Mesures de la productivité du travail - Provinces et territoires (annuelles) (CCP)

Information détaillée pour 2016

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

5103

Le programme provincial annuel des comptes canadiens de productivité (CCP) fournit des estimations annuelles d'emplois, d'heures travaillées, de rémunération du travail et d'un ensemble de variables connexes telles que la productivité du travail et les coûts unitaires de main-d'oeuvre par province et territoire.

Date de la parution - 19 mai 2017

Aperçu

Le programme provincial annuel des comptes canadiens de productivité (CCP) produit des estimations annuelles d'emplois, d'heures travaillées, de la rémunération du travail et d'un ensemble de variables connexes telles que la productivité du travail et les coûts unitaires de main-d'oeuvre par province et territoire.

Les statistiques du travail produites par le programme annuel provincial des CCP fournissent un éclairage sur la performance du marché du travail des provinces et des territoires et permettent de construire des estimations de la productivité. Ces statistiques provinciales et territoriales du travail sont fondées sur une intégration de différentes sources de statistiques afin de produire une base de données cohérente avec les concepts du Système de comptabilité nationale du Canada (SCNC). Ces dernières constituent les repères du programme trimestriel des CCP (voir le numéro d'enregistrement 5042). Ces données sur le marché du travail sont utilisées par les analystes, les décideurs et les chercheurs pour évaluer les performances économiques des provinces et des territoires et leur contribution respective au niveau national.

Activité statistique

Le Système des comptes macroéconomiques du Canada (SCMC) fournit un cadre conceptuel intégré de statistiques pour l'étude de l'état et du comportement de l'économie canadienne. Les comptes sont axés sur la mesure des activités liées à la production de biens et de services, à la vente de biens et de services sur les marchés finaux, aux transactions financières qui les sous-tendent et aux situations financières qui en découlent.

Les comptes canadiens de productivité (CCP) sont responsables de l'élaboration, de l'analyse et de la diffusion des données officielles sur la productivité de Statistique Canada ainsi que de la production et l'intégration des données sur les emplois, les heures travaillées et les services de capital compatibles avec le Système des comptes économiques nationaux. À cet effet, les CCP comportent trois programmes. Le programme trimestriel fournit des estimations courantes de la productivité du travail et des coûts de main-d'oeuvre au niveau agrégé pour 15 regroupements d'industries (voir le numéro d'enregistrement 5042). Le programme annuel de la productivité multifactorielle fournit des estimations annuelles de la productivité multifactorielle et des mesures connexes (production, entrée de capital, entrée de travail et entrées intermédiaires) pour les principaux secteurs de l'économie de même que pour les industries aux échelons national et provincial (voir le numéro d'enregistrement 1402). Finalement, le programme provincial annuel, qui fait partie intégrante des Comptes économiques provinciaux et territoriaux, fournit les estimations d'emplois, d'heures travaillées, de la productivité du travail et des coûts de main-d'oeuvre au niveau des industries par industrie pour chacune des provinces et territoires (Dans le présent numéro d'enregistrement 5103).

Comptes provinciaux et territoriaux - Le Système de comptabilité nationale diffuse une grande variété de données au niveau provincial ou territorial sur des sujets tels que l'environnement, les finances publiques, le produit intérieur brut et ses composantes, le PIB par industrie, le tourisme et la productivité du travail.

Sujets

  • Comptes de la productivité
  • Comptes des revenus et dépenses
  • Comptes économiques
  • Produit intérieur brut
  • Travail

Sources de données et méthodologie

Population cible

L'univers du programme provincial couvre :
- les dix provinces, les trois territoires et les employés du secteur public à l'extérieur du Canada;
- trois catégories d'emplois (emplois salariés, emplois occupés par des travailleurs autonomes avec aide rémunérée et emplois occupés par des travailleurs à leur compte)
- 221 groupes industriels (W-SCIAN) et leurs agrégations L, M et S du Système de la comptabilité nationale; et
- l'ensemble de l'économie en distinguant le secteur des entreprises, celui des organismes à but non-lucratif ainsi que des différents niveaux de gouvernement (autochtone, local, provincial & territorial et fédéral).

Élaboration de l'instrument

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : janvier à décembre

Les données sont tirées de fichiers administratifs et sont dérivées de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

Plus précisément :

1) L'Enquête sur la population active (EPA)(numéro de l'enregistrement 3701) à partir de laquelle sont estimées les heures moyennes par emploi des industries ainsi que les repères annuels d'emploi et d'heures totales.

2) l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH)(numéro de l'enregistrement 2612) laquelle permet une allocation industrielle des emplois salariés et des salaires.


3) L'Enquête sur la dynamique du travail et du revenu (EDTR)(numéro de l'enregistrement 3889) fournissait jusqu'à récemment des statistiques sur le cumul d'emploi des travailleurs.

