de révisions plus approfondi.

Les composantes du compte courant qui présentent des variations saisonnières sont désaisonnalisées à l'aide du programme X-12 ARIMA. La plupart des données sur les biens, les services et le revenu secondaire (transferts courants) sont désaisonnalisées, tandis que moins de la moitié de celles sur les revenus de placements le sont.

Exactitude des données

L'erreur de réponse peut être due à la conception du questionnaire, aux caractéristiques de la question, à l'incapacité ou au refus du répondant de fournir l'information correcte, à la mauvaise compréhension des questions ou à des problèmes de définition.

Les principaux contrôles de cohérence sont ceux faits d'un trimestre à l'autre, où la position de clôture doit coïncider avec la position d'ouverture. Les données provenant des quatre déclarations trimestrielles doivent concorder avec les données annuelles.

L'erreur due à la non-réponse a lieu lorsqu'un répondant refuse de répondre, est incapable de le faire ou produit sa déclaration trop tard. Le cas échéant, les données sont imputées. L'erreur due à l'imputation est d'autant plus faible que le taux de réponse est élevé, et tous les efforts possibles sont faits pour obtenir un taux de réponse élevé. Le taux de réponse final varie considérablement selon le type de questionnaire. Il est excellent pour les questionnaires mensuels, variant systématiquement entre 95 % et 100 %. Pour les questionnaires trimestriels, il est d'environ 60 % et pour les questionnaires annuels, légèrement supérieur à 50 %. Lorsque les répondants annuels sont pondérés en fonction de variables financières clés, le taux de réponse est autour de 60%. Les analystes restent en contact avec les répondants afin d'essayer de maximiser le taux de réponse. La production lente de la déclaration est un problème fréquent.

L'erreur de traitement peut avoir lieu à diverses étapes, comme la saisie des données, leur vérification ou leur totalisation. Des mesures sont prises pour réduire au minimum cette forme d'erreur. Les opérations de saisie et de vérification des données sont effectuées simultanément, car le format tableur des déclarations permet de repérer rapidement les erreurs. Les rapports historiques permettent aussi d'éliminer les valeurs extrêmes créées à l'étape de la saisie des données. La totalisation est automatisée afin d'éliminer l'erreur humaine.

Divergence statistique (erreurs et omissions nettes) -- L'égalité parfaite entre la partie débit et la partie crédit des comptes n'est jamais parfaitement réalisée, à cause du grand nombre de sources de données utilisées et de la multitude d'opérations. Un excédent ou un déficit du compte courant et capital devrait correspondre à un prêt net (sortie de capitaux) ou un emprunt net (entrée de capitaux) dans le compte financier. Autrement dit, la somme des deux comptes devrait être nulle. En fait, puisque les données sont rassemblées à partir de sources multiples, les deux comptes de la balance des paiements sont rarement égaux. Par conséquent, la divergence statistique (erreurs et omissions nettes) est l'entrée ou la sortie inobservée nette nécessaire pour équilibrer les comptes.

Documentation

Date de modification :