Série de rapports sur les grandes cultures: Enquête sur les fermes de juillet 2017 (CROP)

Information détaillée pour 31 juillet 2017 (pour les stocks), juillet 2017 (pour les données de superficie et de production)

Statut :

Active

Fréquence :

Cinq fois par année

Numéro d'enregistrement :

3401

Le but de la présente série d'enquêtes sur les fermes est de recueillir des renseignements sur les céréales et autres grandes cultures entreposées à la ferme (Enquêtes de mars, juillet et décembre sur les fermes), les superficies ensemencées (toutes les Enquêtes sur les fermes sauf celle de décembre) les superficies récoltées, et les anticipations de rendement et de production des récoltes (Enquêtes sur les fermes de juillet et novembre).

Date de la parution - 31 août 2017

Aperçu

Il s'agit d'une série de cinq activités de collecte de données utilisées pour la diffusion d'estimations à des dates stratégiques préétablies durant la campagne agricole.

Ces données ont pour objet de fournir des estimations précises par province sur les intentions d'ensemencement, la superficie ensemencée et récoltée, la production, le rendement et les stocks des principales grandes cultures cultivées au Canada à l'échelle provinciale. Les cultures enquêtées incluent le blé, l'avoine, l'orge, le seigle, le lin, le canola, le maïs-grain, le soya, les graines de tournesol, les haricots secs, les pois secs, les lentilles, les graines de moutarde, les graines de l'alpiste des Canaries et les pois chiches.

VEUILLEZ NOTER: En date du 4 octobre 2017, les données de la date de référence 2017 dans les tableaux CANSIM 001-0017 et 001-0010 ont été mises à jour et reflètent celles publiées le 19 septembre dernier dans le tableau CANSIM 001-0075 (Estimations modélisées des principales grandes cultures).

Les données recueillies par ces enquêtes sont utilisées par Agriculture et Agro-alimentaire Canada et d'autres ministères fédéraux pour élaborer et administrer les politiques agricoles. Cette information est aussi utilisée par les ministères provinciaux pour l'analyse de la production, des prix et pour les études économiques.

Période de référence : Superficie ensemencée (toutes les occasions); superficie récoltée, rendement et production (juillet et novembre); stocks (fin de l'année civile (déc.), fin de l'année fiscale (mars), fin de l'année de la campagne agricole (juillet)).

Période de collecte : La période de collecte pour chaque occasion d'enquête débute approximativement 4 semaines avant la diffusion des résultats, et s'étend sur 6 à 10 jours, dépendamment de la taille de l'échantillon.

Sujets

  • Agriculture
  • Cultures et horticulture

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible pour les enquêtes sur les grandes cultures est constituée de toutes les exploitations agricoles du Canada énumérées dans le Recensement de l'agriculture sauf les fermes institutionnelles, les fermes des réserves des Premières Nations, les fermes des Territoires du Nord-Ouest, du Yukon et du Nunavut.

Les enquêtes sur les grandes cultures recueillent des données du Québec, de l'Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Alberta à tous les cycles de l'enquête. Toutefois, les données sont recueillies deux fois par année seulement (à l'occasion de l'Enquête de 2018 sur les grandes cultures - juin sur les superficies ensemencées et de l'Enquête de 2018 sur les grandes cultures - novembre sur la production finale des grandes cultures) pour Terre-Neuve-et-Labrador, l'Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et la Colombie-Britannique.

La population cible pour les Enquêtes sur les fermes est constituée de toutes les exploitations agricoles du Canada énumérées dans le Recensement de l'agriculture sauf les fermes institutionnelles, les fermes des réserves des Premières Nations, les fermes des Territoires du Nord-Ouest, du Yukon et du Nunavut.

Les enquêtes sur les fermes recueillent des données du Québec, de l'Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Alberta à tous les cycles de l'enquête. Toutefois, les données sont recueillies deux fois par année seulement (à l'occasion de l'Enquête sur les fermes de juin sur les superficies ensemencées et de l'Enquête sur les fermes de novembre sur la production finale des grandes cultures) pour Terre-Neuve-et-Labrador, l'Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et la Colombie-Britannique.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire a été conçu en 1908 puis, au fil des ans, on lui a apporté des modifications afin de satisfaire aux exigences de Statistique Canada et du secteur agricole canadien. Des consultations ont eu lieu entre les experts du milieu et les spécialistes du secteur et des gouvernements provinciaux. Des essais internes sont effectués pour vérifier le débit et l'uniformité du questionnaire. Les questions sont modifiées, ajoutées ou supprimées selon les besoins.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Les enquêtes probabilistes peuvent utiliser deux types de bases d'échantillonnage: la base de sondage de type liste et la base aréolaire. Dans les Enquêtes sur les fermes, seule la base de sondage de type liste est utilisée pour la sélection de l'échantillon. La base de sondage de type liste est stratifiée en groupes homogènes sur la base des caractéristiques du recensement (exemples : la taille de la ferme et la superficie en culture) et sur les frontières géographiques intra-provinciales.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2017-07-19 à 2017-08-01