4) Les données du recensement permettent de construire une allocation industrielle des travailleurs autonomes (numéro de l'enregistrement 3901) et d'évaluer leurs revenus. Ces données permettent également d'évaluer les flux interprovinciaux de travailleurs et de produire des repères annuels des taux d'activité dans les territoires.

5) La division de la démographie (numéro de l'enregistrement 3605) fournit des estimations de population pour les territoires. Ces estimations sont couplées aux données de l'EPA et des recensements, ce qui permet de dériver des repères d'emplois pour ces Territoires.

6) Le cycle de l'utilisation du temps de l'enquête sociale générale (numéro de l'enregistrement 4504), disponible à tous les 5 ans, permet d'imputer des heures perdues aux congés qui ne sont jamais capturés par l'EPA. L'enquête est également utilisée pour dériver pour chaque industrie, une distribution hebdomadaire des heures travaillées.


7) Les estimations provinciales, territoriales et nationales du PIB et de la rémunération par industrie produites par la Division des Comptes des industries (DCI)(numéro de l'enregistrement 1303) permettent de définir l'univers, d'extraire les repères annuels des salaires et se construire les PIB des industries commerciales dans les provinces et territoires.


8) La Division des comptes économiques nationaux prépare des données courantes sur la rémunération du travail (numéro de l'enregistrement 1902) qui servent de jalon pour les années non-couvertes par la DCI.

9) Les données fiscales (T4 -- Déclaration de renseignements d'employeur, T1 : Déclarations des ménages, fichiers PD7 sur les remises de paie des employeurs) collectés par l'Agence du revenu du Canada (ARC) sont utilisées pour arrimer les micro-données d'emploi aux repères salariaux, pour peaufiner l'allocation industrielle des travailleurs autonomes, les flux interprovinciaux et les statistiques sur le cumul d'emploi.


10) Jusqu'à l'année de référence 2012, la Division de la fabrication et du commerce de gros préparait des données quant au nombre d'emplois dans les industries de la fabrication (numéro de l'enregistrement 2103).

11) La Division de l'environnement, de l'énergie et des transports fournit des informations sur l'emploi dans les mines de charbon (numéro de l'enregistrement 2147).


12) Le Ministère des Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC) fournit des données relatives aux grèves de travailleurs, en vue de l'estimation des heures travaillées.

13) Le Ministère des Ressources Naturelles fournit des données sur l'emploi et les salaires dans les mines métalliques et non-métalliques autres que le charbon.

14) Les données du Recensement des États-Unis sont utilisées pour évaluer le flux quotidien des résidents américains travaillant au Canada.

Détection des erreurs

Cette méthodologie ne s'applique pas à cette enquête.

Imputation

Pour préparer les statistiques par emploi (heures moyennes, fractions des travailleurs à temps plein dans l'emploi de l'emploi, les heures, les salaires, etc.), des règles d'imputation optimales ont d'abord été développées pour chaque catégorie de travailleur dans les dimensions provinciales et industrielles. L'imputation est construite à partir d'agrégations géographiques et industrielles et elle est introduite avant l'estimation en vue de pallier aux carences éventuelles de l'échantillon de l'EPA. Des estimateurs de variances d'erreurs ont été fournis par la Division de la Méthodologie pour les données de l'EPA. Cela a permis d'ordonner les « besoins en échantillon » des différentes industries et provinces. Les imputations concernent autant les heures travaillées que les heures perdues en raison des congés fériés. Des imputations analogues ont été également utilisées avec les données de l'EDTR. Par ailleurs, une imputation est requise pour les travailleurs autonomes dont les états financiers ne permettent généralement pas de scinder le bénéfice d'exploitation entre la rémunération de leur propre travail et capital. Le revenu de leur travail est donc établi par imputation. À cet égard, on utilise les données du recensement dont les concepts sont proches de ceux recherchés et on établit ainsi des paramètres d'ajustement industriels entre les taux horaires des salariés et ceux des travailleurs autonomes.

Estimation

Statistique Canada ne produit pas d'enquête qui puisse fournir une mesure des heures travaillées conforme au cadre du SCNC. Les CCP comblent ce vide. Bien que les statistiques sur le travail produites par le CCP résultent de l'intégration des données de différentes enquêtes des programmes statistiques, elles peuvent être réconciliées avec les séries agrégées produites par l'EPA.

Tout d'abord, on estime les heures moyennes payées ou travaillées par genre de travail (travail à temps plein ou à temps partiel) et le poids spécifique de ces régimes par classe de travailleur, industrie et province. Ces estimations combinent les imputations et les échantillons réels selon une pondération qui tient compte de tailles d'échantillon minimales requises. Celles-ci varient entre 5 et 10 pour les statistiques des heures moyennes et entre 10 et 20 pour les fractions d'emploi à temps plein.

