Enquête sur la participation et les limitations d'activités (EPLA)

Information détaillée pour 2006

Statut :

Active

Fréquence :

Aux 5 ans

Numéro d'enregistrement :

3251

Statistique Canada mène une enquête sur les Canadiens (adultes et enfants), dont les activités quotidiennes pourraient être limitées en raison d'un état ou un problème de santé. Les résultats de l'enquête permettront d'identifier les difficultés et les obstacles auxquels ces Canadiens pourraient faire face.

Date de la parution - 3 décembre 2007

Aperçu

L'Enquête sur la participation et les limitations d'activités (EPLA) est une enquête post-censitaire qui recueille des données sur les personnes dont les activités quotidiennes sont limitées en raison d'un état ou d'un problème relié à la santé.

L'EPLA est considérée comme une enquête post-censitaire, parce qu'elle fait appel au recensement comme base de sondage pour l'identification de sa population cible. Par exemple: le questionnaire du Recensement de 2006 incluait deux questions générales sur les limitations d'activités. On a sélectionné les répondants en utilisant les données du recensement sur l'âge et la géographie et les réponses aux deux questions générales susmentionnées.

L'Enquête sur la santé et les limitations d'activités (ESLA - voir le menu latéral « Autres périodes de référence »), a été menée par Statistique Canada (SC) sur les personnes handicapées en 1986 et en 1991. En 2001, l'Enquête sur la santé et les limitations d'activités a été rebaptisée Enquête sur la participation et les limitations d'activités. Le nouveau nom traduit le fait que la nouvelle enquête met l'accent sur la participation des personnes ayant des limitations d'activités.

Les données recueillies grâce à l'enquête servent à planifier des services et des programmes dont ont besoin les personnes ayant des incapacités pour participer pleinement à la vie de notre société. L'EPLA est financée par Ressources humaines et Développement social Canada (RHDSC).

Sujets

  • Égalité et inclusion
  • Incapacité
  • Santé
  • Société et communauté

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population saisie par l'EPLA se compose de toutes les personnes interviewées qui ont répondu par l'affirmative à l'une ou l'autre des questions du Recensement sur les limitations d'activités et qui vivaient au Canada au moment de ce dernier.

La population cible de l'enquête sont les personnes des ménages privés et quelques ménages collectifs des 10 provinces et des trois territoires. La population cible vivant dans des réserves des Premières nations est exclue, tout comme les résidents des logements collectifs institutionnels.

En outre, les gens vivant sur les bases militaires, les navires des Forces armées canadiennes, marchands et de la garde côtière, les terrains de camping et dans les parcs sont, en outre, exclus pour des raisons opérationnelles. La population cible de l'EPLA est le sous-ensemble de la population saisie qui a également déclaré des incapacités lors de cette enquête.

Élaboration de l'instrument

Les questionnaires pour les adultes et les enfants ont été élaborés à partir de l'examen des questionnaires de l'Enquête sur la participation et les limitations d'activités (EPLA) de 2001 et de consultations auprès du client (RHDSC), des gouvernements fédéral et provinciaux et d'associations communautaires.

On a effectué un test pilote au printemps 2006 du contenu des questionnaires. Ces derniers ont été testés dans les deux langues officielles.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Plan d'échantillonnage et stratification

Le plan d'échantillonnage utilisé pour l'EPLA 2006 est un plan stratifié à deux phases basé sur le recensement 2006. La phase 1, le recensement lui-même, correspond à la distribution du questionnaire long à environ tous les 5 ménages de façon systématique à travers le Canada. La phase 2 correspond, elle, à la sélection d'individus ayant reporté une limitation d'activités lors de la première phase selon différentes caractéristiques qui définissent les strates.

Les strates ont été définies de sorte qu'elles puissent permettre de garantir des tailles d'échantillon suffisantes dans les domaines d'estimation et d'optimiser l'allocation de l'échantillon. Ainsi, puisqu'un des objectifs de l'enquête est de permettre la diffusion de profil statistique pour les personnes avec incapacité par province/territoire et pour divers groupes d'âge de la population, ces domaines d'estimation ont été considérés dans la construction des strates. Pour les provinces, les domaines d'estimation considérés ont été formés par le croisement de la province et les groupes d'âge suivants : moins de 15 ans, 15 à 24 ans, 25 à 44 ans, 45 à 64 ans, 65 à 74 ans et 75 ans et plus. Pour les territoires, les domaines d'estimation étaient, pour les enfants, les trois territoires combinés et, pour les adultes, les trois territoires séparés. De plus, afin de faire une allocation plus optimale de l'échantillon, la sévérité du handicap du répondant fut également incluse comme variable de stratification. Les personnes sévèrement limitées sont celles qui répondent au moins une fois « oui, souvent » aux questions filtres du recensement. Les personnes légèrement limitées sont celles qui répondent au moins une fois « oui, parfois » aux questions filtres du recensement sans jamais répondre « oui, souvent ». Et, finalement, la dernière variable considérée dans la construction des strates est la probabilité de sélection à la première phase. Inclure cette variable dans la stratification permet ainsi de minimiser la variabilité des poids initiaux des individus sélectionnés dans un même domaine et donc d'être plus optimal dans l'allocation de l'échantillon.

