Enquête sur l'eau dans l'agriculture (EEA)

Information détaillée pour 2016

Statut :

Active

Fréquence :

Occasionnelle

Numéro d'enregistrement :

5145

L'Enquête sur l'eau dans l'agriculture est menée afin de recueillir des renseignements sur l'utilisation de l'eau d'irrigation, sur les méthodes et les pratiques d'irrigation, et sur les sources et la qualité de l'eau utilisée à des fins agricoles dans les fermes canadiennes. Les résultats aideront les exploitants agricoles, les gouvernements et la population canadienne à avoir une meilleure compréhension de la demande en eau et de la façon dont elle est utilisée dans les exploitations agricoles canadiennes.

Date de la parution - 8 septembre 2017

Aperçu

L'Enquête sur l'eau dans l'agriculture est menée afin de recueillir des renseignements sur l'utilisation de l'eau d'irrigation, sur les méthodes et les pratiques d'irrigation, et sur les sources et la qualité de l'eau utilisée à des fins agricoles dans les fermes canadiennes.

Cette enquête fait partie du programme des Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement (ICDE). Les données recueillies serviront à la production des rapports sur les ICDE. Les renseignements seront également utilisés par Agriculture et Agroalimentaire Canada afin d'appuyer l'élaboration des politiques sur l'utilisation de l'eau et la création des programmes s'adressant aux irrigateurs au Canada. Statistique Canada les utilisera aussi pour poursuivre l'établissement de rapports sur l'utilisation totale de l'eau selon le secteur au Canada.

Sujets

  • Agriculture
  • Environnement
  • Qualité de l'environnement
  • Utilisation des terres et pratiques environnementales

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible de l'Enquête sur l'eau dans l'agriculture (EEA) est composée des exploitations agricoles canadiennes qui irriguent leurs terres. La base de sondage a été créée à partir de l'information recueillie dans le cadre du Recensement de l'agriculture (REAG) de 2011 et de 2016. De plus, nous avons à notre disposition une liste des permis d'utilisation de l'eau de l'environnement pour l'Ontario. Ainsi, pour cette occasion de l'EEA, nous avons bâti la base de sondage à l'aide de trois sources de données: les recensements de l'agriculture de 2011 et 2016 de même que la liste de permis de l'Ontario. L'exploitation agricole constitue l'unité statistique, et toute unité ayant déclaré, dans le questionnaire du REAG, avoir irrigué des terres en 2010 ou en 2015 faisait partie de la base de sondage initiale.

Les groupes suivants ont ensuite été supprimés de la base de sondage :

- Toutes les exploitations agricoles ayant déclaré des ventes de moins de 10 000 $.
- Toutes les fermes d'établissements institutionnels (par exemple les fermes gouvernementales, universitaires ou pénitentiaires), les fermes des réserves indiennes et les pâturages communautaires.
- Toutes les unités ayant déclaré des cultures en serre, des pépinières et des gazonnières ou de la production de champignons ou d'arbres de Noël au REAG de 2011 ou de 2016.
- Toutes les unités faisant partie du programme des Statistiques sur les grandes entreprises agricoles de Statistique Canada. Ces unités très grandes et complexes ont conclu des ententes de collecte spéciales avec Statistique Canada concernant les enquêtes pour lesquelles elles fournissent des données.
- Toutes les unités pour lesquelles les données sur l'irrigation ont été entièrement imputées lors du REAG de 2011.
- Toutes les unités ayant déclaré une superficie irriguée uniquement dans la catégorie « autre » dans le REAG de 2011 ou de 2016 et n'ayant pas déclaré posséder du matériel d'irrigation.
- Toutes les unités dans les sept régions les plus au nord des 25 régions de drainage (RD) du Canada : Yukon (5), Paix-Athabasca (6), Bas Mackenzie (7), Côte de l'Arctique-Îles (8), Keewatin-sud de l'Île de Baffin (16), Nord de l'Ontario (17) et Nord du Québec (18).

Les 10 709 unités restantes constituent la base de sondage finale.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire 2014 de l'EEA a été révisé par la Division de la statistique de l'environnement, de l'énergie et du transport. Les spécialistes de la conception de questionnaires du Centre de ressources en conception de questionnaires de Statistique Canada ont été consultés. Une fois révisé, le questionnaire a été mis à l'essai en novembre 2013. Des interviews individuelles en profondeur ont été menées pour tester le questionnaire en français (4 répondants en Beauce, au Québec) et en anglais (12 répondants à Saskatoon, en Saskatchewan). Le questionnaire a été mis à jour selon les commentaires recueillis pendant la mise à l'essai. Il a fait l'objet d'une nouvelle révision d'après les recommandations des spécialistes de la conception de questionnaires.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Un plan d'échantillonnage stratifié a été utilisé. Des strates géographiques ont été définies au niveau de la région de drainage (RD) ou, dans le cas de petites populations à l'intérieur d'une RD donnée, des groupes de RD. La RD 11, qui représente une grande partie du volume total d'eau d'irrigation et de la superficie irriguée totale au Canada, a été divisée en deux strates, l'une pour l'Alberta et l'autre pour la Saskatchewan. Dans les 15 strates géographiques obtenues, la population a été répartie en sous-strates en fonction des prévisions de leur utilisation de l'eau pour l'irrigation, modélisées à partir des données du REAG de 2011 et de 2016, et de l'EEA de 2010, 2012 et de 2014. Les unités ont été classées dans l'une des trois sous-strates d'utilisation prévue de l'eau, soit faible, moyenne ou élevée. Les seuils pour ces sous-strates variaient d'une strate géographique à l'autre.