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

La méthode de collecte est ITAO (Interview assistée par ordinateur) et utilise le PCE (Portail de collecte pour les entreprises). Les entrevues par personnes interposés peuvent être faite. Les interviews sont offertes dans les deux langues officielles et prennent en moyenne 18 minutes.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

Avec le système ITAO, il est possible d'exécuter des procédures de vérification au moment même de l'enquête. Les programmes informatiques de vérification de ce système affichent des messages qui informent les interviewers au téléphone sur la possibilité d'erreurs de données, lesquelles peuvent être corrigées immédiatement. Le système ITAO réduit de façon significative le besoin d'un suivi téléphonique, diminuant ainsi le fardeau des répondants et la durée du traitement de l'enquête.

Les données sont par la suite comparées sur une base annuelle. Les analystes vérifient le travail de leurs collègues et des révisions en groupe sont effectuées. De plus, les principaux contributeurs font tous l'objet d'une vérification.

Imputation

On impute uniquement les données du rendement pour les enquêtes de production (Enquêtes sur les fermes de juillet et novembre), en calculant le rendement moyen selon la culture à partir de tous les enregistrements dûment complétés d'une région agricole donnée. La moyenne est imputée dans les enregistrements ayant des valeurs manquantes pour le rendement.

Estimation

Information relative à toutes les enquêtes :

Les données recueillies sont pondérées pour produire des indicateurs non biaisés et représentatifs de la population. De plus, à partir de deux indicateurs de niveau, il est possible de produire des ratios tel que le ratio du changement entre les superficies ensemencées cette année et les superficies de l'année dernière. Ces indicateurs de niveau sont ensuite soumis à un processus de validation basé sur une analyse faite par des spécialistes avant que des estimations finales soient publiées.

Depuis mars 2014, afin de diminuer le fardeau de réponse des répondants, les exploitations qui ont une superficie cultivable totale inférieure à un seuil provincial sont exclues des échantillons des Enquêtes sur les grandes cultures (tirage nul). Ce seuil, qui varie d'une province à l'autre, est établi de manière à ce que toutes les fermes ayant une superficie supérieure au seuil en question représentent ensemble 95% de la superficie en grandes cultures d'une province donnée. La portion des fermes non-enquêtées est alors modélisée et ajoutée à l'estimation obtenue des fermes enquêtées, afin de dresser un portrait complet des superficies ou productions relatives aux grandes cultures.

L'Enquête sur les fermes de mars donne les estimations des superficies que les producteurs ont l'intention d'ensemencer. En juin, les estimations provisoires des superficies ensemencées sont publiées et en novembre, ces estimations sont révisées en utilisant les informations fournies par les enquêtes d'automne.

Les Enquêtes sur les fermes de juillet et de novembre compilent des informations sur les superficies récoltées, le rendement moyen et la production des cultures sur la ferme. Les données recueillies par les enquêtes sont pondérées pour estimer la production au niveau provincial et au niveau des régions agricoles. Les indicateurs de niveau sont calculés pour la production et la superficie récoltée. Les estimations de rendement moyen au niveau provincial et des régions agricoles sont dérivées à partir de ces deux indicateurs.

Information relative aux enquêtes sur les stocks à la ferme :

Les stocks à la ferme sont estimés au 31 décembre, au 31 mars et au 31 juillet. Plusieurs indicateurs de niveau sont produits à partir des enquêtes sur les stocks tels que la superficie récoltée, les stocks à la ferme et la production. Aussi, plusieurs ratios sont dérivés à l'aide des différents indicateurs de niveau.

L'un des principaux outils servant à la vérification de ces estimations est le bilan des grains (ressources et utilisations) à la ferme. Ce tableau reflète seulement l'activité dans les exploitations agricoles avant que les grains n'entrent dans le système commercial. Les ressources et les utilisations doivent s'équilibrer.

