Enquête sur la radiodiffusion et la télédiffusion (ERT)

Information détaillée pour 2016

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

2724

Cette enquête recueille des données financières et d'exploitation pour les stations et réseaux de télévision et de radio, et le secteur de la télévision payante et spécialisée.

Date de la parution - 20 juin 2017(Télédiffusion); 18 juillet 2017 (Radiodiffusion privée)

Aperçu

L'information recueillie par l'enquête annuelle auprès des radiodiffuseurs et télédiffuseurs sert les grands objectifs suivants : établir une mesure de la performance financière des radiodiffuseurs et télédiffuseurs et mesurer la contribution de ce secteur à l'économie canadienne. Les principaux résultats de cette enquête sont des données détaillées sur les recettes, les dépenses et les caractéristiques d'opérations au niveau de l'établissement (station ou réseau de radio ou de télévision). La quantité d'informations recueillies varie selon la taille de l'établissement.

Les données de cette enquête sont utilisées par :

a) Statistique Canada dans la construction de comptes industriels;
b) Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) pour surveiller les tendances dans l'industrie ainsi que l'adhérence à la réglementation;
c) Les associations professionnelles, les gouvernements provinciaux, Patrimoine Canadien et les analystes dans l'analyse et le développement de politiques;
d) Les consultants et autres intervenants pour préparer et présenter des rapports et mémoires devant des organismes tels le CRTC et la Commission du droit d'auteur.

Afin d'éviter les dédoublements et un fardeau de réponse indu, l'enquête est menée par Statistique Canada en collaboration avec le CRTC sous l'autorité de la Loi sur la statistique et de la Loi sur la radiodiffusion.

Activité statistique

Le programme de statistiques sur la radiodiffusion et la télédistribution fait partie d'un programme plus vaste portant sur les indicateurs des sciences et de la technologie.

Ce programme vise à développer des indicateurs pour mesurer et expliquer les répercussions sociales et économiques des activités liées aux sciences et à la technologie dans un cadre les regroupant de manière cohérente.

Le document ci-joint décrit brièvement les principales composantes de ce programme et vous renvoie à la documentation d'enquête pertinente pour la dernière période de référence pour laquelle des données sont disponibles.

Période de référence : L'année financière de la radiodiffusion (1er septembre au 31 août)

Sujets

  • Écoute de la télévision et de la radio
  • Industries de la radiodiffusion et de la télédiffusion
  • Rendement des entreprises et appartenance
  • Services aux entreprises, aux consommateurs et liés à la propriété
  • Technologie de l'information et des communications

Sources de données et méthodologie

Population cible

Cette enquête vise toutes les entités titulaires d'une licence du CRTC leur permettant d'exploiter une entreprise privée, publique ou non-commerciale de radio ou de télévision. En termes de classification industrielle, les entreprises visées par cette enquête sont classées aux catégories suivantes du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN 2012): Radiodiffusion (51511) et Télédiffusion (51512).

Élaboration de l'instrument

L'enquête annuelle sur la radiodiffusion et la télédiffusion recueille essentiellement des données financières auprès et pour les organisations qui sont titulaires d'une ou plusieurs licences leur permettant d'exploiter une ou plusieurs entreprises de radiodiffusion ou de télédiffusion. Elle a été élaborée en collaboration avec le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes et le ministère du Patrimoine Canadien. Ce partenariat avait pour but de satisfaire les besoins statistiques des organismes responsables de l'élaboration de politiques et de la réglementation et de s'assurer que les répondants seraient en position de fournir les données sans fardeau indu. Dans la mesure du possible, le contenu de l'enquête a été développé en tenant compte des normes comptables généralement reconnues et de celles en usage dans l'industrie.

Le contenu de l'enquête fait l'objet d'une revue annuelle avec les mêmes partenaires.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

L'enquête annuelle sur la radiodiffusion et la télédiffusion recueille essentiellement des données financières auprès et pour les organisations qui sont titulaires d'une ou plusieurs licences leur permettant d'exploiter une ou plusieurs entreprises de radiodiffusion ou de télédiffusion.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants, sont tirées de fichiers administratifs et sont dérivées de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

On demande aux entreprises de fournir des renseignements au moyen d'un système de collecte de données en ligne géré par le CRTC.

L'enquête est lancée dans la première moitié du mois d'octobre.

Les répondants ont jusqu'au 30 novembre pour soumettre leurs données à l'aide du système de collecte de données en ligne. Un suivi par téléphone auprès des non-répondants est fait en décembre ou en janvier pour discuter du retard et pour négocier des arrangements au besoin.

Agence du revenu du Canada T2 et PD7

Dans le but d'améliorer les données de la présente enquête, Statistique Canada pourrait combiner les renseignements de cette enquête avec ceux provenant d'autres enquêtes ou de données administratives.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

Afin d'identifier, de minimiser et de corriger les erreurs, les données sont assujetties aux contrôles de qualité suivants :

- Les données font l'objet d'une vérification pour s'assurer que la couverture est celle anticipée et qu'une réponse complète a été fournie. Le répondant est contacté pour clarification si nécessaire.

- Les données sont ensuite sujettes à une vérification à l'aide de règles informatisées dans le but d'assurer l'exactitude et la cohérence interne de celles-ci.
- Dans le cas des grandes entreprises, on compare les données rapportées avec les données financières vérifiées et toutes différences majeures font l'objet d'un suivi.
- Dans le cas des grandes entreprises, on compare les données rapportées avec celles de l'année précédente et les changements structurels sans explication évidente font l'objet d'un suivi.
- Des ratios permettant de comparer la structure des intrants et des extrants sont calculés afin d'identifier les cas hors normes.