Méthode d'allocation de l'échantillon

La répartition de l'échantillon a été effectuée de façon à ce que, pour chaque domaine, on puisse estimer une proportion minimale avec un coefficient de variation (c.v.) maximum de 16.6% (16,6% correspond à la limite supérieure d'un c.v. afin de pouvoir qualifier de bonne qualité l'estimation correspondante). Chez les enfants de 0 à 14 ans, la proportion minimale à estimer a été fixée à 8,5%. Chez les adultes de 15 à 64 ans, cette proportion a été fixée à 9% et pour les adultes âgés de 65 et plus, cette proportion a été fixée à 11%.

Taille de l'échantillon

La taille totale de l'échantillon de l'EPLA 2006 se situe au alentour de 47,500 individus : 8 500 enfants (personnes âgées de moins de 15 ans) et 39 000 adultes (15 ans et plus).

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2006-10-30 à 2007-02-28

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Les interviews seront effectuées par téléphone, les intervieweurs remplissant un questionnaire assisté par ordinateur.

Les interviews par personne interposée étaient autorisées. On a réalisé dans certains cas spéciaux des interviews directes. Les interviews destinées à remplir les questionnaires des enfants ont été effectuées en présence de leur(s) parent(s) ou de leur tuteur.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

Une première phase de détection des erreurs se déroulera durant la collecte des données. Les superviseurs des intervieweurs examineront à ce stade les questionnaires remplis. Ils discuteront des incohérences qu'ils ont observées sur ces derniers avec les gens ayant fait passer les interviews et les répondants seront rappelés au besoin.

Une seconde phase de détection des erreurs se déroulera durant le traitement des données, qui comprend bien des étapes. La première est la validation des données, pendant laquelle, entre autres mesures, on masque les réponses multiples et on les traite avec les autres réponses manquantes. La seconde étape du traitement des données est la vérification.

On élaborera des règles de vérification pour repérer et corriger les incohérences entre les réponses à l'intérieur de chaque section des questionnaires des adultes et des enfants. On a précisera une correction automatisée, dont nous traitons dans la section Imputation, pour la plupart des situations qui correspondaient à des incohérences. Une fois cette étape achevée, on effectuera une macrovérification en analysant des distributions de fréquences pour repérer les anomalies, les catégories manquantes ou les fréquences inhabituellement élevées, par exemple.

Imputation

Pour l'EPLA, on imputera de façon déterministe des réponses valides dans le cas des réponses manquantes si les réponses aux questions connexes renferment suffisamment d'information. Autrement, on leur attribuera le code « Non déclaré ». On attribuera, en outre, aux questions qu'il ne fallait pas poser le code « Saut valide ». Lorsqu'une question pour laquelle la réponse manque (à laquelle on a attribué le code « Non déclaré ») aurait dû servir à déterminer s'il fallait poser des questions subséquentes, on inscrira pour ces questions subséquentes « Non demandé », parce qu'il est impossible de déterminer si l'on aurait dû les formuler.

Les non-réponses ne seront cependant pas permises dans le cas des renseignements démographiques nécessaires à la pondération, c'est-à-dire l'âge et le sexe de la personne interviewée. On demandera ces renseignements au début de l'interview pour s'assurer d'être entré en contact avec la personne sélectionnée. On imputera ces deux variables à partir du recensement si elles manquent ou sont invalides. On considérera, en particulier, un âge invalide s'il ne correspond pas au questionnaire utilisé.

Estimation

Dans une enquête-échantillon, chaque répondant représente, en plus de lui-même, d'autres personnes qui n'ont pas été sélectionnées. On associe donc un poids à chaque répondant pour indiquer le nombre de personnes que ce répondant représente. Il faut utiliser ce poids pour toutes les estimations.

Le calcul du poids est un processus en trois stades. Le PREMIER stade consiste à attribuer un poids initial fondé sur le plan d'échantillonnage. Le poids initial est l'inverse de la probabilité d'inclusion dans l'échantillon. Dans l'EPLA 2006, le poids initial est le produit du poids du recensement et du poids de sous-échantillonnage (l'inverse de la fraction de sondage à la deuxième phase).