Les ressources sont composées des stocks d'ouverture et de la production des exploitations agricoles. Les utilisations comprennent les livraisons, les semences à la ferme, les stocks de fermeture des exploitations, les aliments pour animaux, les déchets et les impuretés. Les données de la production et des stocks à la ferme sont établies à partir des Enquêtes sur les fermes menées par Statistique Canada. Les données sur les semences à la ferme sont fondées sur les taux moyens d'ensemencement. Les livraisons sont constituées en grande partie de livraisons de grains autorisées, obtenues auprès de la Commission canadienne des grains (CCG). L'élément « Aliments, déchets et impuretés » est un poste résiduel au bilan. Les indicateurs tels le nombre d'unités animales consommatrices de céréales, les conditions de la récolte ayant un effet sur la qualité des céréales, les ratios établis d'impuretés par rapport aux céréales livrées et les inspections des céréales servent à assurer l'exactitude des données.

Les tableaux du bilan national contiennent d'autres renseignements pouvant servir à l'estimation des stocks à la ferme.

Évaluation de la qualité

Les estimations sont basées sur des indicateurs de niveau obtenus à partir d'une enquête probabiliste sur les exploitations agricoles. L'erreur potentielle introduite par l'échantillonnage peut être calculée à partir de l'échantillon en utilisant une mesure statistique appelée le « coefficient de variation » (c.v.). Pour un échantillonnage répété, les chances sont de 95 % que la différence relative entre l'estimation de l'échantillon et ce qui aurait été obtenu d'une énumération de toutes les exploitations agricoles soit moins que le double du c.v.. Cet ensemble de valeurs acceptables est appelé « intervalle de confiance ». Les estimations publiées peuvent ne pas être les mêmes que les indicateurs de niveau en raison de la validation. Toutefois, ces estimations demeurent à l'intérieur de l'intervalle de confiance des indicateurs de niveau de l'enquête.

Les résultats d'enquête sont évalués à l'aide d'une comparaison avec les estimations précédentes et avec les autres sources disponibles. La mise en marché et les conditions de croissance pour la production des cultures tiennent lieu de balises lors de l'évaluation des données.

En raison de l'utilisation de facteurs de conversion ou de l'arrondissement des fractions en nombres entiers, il se peut que les totaux ne correspondent pas à la somme de leurs éléments.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Les superficies ensemencées publiées suite à l'Enquête de juin sur les fermes représentent les estimations préliminaires et peuvent être révisées au cours de la campagne agricole. Les estimations de la production des grandes cultures sont d'abord évaluées en juillet (avant les récoltes) et en novembre (après les récoltes). Ces estimations publiées à la fin de la campagne agricole sont par la suite sujettes à changement pour 2 ans, et aux révisions intercensitaires s'il y a lieu.

Exactitude des données

Les statistiques sur les grandes cultures sont basées sur un échantillon d'exploitations agricoles tiré au hasard et, comme telles, sont sujettes à des erreurs d'échantillonnage et à des erreurs non liées à l'échantillonnage. La qualité globale des estimations dépend ainsi de l'effet combiné de ces deux types d'erreur.

Les erreurs d'échantillonnage surviennent parce que les estimations sont dérivées des données d'un échantillon et non de la population totale. Ces erreurs dépendent de facteurs tels que la taille de l'échantillon, le plan d'échantillonnage et la méthode d'estimation. Une caractéristique importante de l'échantillonnage probabiliste est que les erreurs d'échantillonnage peuvent être mesurées à partir de l'échantillon lui-même.

Les erreurs non liées à l'échantillonnage sont des erreurs qui surviennent au cours de la réalisation de l'enquête pour différentes raisons. Par exemple, les cas où il y a absence de réponse sont une source importante d'erreurs non liées à l'échantillonnage. La couverture, la différence dans l'interprétation des questions, les informations incorrectes fournies par les répondants, les erreurs d'enregistrement, de codification et de traitement des données sont d'autres exemples d'erreurs non liées à l'échantillonnage.

Habituellement, à la fin de la collecte des données, 80 % des questionnaires ont été complétés en entier. Le taux de refus de l'enquête est environ de 8 % à 9 %. Les cas où il n'y a pas eu de contact ou de réponse représentent la portion restante de l'échantillon. Les facteurs de pondération théorique sont ajustés par un processus appelé « ajustement des facteurs de pondération » dans les cas de réponse partielle ou d'absence totale de réponse.

Depuis juillet 2013, les estimations diffusées sur CANSIM ou via le Quotidien pour les provinces de Terre-Neuve-et-Labrador, de l'Île-du-Prince-Edouard, de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de la Colombie-Britannique proviennent de données d'enquêtes pour les occasions de juin et novembre, mais sont ramenées de la plus récente fois où ces provinces ont été enquêtées pour les autres occasions, c.-à-d. de l'occasion précédente de novembre pour l'occasion de mars, et de l'occasion précédente de juin pour l'occasion de juillet.

Date de modification :