Enquête sur les dépenses du gouvernement fédéral au titre de l'éducation (EDGFE)

Information détaillée pour 2014-2015

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

3140

L'objectif de cette enquête est de recueillir des données sur les dépenses du gouvernement fédéral en matière d'éducation.

Date de la parution - 4 juillet 2017

Aperçu

L'Enquête sur les dépenses du gouvernement fédéral au titre de l'éducation permet de déterminer, en détail, le soutien financier direct du gouvernement fédéral à l'éducation, à tous les niveaux, par ministère et par province/territoire. Un questionnaire uniformisé est envoyé à tous les ministères et organismes fédéraux ayant des programmes en matière d'éducation et de formation.

Les utilisateurs de ces données comprennent des intervenants de Statistique Canada et de l'extérieur du Bureau. Les renseignements recueillis dans cette enquête, ainsi que d'autres enquêtes financières, permettent aux gouvernements et aux différentes associations du secteur de l'éducation d'obtenir de l'information qui les aide à établir des politiques en matière d'éducation. Les utilisateurs externes de ces données comprennent les ministères du gouvernement fédéral qui, bien entendu, sont également des fournisseurs de données. Les données recueillies sont également utilisées pour faire le rapprochement des données financières d'autres sources. De plus, ces données font partie des intrants sous « Revenus et dépenses totals du Canada », qui sont requis par de nombreuses organisations.

D'autres divisions de Statistique Canada utilisent également ces données de façon « indirecte » en tant qu'intrants dans leurs programmes statistiques, par exemple, des données repères annuelles sont produites pour les enquêtes infrannuelles sur le revenu du travail et pour alimenter le Système de comptabilité nationale et la Division des institutions publiques. Les données de cette enquête sont également utilisées pour transmettre des renseignements à des organisations internationales telle que l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). De plus, ces données sont également utilisées comme intrants pour le Programme d'indicateurs pancanadiens de l'éducation, ainsi que pour la publication Tendances sociales canadiennes.

Période de référence : 1er avril - 31 mars

Période de collecte : Mars à décembre

Sujets

  • Éducation, formation et apprentissage
  • Finances de l'éducation
  • Gouvernement

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible comprend les ministères, organismes, commissions, conseils et sociétés d'État fédéraux.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire a été conçu à l'origine il y a de nombreuses années par Statistique Canada et par d'autres ministères fédéraux liés directement au secteur de l'éducation. Comme le concept original date du début des années 1980, il n'y a pas de renseignements sur les éléments de la conception du questionnaire, des essais et des groupes de discussion. Après quelques années, la population cible est revue par le personnel de l'éducation à Statistique Canada et révisée en fonction des changements occasionnels au nom des ministères, organismes et commissions du gouvernement fédéral.

Quelques changements mineurs ont été apportés au concept du questionnaire au début des années 2000, notamment une « Autorisation de communiquer », ainsi qu'un énoncé indiquant aux répondants que s'ils choisissent d'envoyer les données par télécopieur ou par un autre moyen électronique, Statistique Canada ne peut en garantir la confidentialité. Ce n'est qu'une fois les données vraiment reçues que la Loi sur la statistique en assure la confidentialité.

Le questionnaire avec l'année de référence 2003-2004 a été revu en 2004-2005 parce que différentes cellules devaient être ajoutées pour permettre la compatibilité avec le nouveau programme de saisie des données « Blaise ».

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Aucun échantillonnage n'est fait, les données étant recueillies pour toutes les unités de la population cible.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2015-03-24 à 2015-12-31

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants et sont dérivées d'autres enquêtes de Statistique Canada.

Les questionnaires et les lignes directrices sont envoyés à tous les ministères, organismes, commissions, conseils et sociétés d'État du gouvernement fédéral. Les renseignements relatifs à la formation linguistique sont obtenus auprès du Conseil du Trésor du Canada et le fichier Dépenses et main d'oeuvre scientifiques fédérales (DMOSF) auprès de la Division des sciences et de la technologie de Statistique Canada; lors du retour des formulaires à la division, les données sont ajoutées aux questionnaires appropriés, vérifiées manuellement par rapport aux questionnaires de l'année précédente, validées et saisies dans le système.