Ensuite, des estimations d'emploi sont produites par province et industrie. Pour les salariés, les estimations impliquent un arrimage entre les données du T4 et les feuillets PD7 dont la plus grande partie est traitée par la DST. Pour l'emploi des travailleurs autonomes, les distributions industrielles construites à partir des données du recensement sont peaufinées au moyen des données du T1.

Finalement, le volume d'heures travaillées par catégorie d'emploi et d'industrie pour chaque province et territoire est obtenu en combinant les estimations d'emplois et les heures travaillées par emploi.

L'exercice est effectué à la fois au niveau le plus détaillé possible et à un niveau plus agrégé (avec une combinaison des 2 ou 3 chiffres de la classification du SCIAN). Ce niveau agrégé minimise l'impact de l'imputation, car il a pour but de dériver les repèresannuels des heures par province et territoire auxquels les estimations détaillées sont étalonnées.

L'estimation des repères annuels d'emploi des provinces implique quelques transformations des emplois totaux de l'EPA ; on doit d'abord retrancher les absences non-payées, ajouter ensuite les emplois secondaires des travailleurs à emplois multiples et ajouter finalement une estimation de l'emploi dans les réserves indiennes (qui ne sont pas couvertes par l'EPA). Il est utile de noter que dans les territoires, les estimations d'emplois sont dérivées essentiellement à partir des données démographiques combinées au taux d'activité de l'EPA. Ce taux est lui-même, étalonné aux données des recensements. Ensuite, on évalue les flux interprovinciaux et internationaux de salariés pour que l'emploi soit rapporté non pas à la province de résidence mais à celle de travail. Dans ce cas également, on combine les données des recensements et les données des T4 de même que certaines données du recensement américain. Finalement, les repères d'emplois sont ensuite complétés avec deux séries non-couvertes par l'EPA, les militaires et les fonctionnaires fédéraux en poste à l'étranger. À cet égard, on utilise des données de la Division de la Statistique du travail.

Pour les salariés, l'allocation industrielle finale implique un arbitrage entre les taux de salaires annuels et l'emploi puisque les salaires sont fixés et généralement incorporés aux estimations du PIB. L'arbitrage est fait de telle façon que le taux de salaire final (net de certaines composantes absentes des données de l'EERH) s'écarte peu du taux de salaire initial ¿ l'écart n'excédant jamais 6 %.


Pour plus de détails voir la documentation complémentaire ci-après et < Mesures annuelles du volume de travail cohérent avec le SCN : l'expérience canadienne >, série méthodologie des Comptes Nationaux, numéro 11F0026MIE2005005 au catalogue.

Évaluation de la qualité

Avant la publication, on analyse les résultats par province et territoire afin d'en évaluer la compatibilité. Un examen de la conjoncture économique générale et des tendances historiques est effectué. Comme les mesures de la productivité du travail sont compilées à partir de différentes sources de données diversifiées, il n'est pas possible de produire les indicateurs de la qualité habituels fondés sur des données d'enquête, comme des coefficients de variation ou des taux de réponse aux enquêtes. Les données sont plutôt analysées afin de vérifier l'uniformité des séries chronologiques, d'établir des liens avec les événements économiques courants et d'assurer la cohérence des données sources.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupements de données reconnaissables.

Les CCP utilisent le modèle de confidentialité développé par la Division des Comptes des industries. Ce modèle utilise une méthode de suppression des cellules sensibles.

Les données sont aussi supprimées lorsqu'elles reçoivent une cote de qualité inacceptable.

Révisions et désaisonnalisation

Révisions - Les statistiques annuelles sont publiées deux fois par année. Les estimations provisoires sont publiées au printemps suivant la fin de la période de référence, alors que les estimations révisées sont publiées à l'automne de la même année. Lors de la diffusion automnale, des révisions sont aussi apportées aux estimations des trois années antérieures. Normalement, les estimations ne sont plus révisées après cela, sauf quand une révision historique est réalisée. Des révisions statistiques sont faites afin d'intégrer l'information la plus récente tirée des enquêtes, des statistiques sur l'impôt, des comptes publics, des recensements, etc., et de tenir compte des nouveaux concepts ou définitions, des nouvelles méthodologies et sources de données ainsi que du processus annuel d'étalonnage d'après les comptes d'entrées-sorties. Généralement, les dates de diffusion et les révisions des statistiques du travail sont synchronisées avec les autres composantes des Comptes économiques provinciaux et territoriaux.

Désaisonnalisation - Il n'est pas nécessaire de procéder à la désaisonnalisation des données puisque le calcul de la productivité du travail et ses variables connexes à l'échelon provincial et territorial par industrie ne s'effectue qu'annuellement.

Exactitude des données

L'approche utilisée ici est fondée sur le jugement et l'expertise. La qualité des estimations est évaluée selon la qualité des données sources utilisées et la nature des bris inexplicables (le cas échéant) des séries.

En accord avec ce principe, les données produites par le programme provincial sont réputées être acceptables pour l'utilisation qui en est faite.

Documentation

Date de modification :