Information financière des collèges communautaires et des écoles de formation professionnelle (FINCOL)

Information détaillée pour 2014-2015

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

3146

L'enquête vise à recueillir des renseignements financiers (revenus et dépenses) au sujet de l'ensemble des collèges communautaires ne décernant pas de grades et des écoles publiques de formation professionnelle au pays.

Date de la parution - 17 janvier 2017

Aperçu

L'enquête sur l'information financière des collèges communautaires et des écoles de formation professionnelle vise à recueillir des renseignements financiers (revenus et dépenses) au sujet de l'ensemble des collèges communautaires ne décernant pas de grades et des écoles publiques de formation professionnelle au pays.

Cette information :
-aide les associations et les gouvernements à mieux comprendre la situation financière à ce niveau d'éducation;
-facilite l'élaboration de politiques dans ce secteur;
-aide à mesurer l'impact de l'augmentation des frais de scolarité;
-aide à mesurer l'impact du soutien fédéral/provincial.

Période de référence : Année financière de l'établissement

Période de collecte : Entre mars et septembre de l'année suivante.

Sujets

  • Éducation, formation et apprentissage
  • Finances de l'éducation

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible se compose de tous les collèges communautaires ne décernant pas de grades et des écoles publiques de formation professionnelle au Canada. Les institutions privées n'offrant que des cours de formation professionnelle et de métiers ne sont cependant pas couvertes par cette enquête. Pour des fins statistiques, les institutions d'enseignement sont classées comme suit :

1. Collèges communautaires
Cette catégorie comprend les collèges d'arts appliqués et de technologie (CAAT) de l'Ontario, les collèges d'enseignement général et professionnel (CÉGEPs) du Québec, les instituts de technologie et toute autre institution d'enseignement offrant des cours dans des domaines comme les techniques paramédicales, les sciences infirmières, l'agriculture, la foresterie, les sciences nautiques, etc. Ces établissements offrent des programmes de
niveau postsecondaire (programmes techniques et de passage à l'université) et parfois, des programmes de formation professionnelle et de métier.

2. Écoles de formation professionnelle
Cette catégorie comprend les centres d'orientation et de formation pour les immigrants (COFI) au Québec et tout autre établissement public qui offre des cours au niveau de la formation professionnelle et des métiers seulement.

Élaboration de l'instrument

L'enquête a été mise en oeuvre en 1982 à l'époque par la Division de l'éducation en consultation avec chacun des ministères de l'éducation provinciaux ainsi qu'à l'aide d'une enquête pilote nous indiquant ce qui serait disponible. L'enquête a été éventuellement établie et vérifiée par le Centre d'information sur la conception des questionnaires (CICQ).

Les définitions des éléments de données correspondant aux variables du questionnaire sont les mêmes que celles de l'Enquête sur l'information financière des universités et collèges (numéro d'enregistrement 3121) faite en conjonction avec l'Association canadienne du personnel administratif universitaire (ACPAU) étant donné les similarités entre les deux enquêtes.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Aucun échantillonnage n'est fait, les données étant recueillies pour toutes les unités de la population cible.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2014-11-24 à 2015-06-30

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants et sont tirées de fichiers administratifs.

Presque tous les collèges communautaires ne conférant pas de grades (sauf ceux des CÉGEPs au Québec) ainsi que les écoles publiques de formation professionnelle font leur déclaration au moyen du questionnaire papier. D'autres nous envoient seulement leurs états financiers.

Au Québec, les données des CÉGEPs sont recueillies par leur propre agence (Enseignement supérieur -- Direction générale du financement et de l'équipement -- Direction du financement et du contrôle). Cette information est envoyée à Statistique Canada (SC) sous format document papier et les données sont ensuite mises en correspondance et intégrées pour être converties au format de la base de données de FINCOL.

Tous les documents sont expédiés par la poste par la Division des opérations et de l'intégration (DOI).

Les questionnaires de l'enquête sont retournés à la DOI pour qu'on les y traite.

La DOI assure un suivi téléphonique auprès de tous les établissements, à l'exception des CÉGEPs.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Le système CONVERT, mis au point par la Division du développement de systèmes, soumet les données entrantes à plusieurs vérifications pour veiller à ce qu'elles répondent aux principaux critères (numérique, recoupement ou report de données adéquats, totaux, etc.).

Le fichier terminé est ensuite assujetti à un programme SAS (Statistical Analysis System) qui compare les résultats de chaque établissement à ceux déclarés l'année précédente. Toute variation importante est analysée avec les répondants.

Imputation

Les réponses manquantes, non valides ou incohérentes (c.-à-d. après de multiples tentatives de suivi), sont imputées à partir d'estimations historiques à l'aide des réponses fournies les années précédentes par l'établissement en question et du taux d'inflation ou de déflation, calculé en fonction du nombre d'inscriptions actuel et/ou des variations de l'Indice des prix à la consommation (IPC).

Estimation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Évaluation de la qualité

Beaucoup d'établissements retournent leur questionnaire accompagné d'états financiers vérifiés, garantissant ainsi l'exactitude des données. Il n'empêche que chaque année, la comparabilité des données (augmentation en pourcentage pour les principales cellules) fait l'objet d'un examen pour chaque collège communautaire, et tout écart important est analysé avec le répondant et entraîne des modifications, s'il y a lieu.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Une lettre de présentation est envoyée à chaque établissement pour lui demander de participer et de signifier par écrit, en remplissant le formulaire d'autorisation joint, sa permission de diffuser publiquement les données.

Les données des établissements ne peuvent être diffusées qu'au niveau provincial.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Toute enquête peut donner lieu à des erreurs. La présente enquête donne lieu à des erreurs non dues à l'échantillonnage, car aucun processus d'échantillonnage n'a été utilisé pour produire les résultats finaux. Bien que des efforts considérables soient déployés pour veiller à ce que les collèges communautaires préparent l'information conformément à la brochure explicative fournie afin d'assurer la comparabilité des données agrégées et de garantir la cohérence et la comparabilité au fil du temps des données déclarées par les établissements, d'importantes différences entre les opérations et les politiques de financement et de comptabilité des établissements ou, encore, les façons différentes qu'ont ceux-ci d'interpréter et de mettre en oeuvre les lignes directrices que contient la brochure explicative influent sur la comparabilité de l'information au fil du temps et entre les établissements.

Le taux de réponse est de 100 % pour les établissements membres de l'ACPAU. Dans le cas des établissements qui ne sont pas membres de l'ACPAU, les réponses manquantes sont imputées comme indiquées ci-dessus.

Date de modification :