L'échantillon a été réparti de manière à respecter les coefficients de variation cibles prédéfinis pour l'utilisation prévue de l'eau au niveau de la strate géographique (groupe de RD). Une base de sondage initiale de 1 800 unités a été répartie entre les 15 RD, puis, environ 750 autres unités ont été réparties alors que le reste de l'échantillon l'a été entre les RD de l'Ouest et un groupe de RD de l'Est ayant enregistré des précipitations inférieures à la normale au cours de l'été 2016. Le total est légèrement supérieur à 2500 pour compenser les unités qui ne seront pas envoyés à la collecte en raison d'un chevauchement avec l'Enquête sur la mise à jour de la base de sondage agricole (EMJA).

Afin de réduire le fardeau de réponse, on a utilisé une méthode de coordination d'échantillon appelée l'approche des microstrates pour sélectionner l'échantillon. Dans une sous-strate, les unités ayant été récemment sélectionnées pour d'autres enquêtes agricoles de Statistique Canada étaient moins susceptibles d'être sélectionnées pour l'EEA.

Après la sélection de l'échantillon initial, un certain nombre de vérifications ont été effectuées pour exclure certaines unités de l'échantillon final, notamment les unités inactives ou les exclusions du Registre des entreprises, des unités qui avaient fait l'objet d'un reclassement depuis le Recensement de 2011 et de 2016 ou qui figuraient sur une liste d'unités exemptées des enquêtes. La taille totale de l'échantillon de l'EEA était de 2 536 unités

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Avant la collecte des données, une lettre expliquant le but et les objectifs de l'enquête a été envoyée aux répondants. Une application de collecte des données par interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO) a été élaborée pour cette enquête et les interviews téléphoniques pour l'EEA ont été effectuées à partir du bureau régional de Statistique Canada à Sturgeon Falls.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

L'application ITAO est programmé avec un certain nombre de règles de saisie afin que les incohérences soient identifiées et résolues au moment de la collecte téléphonique plutôt que lors du traitement des données au bureau central. Lorsque des incohérences importantes sont relevées, le personnel de Statistique Canada tâche de communiquer avec le répondant par téléphone pour obtenir des éclaircissements et, au besoin, apporter des corrections.

Des méthodes statistiques sont ensuite utilisées pour repérer, dans les données recueillies, les unités pour lesquelles les valeurs déclarées semblent douteuses. Ces valeurs sont corrigées en se fondant sur les autres renseignements fournis. Si non, elles sont désignées comme manquantes afin d'être imputées ou bien elles sont désignées comme valeurs aberrantes et ne seront pas utilisées en tant que donneur dans le processus d'imputation.

Imputation

L'imputation de données est utilisée pour certains champs de données importants lorsque le répondant fournit une réponse incomplète ou incohérente. Les données sur la superficie irriguée ou sur les volumes d'eau utilisée pour l'irrigation sont imputées à l'aide d'une approche automatisée utilisant le plus proche voisin. Les données d'autres champs ne sont pas imputées, mais plutôt laissées avec la réponse « ne sait pas ». Les non-réponses complètes ne sont pas imputées, mais sont plutôt prises en considération à l'étape de l'estimation.

Estimation

Étant donné que l'EEA est une enquête par sondage, les poids d'échantillonnage sont appliqués aux divers répondants selon le nombre d'unités dans la population qu'ils représentent. Les poids initiaux, ou poids de sondage, sont calculés comme étant la probabilité que l'unité soit sélectionnée dans l'échantillon. Comme pour toutes les enquêtes, il y a des cas de non-réponse. Les poids des répondants sont corrigés pour tenir compte des unités non répondantes. Un poids d'un est assigné aux unités dont l'utilisation d'eau est très importante et qui sont considérées comme étant uniques. Pour estimer une caractéristique pour l'ensemble de la population, on multiplie ce poids final par la valeur de la réponse et on l'additionne à l'ensemble de la population. L'estimation directe de la variance est utilisée pour mesurer la précision de l'estimation.