Le DEUXIÈME stade de la pondération est l'ajustement pour tenir compte de la non-réponse. On effectue ici deux ajustements car il existe deux groupes de non répondants possédant des caractéristiques très différentes : les personnes non-contactées et les personnes contactées qui n'ont pas répondu. Les poids sont ajustés d'abord pour les non-contacts puis pour les autres non-réponses. La méthode d'ajustement étant la même pour les deux types de non-répondants, on décrit ici uniquement celle pour les non-répondants. À l'aide d'un modèle de régression logistique, on estime la probabilité de répondre de chaque individu (répondant ou non répondant à l'EPLA) en fonction de ses caractéristiques (appelées variables explicatives). Plusieurs variables explicatives sont disponibles puisqu'on a accès à toutes les données du questionnaire long du recensement pour chaque individu. On divise ensuite les individus en 10 classes selon la similarité de leur probabilité de réponse prédite. L'inverse du taux de réponse pondéré de la classe est utilisé comme facteur d'ajustement pour les poids initiaux des répondants de chaque classe. Notons qu'on utilise des modèles séparés pour les enfants et les adultes.

Le TROISIÈME stade d'ajustement des poids est la stratification a posteriori. Cet ajustement assure que la somme des poids finaux des répondants soit comparable aux chiffres de la population obtenus à partir du recensement. On effectue cet ajustement pour des groupes (appelés strates a posteriori) définis par diverses variables combinées pour lesquelles cet ajustement est important pour l'enquête (la province, le sexe, le groupe d'âge et le degré de sévérité de la ou des limitations d'activités déclarées lors du recensement). On ajuste ensuite les poids corrigés pour la non-réponse à l'aide du rapport du chiffre du recensement au chiffre de l'échantillon pour chaque strate a posteriori.

Puisqu'on obtient des estimations à partir d'un échantillon plutôt que d'un recensement, les estimations varient d'un échantillon à un autre (c'est ce qu'on appelle l'erreur d'échantillonnage). On utilise la méthode bootstrap afin de fournir des estimations de cette erreur pour les statistiques. Cette méthode, dite de rééchantillonnage, consiste à sélectionner un nombre M de sous-échantillons à partir de l'échantillon principal. On pondère ensuite chaque sous-échantillon en calculant les poids initiaux et en leur appliquant les mêmes ajustements que pour l'échantillon complet. L'erreur due à l'échantillonnage est mesurée et estimée par la variance bootstrap qui est la variance empirique de la statistique désirée calculée à partir de l'échantillon final et des M échantillons bootstrap.

Pour être en mesure de produire des taux d'incapacité et ce, à des niveaux relativement détaillés, un fichier complémentaire de personnes n'ayant pas déclaré de limitation d'activités au recensement de 2006 a été produit et est disponible pour les utilisateurs. La taille globale de cet échantillon est de 131,010 individus, soit 107,400 adultes et 23,610 enfants. Ainsi pour produire des taux d'incapacités, on doit utiliser ce fichier complémentaire en plus du fichier des adultes ou des enfants contenant les réponses à l'EPLA.

Évaluation de la qualité

Les enquêtes entraînent deux types d'erreurs : les erreurs d'échantillonnage et les erreurs non dues à l'échantillonnage. Contrairement aux erreurs d'échantillonnage, les erreurs non dues à l'échantillonnage ne s'expliquent pas par la variabilité d'un échantillon à un autre. Comme ces erreurs peuvent se produire à n'importe quelle étape du processus d'enquête, on prend des mesures pour les réduire le plus possible. Voici une description des mesures qui seront adoptées à cette fin.

On a effectué un test pilote sept mois avant l'enquête pour évaluer tout le processus de cette dernière, de l'élaboration du contenu des questionnaires jusqu'au traitement des données.

Il faut absolument obtenir des taux de réponse élevés pour produire des données de qualité. Afin de réduire le nombre de cas de non-réponse, les intervieweurs seront tous formés par du personnel de SC, se seront remettre des manuels détaillés de l'intervieweur et seront dirigés par des superviseurs. Des intervieweurs principaux exerceront un suivi en cas de refus de répondre pour encourager les répondants potentiels à participer à l'enquête.

On prendra, en plus, certaines mesures pour repérer et corriger les erreurs qui pourraient découler d'une mauvaise interprétation d'une question par les répondants ou du fait qu'on a suivi un mauvais cheminement sur un questionnaire. Les questionnaires seront premièrement examinés par les superviseurs des intervieweurs. On utilisera ensuite un ensemble détaillé de règles de vérification durant le traitement des données pour repérer et corriger les incohérences entre les réponses fournies. On utilisera de façon exhaustive ces règles avant de les appliquer aux données.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

La mesure de l'exactitude des données utilisée pour chaque tableau produit est l'erreur-type de l'estimation (la mesure de l'erreur d'échantillonnage), c'est-à-dire la racine carrée de la variance d'échantillonnage de l'estimation. On exprime toutefois habituellement l'erreur-type par rapport à l'estimation à laquelle elle se rattache et la mesure en découlant est le c. v.

On obtient le c.v. en divisant l'erreur-type de l'estimation par l'estimation elle-même et on l'exprime sous forme de pourcentage de l'estimation. On obtiendra tous les c.v. pour l'EPLA à l'aide de la méthode bootstrap décrite dans la section Estimation.

Date de modification :