Tous les cas qui soulèvent des questions font l'objet d'un suivi auprès du répondant. Toutefois, puisque la plupart des données recueillies proviennent des états financiers préparés par l'entreprise, il y a généralement peu d'erreurs ou d'inconsistances.

Imputation

Une des 3 méthodes suivantes est utilisée pour remédier aux problèmes de réponses manquantes, non-valides ou incohérentes :

- On utilise des données fournies par le répondant (avec ou sans ajustements) pour une période antérieure afin d'estimer les données pour la période courante.
- On impute pour les données manquantes d'un répondant sur la base des données complètes fournies par un répondant ayant des caractéristiques semblables.
- On utilise des poids ou des moyennes pour l'ensemble (ou un sous-ensemble) de la population pour estimer la valeur des données manquantes.

Estimation

Aucune estimation n'est faite pour le manque de couverture, la clandestinité ou la sous-évaluation des permis délivrés.

Évaluation de la qualité

Pour la dernière étape de contrôle de la qualité, l'analyste responsable de l'enquête entreprend une évaluation critique des principaux faits représentés par les résultats d'ensemble. Cette évaluation inclut une analyse systématique des tendances historiques, une vérification de cohérence fondée sur des ratios analytiques, une comparaison à d'autres données ainsi qu'à des analyses sectorielles indépendantes. Si cette procédure laisse croire que la qualité des données est en cause, on répète les mesures pour identifier et éliminer les erreurs potentielles dans les micro données. Ces étapes sont décrites dans la section « Contrôle des données ».

À cette étape du processus de vérification, l'évaluation de la qualité dépend dans une large mesure de l'expertise de l'analyste. Cette expertise est développée par des moyens divers, entre autres, par le réseautage avec d'autres analystes des secteurs public et privé, par la participation à des conférences et par la lecture de documents pertinents.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la loi. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Les données pour une industrie spécifique ou une variable peuvent être supprimées (avec une autre industrie ou variable) si le nombre d'entreprises dans la population est trop petit.

Révisions et désaisonnalisation

Les statistiques sont sujettes à révision, par suite généralement de la réception en retard de données, de révisions apportées par les répondants à des données soumises précédemment, ou encore d'erreurs décelées après la publication des données, qui n'ont généralement pas de répercussions sur les résultats provisoires. Les révisions passées ont touché moins de 1 % de la valeur des variables clés, comme le total des revenus, les salaires et traitements et le nombre d'employés.

Exactitude des données

Le taux de réponse est 100%

Toutefois des erreurs non dues à l'échantillonnage peuvent se produire.

Il y a potentiellement quatre sources d'erreurs non dues à l'échantillonnage qui peuvent être identifiées dans toute enquête : une erreur de couverture, une erreur de réponse, une erreur de non-réponse et une erreur de traitement.

L'erreur de couverture est le résultat d'une représentation inadéquate de la population visée. Cette erreur peut se produire lors de la sélection de la population enquêtée ou durant la collecte et le traitement des données. Pour éviter une telle erreur, plusieurs sources décrivant la population de l'industrie sont utilisées et comparées. Toutefois, étant donné la population relativement petite et la forte concentration de la population cible ainsi que les exigences en matière d'enregistrement dans ce secteur, l'erreur de couverture n'a que peu d'impact sur les résultats de cette enquête.

L'erreur de réponse peut avoir plusieurs causes, comme une mauvaise conception du questionnaire, une interprétation fautive des questions de la part du répondant ou un mauvais rapport du répondant. Des changements fréquents au sein du personnel de la compagnie peuvent aussi mener à des erreurs de réponse. Les réponses sont comparées d'une année à l'autre et tout écart significatif est examiné par les analystes pour vérifier leur exactitude. Cependant, même avec ces vérifications, la qualité des données dépend avant tout de la volonté des répondants de vérifier leurs propres dossiers.

L'erreur de non-réponse se produit lorsque les répondants ne coopèrent pas pleinement. Il ne s'agit pas là d'une source de préoccupation grave en ce qui concerne cette enquête. Les grands fournisseurs de services participent généralement pleinement à l'enquête. Il y a des circonstances ou un répondant est incapable de participer pleinement. Pour atténuer l'impact sur l'enquête, nous demandons habituellement aux répondants de fournir quelques variables clés et des estimations sont faites pour les autres. L'information publique disponible est aussi utilisée pour les besoins de l'enquête.

Des mesures comme le taux de réponse (la proportion des unités de la population cible dont la réponse parvient dans le délai stipulé) et la fraction de réponse (la proportion de l'estimation qui s'appuie sur les données réellement déclarées) peuvent servir d'indicateurs de l'importance des erreurs non liées à l'échantillonnage.

Les imputations faites pour la non réponse totale et partielle sont sujettes à l'erreur, mais les imputations se limitent généralement aux détails pour lesquels le répondant fournit un total de contrôle. Les imputations sont plus fréquentes dans le cas des petits fournisseurs de services, et dans ce cas les imputations comptent pour une large proportion des valeurs.

Les erreurs de traitement peuvent se produire pendant la codification, la saisie de données, la vérification et la mise en tableaux des données. Dans cette enquête, des procédures de contrôle de la qualité sont utilisées durant le traitement des données pour minimiser ce type d'erreur.

Date de modification :