Évaluation de la qualité

Les volumes d'eau et les superficies des terres irriguées estimés d'après l'EEA sont comparés aux estimations antérieures obtenues par l'EEA des cycles d'enquête précédents. Les données sont également comparées à des données provenant de sources administratives quand celles-ci sont disponibles.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données identifiables.

Des techniques de suppression de données tabulaires sont utilisées pour empêcher une telle divulgation. Les cellules des tableaux publiés qui posent un risque pour l'identification d'individus sont supprimées (leur valeur est remplacée par un x). Certaines autres cellules du tableau peuvent être supprimées afin d'éliminer le risque de divulgation par recoupements. Les cellules à risque sont celles où un petit nombre de répondants contribue à l'estimation de la cellule et celles qui ont été repérées au moyen d'une technique automatisée de suppression de cellules tabulaires. Cette technique mesure la sensibilité ou le risque de divulgation de chaque cellule, repère celles qui sont à risque et détermine si d'autres cellules doivent être supprimées afin de protéger la confidentialité des données.

Les estimations des superficies sont arrondies aux 10 hectares près. Les estimations des volumes sont déclarées en millier de mètres cubes. L'arrondissement aléatoire est utilisé pour les estimations qui représentent un dénombrement. Les estimations dans ces cellules sont arrondies aléatoirement vers le haut ou vers le bas à un multiple de cinq. Pour cette raison, la somme des valeurs arrondies et la somme des totaux marginaux arrondis peuvent ne pas correspondre.

Révisions et désaisonnalisation

Des révisions sont apportées au besoin à la période de référence précédente lors de la première diffusion des données actuelles. L'objet de cette révision est de régler tous les problèmes importants qui ont été décelés dans les données entre les cycles d'enquête. En fait, la période de révision dépend de la nature du problème. Pour obtenir les données les plus récentes, veuillez consulter les tableaux CANSIM 153-0134 à 153-0144. Les données ne sont pas désaisonnalisées.

Exactitude des données

Les statistiques dans la présente publication sont des estimations établies à l'aide d'un échantillon aléatoire tiré des exploitations agricoles canadiennes. Par conséquent, elles sont sujettes à des erreurs d'échantillonnage à des erreurs non-liées à l'échantillonnage. La qualité des estimations est donc fonction de l'effet combiné de ces types d'erreurs.

Erreurs d'échantillonnage :

Ces erreurs se produisent parce que les observations portent uniquement sur un échantillon et non sur l'ensemble de la population. L'erreur d'échantillonnage découle de facteurs tels que la taille de l'échantillon, la variabilité des caractéristiques à l'étude dans la population, le plan de sondage et la méthode d'estimation. Dans une enquête sur échantillon, puisqu'on tire des conclusions sur l'ensemble d'une population à partir de données obtenues d'une partie de la population seulement, les résultats sont susceptibles d'être différents de ceux qu'on aurait obtenus en recensant toute la population dans les mêmes conditions générales d'enquête. La principale caractéristique de l'échantillonnage probabiliste est que l'erreur d'échantillonnage peut être mesurée directement à partir de l'échantillon.

Généralement, l'erreur d'échantillonnage se mesure par la variabilité attendue de l'estimation par rapport à la valeur réelle, exprimée en pourcentage de l'estimation et appelée coefficient de variation (c.v.). Pour l'Enquête sur l'eau dans l'agriculture, les coefficients de variation des estimations définitives ont été calculés et sont indiqués dans les tableaux statistiques. La qualité des estimations est évaluée de la façon suivante :

E. Douteuse : c.v. de 25,00 % à 49,99 %
F. Non fiable : c.v. > 49,99 % (les données sont supprimées)

Erreurs non-liées à l'échantillonnage :

Ces erreurs se produisent qu'il s'agisse d'un échantillon ou d'un recensement complet de la population. Des erreurs non-liées à l'échantillonnage peuvent se produire à diverses étapes de la collecte des données (non-réponse, différences dans l'interprétation des questions, renseignements incorrects fournis par les répondants) et du traitement des données (codage, saisie des données, contrôle, pondération, totalisation, etc.). Tous les efforts sont faits pour réduire au minimum les erreurs non-liées à l'échantillonnage au moyen de la mise à l'essai du questionnaire, de contrôles approfondis, de mesures de contrôle de la qualité et d'une analyse des données. Toutefois, certaines de ces erreurs échappent au contrôle de Statistique Canada.

Selon les estimations de l'enquête de 2014 en ce qui a trait au volume d'eau d'irrigation et à la superficie des terres irriguées, les taux varient beaucoup d'une région à l'autre. Les différences en ce qui a trait aux situations météorologiques, aux types de cultures et aux pratiques agricoles peuvent toutes expliquer ces variations.

Date de modification :