Enquête auprès des fonctionnaires du gouvernement du Nunavut (EFGN)

Information détaillée pour 2016

Statut :

Active

Fréquence :

Une fois

Numéro d'enregistrement :

5226

L'Enquête auprès des fonctionnaires du gouvernement du Nunavut (EFGN) recueille des données auprès des employés actuels du gouvernement concernant leurs expériences en milieu de travail, ainsi que leur intérêt au chapitre de l'apprentissage, de la formation et de l'avancement professionnel.

Date de la parution - 27 mars 2017

Aperçu

L'Enquête auprès des fonctionnaires du gouvernement du Nunavut (EFGN) est une enquête en ligne auprès de tous les employés actuels du gouvernement du Nunavut (GN) et du gouvernement du Canada (GOC) qui travaillent au Nunavut. L'enquête est menée par Statistique Canada et est financée par Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC) et Emploi et Développement social Canada (EDSC). L'enquête a été élaborée de concert avec le GN et la société Nunavut Tunngavik Incorporated (NTI).

L'EFGN recueille des données concernant les expériences de travail, la langue utilisée au travail, l'accès et les obstacles à la formation en cours d'emploi, l'intérêt à l'égard de l'avancement professionnel, le soutien des superviseurs et les questions liées au recrutement et au maintien en poste des employés inuits. Les résultats de l'enquête aideront le gouvernement du Nunavut et le gouvernement du Canada à déterminer les points forts et les points à améliorer dans chaque ministère. Les résultats de l'enquête serviront aussi à trouver des solutions pour accroître l'embauche d'employés inuits au sein de la fonction publique, conformément à l'article 23 de l'Accord sur les revendications territoriales du Nunavut (maintenant appelé Accord sur le Nunavut).

Sujets

  • Gouvernement
  • Travail

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible de l'enquête était constituée de tous les employés du gouvernement du Nunavut ou du gouvernement du Canada travaillant au Nunavut en date du 25 avril 2016. La population de l'enquête pour le gouvernement du Nunavut a été identifiée à partir des listes d'employés fournies par le Bureau de la statistique du Nunavut. Dans le cas du gouvernement du Canada, on a utilisé des fichiers administratifs, mis à jour à partir des listes reçues directement de divers ministères du gouvernement du Canada.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire de l'EFGN de 2016 a été élaboré en consultation avec la société Nunavut Tunngavik Incorporated, le gouvernement du Nunavut, Emploi et Développement social Canada et Statistique Canada. Les questions de l'enquête ont été élaborées pour rendre compte de l'expérience des employés du gouvernement, et plus particulièrement des employés inuits travaillant au Nunavut. Les questionnaires ont été mis à l'essai auprès d'employés du gouvernement à Iqaluit, au Nunavut. Les questionnaires ont aussi été mis à l'essai dans les réseaux du gouvernement du Nunavut et du gouvernement du Canada avant le début de la collecte.

Le questionnaire se présente sous la forme d'un questionnaire électronique que les employés peuvent remplir en ligne au travail, en anglais ou en français. Les employés pouvaient aussi choisir de télécharger une version en PDF du questionnaire à remplir en inuktitut ou en inuinnaqtun, et à retourner à Statistique Canada au moyen d'un portail électronique sécurisé.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Unité d'échantillonnage
L'EFGN est un recensement des employés du gouvernement du Nunavut et des employés du gouvernement du Canada travaillant au Nunavut; donc, l'unité d'échantillonnage est la personne.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2016-04-25 à 2016-06-24

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants et sont tirées de fichiers administratifs.

La période de collecte des données pour l'Enquête auprès des fonctionnaires du gouvernement du Nunavut de 2016 s'échelonne entre le 25 avril 2016 et le 24 juin 2016. La date de clôture initiale de l'enquête a été reportée de trois semaines, passant du 3 au 24 juin. On a utilisé un questionnaire électronique en anglais et en français comme méthode de collecte. Une version PDF du questionnaire était aussi disponible dans deux langues inuites - l'inuktitut et l'inuinnaqtun. Pendant la période de collecte, des rappels par courriel ont été envoyés régulièrement à ceux qui n'avaient pas encore répondu à l'enquête.