L'Enquête sur les dépenses et main d'oeuvre scientifiques fédérales, activités dans les sciences sociales et les sciences naturelles (numéro d'enregistrement 4212), recueille les données sur les programmes de soutien à la recherche universitaire, de subventions de recherche ou de bourses, et intègre ces dernières aux données de l'Enquête sur les dépenses du gouvernement fédéral au titre de l'éducation (EDGFE).

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Le système Blaise utilise des vérifications préprogrammées et identifie les erreurs potentielles dans les premières étapes de la saisie des données. À cette étape, les vérifications de la saisie faites par Blaise font en sorte de vérifier qu'aucune cellule n'est laissée vide, que d'autres ne comprennent que des données numériques et d'autres, que du texte. Certaines vérifications portent sur la longueur des réponses pour qu'elles correspondent aux exigences des réponses voulues. Par exemple, la variable de l'année ne peut comprendre que quatre caractères. En outre, certaines cellules comprennent un code fixe donnant une réponse de façon à ce que le répondant puisse voir quelle réponse a été donnée par le passé et puisse y apporter les changements nécessaires, c'est à-dire les noms des programmes d'éducation, le cas échéant.

Après les vérifications de la saisie, le système Blaise effectue des vérifications de contrôle pour vérifier que les champs « Genre de bénéficiaire », « Poste de dépense », « Genre de dépense » et « Niveau d'enseignement » sont remplis pour toutes les cellules respectives et toutes les années. Si ce n'est pas le cas, un message d'avertissement apparaît. De plus, le système Blaise effectue de nombreuses vérifications et contrôle les totaux pour les montants réels en dollars dans les cellules du questionnaire. Par exemple, des « indicateurs » sont placés si le total de certaines cellules dépasse ou montre une réponse vide dans certaines autres cellules correspondantes au sein de la même catégorie.

Les échecs de vérification sont corrigés par le personnel puis réinscrits au questionnaire. Ces corrections sont effectuées par des moyens simples ou par une communication avec les répondants.

Imputation

L'imputation pour les données manquantes, invalides ou incomplètes (c'est à-dire après des tentatives poussées de suivi) est habituellement effectuée par le gestionnaire de l'enquête en fonction des estimations historiques à l'aide des réponses du même ministère des années précédentes et d'une augmentation/diminution. D'autres sources publiées sont rarement mais parfois utilisées.

Estimation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Évaluation de la qualité

Au cours de la phase de traitement, les données recueillies dans le cadre de cette enquête sont comparées à plusieurs autres sources publiées. Dans un premier temps, les données « réelles » diffusées au cours de l'année de référence sont comparées aux données « préliminaires » déclarées par le répondant au cours de l'année précédente. Une comparaison est également faite entre les valeurs signalées par le répondant comme constituant des transferts et les montants figurant dans ses rapports publiés. Par exemple, les transferts du gouvernement fédéral reçus par les commissions scolaires sont validés par rapport aux montants figurant en tant que recettes dans les états financiers de ces commissions scolaires. Les analystes affectés à l'enquête examinent toutes les incohérences mises en évidence au cours de ce processus ainsi que toutes les variations importantes par rapport aux valeurs déclarées l'année précédente.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Il n'y a aucun besoin de désaisonnalisation ou de calendrialisation pour cette enquête. Le gérant d'enquête apporte des révisions aux données finales de fin d'année et au matériel, si nécessaire.

Exactitude des données

Les erreurs non dues à l'échantillonnage peuvent avoir les répercussions les plus importantes sur l'exactitude des données recueillies. Le processus de saisie de données fait largement appel à un traitement manuel susceptible d'entraîner des erreurs importantes. Ce risque est géré au moyen du système Blaise, mis au point par la Division des systèmes de collecte, qui intègre différents niveaux de vérification des totalisations et des valeurs aberrantes. L'équipe d'enquête examine toute valeur signalée par ce système et, si elle trouve une incohérence, communique avec le répondant en vue d'obtenir des renseignements supplémentaires.

Les erreurs de couverture peuvent également avoir des répercussions sur l'exactitude des données d'enquête. En raison des changements possibles des dénominations des programmes et des appellations dans les différents ministères fédéraux, les analystes affectés à l'enquête mettent en oeuvre, au début de chaque cycle, une recherche indépendante afin de déterminer si l'enquête couvre bien l'intégralité de la population visée.

Date de modification :