Immigration et diversité : projections de la population du Canada et de ses régions

Information détaillée pour 2011 à 2036

Statut :

Active

Fréquence :

Irrégulière

Numéro d'enregistrement :

5126

Ce programme statistique développe des projections de la composition ethnoculturelle de la population pour le Canada, les provinces et les régions métropolitaines de recensement basées sur divers hypothèses et scénarios portant sur les composantes de la croissance démographique.

Date de la parution - 25 janvier 2017

Aperçu

Ce programme statistique produit des projections de la population selon certaines variables reflétant la diversité ethnoculturelle (groupe de minorités visibles, statut des générations, lieu de naissance, religion et langue maternelle) pour le Canada, les provinces et les régions métropolitaines de recensement de 2011 à 2036. Ces projections sont basées sur divers hypothèses et scénarios relatifs aux composantes de l'accroissement démographique et aux comportements démographiques différentiels.

Les données de ces projections sont notamment utiles aux décideurs en charge de la planification de programmes en matière de cohésion sociale, d'intégration au marché du travail, de lutte contre le racisme et la discrimination, de multiculturalisme, d'immigration et de développement urbain. Elles s'adressent également aux autres organisations, chercheurs, universitaires, étudiants et à toute personne intéressée à l'évolution de la diversité ethnoculturelle au Canada.

Période de référence : La période de référence s'étend sur 25 ans à partir de la date de début de la période projetée (2011).

Sujets

  • Diversité ethnique et immigration
  • Estimations et projections démographiques
  • Minorités visibles
  • Population et démographie

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible pour ces projections est l'ensemble de la population canadienne.

Élaboration de l'instrument

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Sources des données

Les données sont tirées de fichiers administratifs et sont dérivées de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

Les données ont été préparées en utilisant Demosim, un modèle de projection par microsimulation.

La population de départ des projections se fonde sur la base de données de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011, laquelle a été ajustée pour tenir compte du sous-dénombrement net au recensement.

Les hypothèses et paramètres qui sous-tendent les projections démographiques ont été développés à partir de diverses sources de données : recensements de la population de 2001 et 2006 (échantillons 20%) et l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011, enquête (Enquête sociale générale) et données administratives (estimations démographiques, statistiques de l'état civil, fichiers de Citoyenneté et immigration Canada, Base de données longitudinales administrative, base de données du suivi de mortalité basé sur le Recensement de 1991).

Détection des erreurs

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Imputation

Ce type de méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Estimation

Les projections ont été établies au moyen d'un modèle de micro-simulation qui diffère du modèle classique de projection par la méthode des composantes en ce qu'il utilise des micro-données plutôt que des données agrégées, ce qui permet notamment de projeter un grand nombre de caractéristiques individuelles.

Le point de départ des projections est constitué de la base de micro-données de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 ajustée pour tenir compte du sous-dénombrement net au recensement. Cette base de données comprend plus de sept millions de répondants, chacun avec ses caractéristiques individuelles : âge, sexe, état matrimonial, lieu de résidence, statut des générations et année d'immigration, lieu de naissance, groupe de minorités visibles, la religion et la langue maternelle.

Comme c'est également le cas pour le modèle utilisant la méthode des composantes, la population au temps T+1 résulte des changements subis par la population au cours de l'année précédente. Mais les changements surviennent au niveau individuel plutôt qu'au niveau d'agrégats de population. Dans le modèle, un individu peut changer d'état matrimonial, avoir un enfant, changer de lieu de résidence, quitter le pays ou décéder, notamment. De plus, de nouveaux individus sont ajoutés au fil du temps, soit par naissance, soit par immigration.

Le modèle calcule pour chaque personne la probabilité que ces événements surviennent en fonction de ses caractéristiques propres. Ainsi, par exemple, la probabilité qu'une femme donne naissance à un enfant n'est pas la même selon que la femme est mariée ou célibataire, selon qu'elle appartienne ou non à un groupe de minorités visibles, etc. Au moyen d'un processus de Monte-Carlo et à partir des probabilités associées à chacun des événements, le modèle détermine pour chaque individu lequel des événements surviendra en premier et calcule la durée de temps écoulée avant que celui-ci ne se produise. Chaque fois qu'un événement se produit, les probabilités sont recalculées afin de tenir compte des nouvelles caractéristiques des individus. Par exemple, la probabilité de changer de lieu de résidence diminue après la naissance d'un enfant. Le modèle fait progresser les individus de cette manière jusqu'en 2036, à moins que ceux-ci ne décèdent ou ne quittent le pays entre-temps.

L'opérationnalisation d'un tel modèle a nécessité que l'on ait recours à diverses sources de données et méthodes (analyses multivariées, taux, matrices de transition, etc.).

Le modèle de projections requiert également que des hypothèses sur chacune des composantes de l'accroissement démographique (incluant les comportements différentiels) aient été développées au préalable. Ainsi, le présent exercice de projections compte trois hypothèses de fécondité, trois niveaux d'immigration, trois répartitions provinciales et territoriales des immigrants à l'arrivée, deux compositions de l'immigration par pays de naissance, quatre hypothèses de migration interne, trois hypothèses chacune pour la mortalité, l'émigration, et le solde des résidents non permanents et deux hypothèses de mobilité religieuse intragénérationnelle. Douze combinaisons d'hypothèses ont par la suite été retenues de façon à former des scénarios d'évolution de la population plausibles en regard des tendances passées.

Évaluation de la qualité

Divers mécanismes sont mis en oeuvre afin d'assurer la qualité de ces projections démographiques. Tout d'abord, au début de chaque cycle, le choix des sources de données et méthodes servant au calcul des projections font l'objet d'une révision en profondeur. Un comité scientifique indépendant est d'ailleurs consulté à cet effet. Le choix des hypothèses et scénarios est également soumis à une consultation, que ce soit auprès de ministères fédéraux ou du Comité consultatif de la statistique et des études démographiques. Enfin, les résultats des projections sont soumis à une validation détaillée, laquelle comprend notamment une analyse de l'adéquation entre les transitions estimées et projetées, une comparaison à d'autres séries de projections démographiques et l'analyse comparative des tendances passées et projetées relatives aux populations d'intérêt.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Le modèle peut être sujet à révisions dans le cadre de projets à frais recouvrables.

Exactitude des données

L'exactitude de toute projection dépend de la qualité des données relatives à la population de départ et aux composantes de l'accroissement démographique, de même que de l'adéquation des hypothèses aux tendances à venir. Les projections ne sont pas des prédictions; elles représentent plutôt un effort en vue d'établir des scénarios plausibles à partir d'hypothèses sur les composantes de l'accroissement démographique, elles-mêmes sujettes à l'incertitude. On ne peut pour cela pas prétendre que les valeurs que l'on observera au cours des années à venir demeureront toujours à l'intérieur de la fourchette que suggèrent les scénarios de faible et de forte croissance.

Date de modification :