Le gouvernement du Canada et le gouvernement du Nunavut ont fourni à Statistique Canada les adresses de courriel des employés, qui ont été utilisées pour envoyer des invitations par courriel. Seuls les employés ayant une adresse de courriel valide ont reçu une invitation par courriel. L'invitation comprenait un lien vers le questionnaire, ainsi qu'un code individuel pour accéder à l'enquête. Dès que le répondant soumettait son questionnaire rempli, les données étaient transférées grâce au réseau interne de Statistique Canada et déchiffrées pour le traitement. Les répondants avaient aussi la possibilité de sauvegarder leurs questionnaires partiellement remplis, en vue de les remplir à une date ultérieure. Les données des questionnaires en PDF reçus par Statistique Canada ont été saisies et vérifiées manuellement, après la fin de la période de collecte.

Le temps moyen requis pour remplir le questionnaire d'enquête (en excluant les valeurs aberrantes) était de 46 minutes.

Dans le cadre de la l'EFGN, des données administratives du gouvernement du Nunavut ont été obtenues aux termes d'un accord en vertu de l'article 13, sous forme de fichiers des ressources humaines. Les noms des employés, les adresses de courriel et des données concernant le lieu de travail étaient requis pour constituer la base de sondage et appuyer les données recueillies dans le questionnaire.

Les fichiers du gouvernement du Canada ont été obtenus aux termes d'un accord en vertu de l'article 13 avec le Secrétariat du Conseil du Trésor et consistaient en un fichier des systèmes centraux de paie de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. Les noms des employés, les adresses de courriel et des données concernant le lieu de travail étaient requis pour constituer la base de sondage et appuyer les données recueillies dans le questionnaire.

Les fichiers des ressources humaines du gouvernement du Nunavut et du gouvernement du Canada ont servi à l'imputation de certaines données (décrite ci-après dans la section portant sur l'imputation) et à la création de certaines variables dérivées.

Les répondants ont été informés par Statistique Canada que leurs données d'enquête pouvaient être couplées avec des données des fichiers administratifs des ressources humaines des gouvernements du Nunavut et du gouvernement du Canada, afin d'améliorer les données d'enquête et de réduire le fardeau de réponse.

L'intégration des données s'est faite au cas par cas. Dans certains cas, les variables de la base de sondage provenant de sources administratives ne correspondaient pas aux réponses de l'enquête. Dans de telles situations, les réponses de l'enquête ont été considérées comme étant les plus exactes, et des estimations ont été produites à partir de ces réponses.

On a aussi procédé à l'imputation de certaines données, c'est-à-dire que des variables de la base de sondage ont été utilisées pour compléter les réponses à l'enquête. Cela s'est produit lorsqu'une variable de la base de sondage comportait le même type d'information et que la réponse à l'enquête était manquante.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Imputation

Certains renseignements du fichier de la base de sondage ont également été obtenus au moyen du questionnaire d'enquête. Lorsque cela se produisait, les réponses à l'enquête ont été considérées comme étant les plus précises. Si les données issues des réponses à l'enquête étaient manquantes, on a procédé à une imputation pour remplacer les non-réponses dans le fichier d'enquête par l'information de la base de sondage de l'enquête. Dans l'ensemble, 38 valeurs manquantes ont été imputées à partir des variables correspondantes de la base de sondage.

Estimation

L'EFGN est un recensement plutôt qu'une enquête sur échantillon. Si toutes les unités ont une adresse de courriel, et si le taux de réponse à l'enquête est de 100 %, le poids est de 1 pour chaque répondant. Toutefois, ce ne sont pas toutes les unités qui avaient une adresse de courriel, et ce ne sont pas toutes les unités ayant une adresse de courriel qui ont répondu à l'enquête. C'est pourquoi les poids de l'enquête ont été rajustés afin de tenir compte des deux types de perte d'échantillon (l'absence de contact en raison de l'absence d'une adresse de courriel et la non-réponse).

L'ajustement des poids pour tenir compte des absences de contact s'est faite en augmentant les poids des unités ayant une adresse de courriel, afin qu'elles représentent celles pour lesquelles une adresse de courriel n'était pas disponible. De même, les poids des répondants ont été augmentés pour représenter les personnes qui n'ont pas répondu à l'enquête. Les facteurs d'ajustement pour l'absence de contact et la non-réponse ont été calculés au sein des catégories de pondération pour tenir compte de l'absence de contact et de la non-réponse, respectivement. Ces facteurs ont été établis à partir des variables auxiliaires de la base de sondage qui étaient accessibles, comme le ministère, le type d'employé, le code de la CNP, la date de recrutement, la région, etc. Les poids ont par la suite été étalonnés pour que la somme des poids soit égale aux totaux du ministère.

Une estimation exacte de la variance doit tenir compte de la perte d'échantillon attribuable à l'absence de contact et à la non-réponse. Pour l'EFGN, une méthode bootstrap généralisée a été appliquée pour générer des poids bootstrap pouvant servir à calculer la variance des estimations produites.

Évaluation de la qualité

La validation des données a été assurée par l'équipe des secteurs spécialisés de la Division de la statistique sociale et autochtone de Statistique Canada, en vérifiant les réponses à l'enquête en fonction des tendances et des résultats attendus. Étant donné que cette enquête n'a pas été menée par le passé, on ne peut pas évaluer les estimations par rapport à des données historiques.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique qui permettrait de reconnaître toute personne, entreprise ou organisme, sauf si le consentement a été donné ou tel que permis par la Loi sur la statistique. Différentes règles de confidentialité sont appliquées à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute donnée jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupements de données reconnaissables.

Dans le cadre de l'EFGN, on a mis en oeuvre une série de mesures pour prévenir la divulgation des données confidentielles. Un nombre minimum non pondéré de 10 répondants est requis dans chaque cellule pour tout tableau croisé; toute estimation fondée sur un nombre inférieur à 10 répondants doit être supprimée ou combinée à d'autres catégories. Dans le cas d'une statistique bidimensionnelle, les deux variables doivent comporter au moins ce nombre minimum d'observations pour être utilisées, par exemple, le numérateur et le dénominateur d'un ratio doivent être fondés sur au moins 10 observations.

Une autre mesure est utilisée pour protéger les données confidentielles, à savoir l'interdiction de diffuser des données non pondérées. Toutes les données doivent être diffusées uniquement sous forme agrégée.

Dans le cadre de l'EFGN, le contenu de toutes les cellules d'un tableau statistique est arrondi à la dizaine près; on fait de même pour les totaux et les totaux partiels marginaux, de même que les sommes et les différences d'agrégats. L'on recommande que les chercheurs procèdent de la même manière.

Exactitude des données

Cette enquête est un recensement et, par conséquent, ne comporte pas d'erreur due à l'échantillonnage. Toutefois, l'enquête comporte des erreurs qui ne sont pas dues à l'échantillonnage, comme des erreurs attribuables à la non-réponse et à la couverture, qui peuvent entraîner un biais et augmenter la variance de l'échantillon.

La base de sondage a été créée à partir de fichiers administratifs et de listes d'employés. Les changements de personnel d'un exercice à l'autre pourraient avoir eu des répercussions sur la qualité de la base de sondage. Au total, 67 enregistrements en double et 67 unités hors champ ont été identifiées avant la collecte et supprimées de la base de sondage. De plus, 29 unités ont été identifiées comme étant hors champ, sur la base des réponses fournies. Elles ont été traitées comme des répondants et supprimées après l'étape de la pondération.

La proportion de personnes faisant partie de la base de sondage de l'EFGN qui avaient une adresse de courriel était de 70,8 % pour le gouvernement du Nunavut et de 87,7 % pour le gouvernement du Canada. Parmi les unités ayant une adresse de courriel, le taux de réponse final à l'EFGN a atteint 35,5 %.

La valeur du CV (coefficient de variation) peut représenter une mesure de la fiabilité des estimations. La portée de l'erreur d'enquête est estimée par le CV selon les lignes directrices suivantes :

- une valeur de CV de 16,5 % et moins est considérée comme acceptable
- une valeur de CV se situant entre 16,6 % et 33,3 % est considérée comme marginale et doit être utilisée avec prudence
- une valeur de CV de 33,3 % et plus est considérée comme trop peu fiable pour être publiée.

Date de modification :