Enquête internationale auprès des jeunes (EIJ)

Information détaillée pour mai 2005 à avril 2006

Statut :

Inactive

Fréquence :

Une fois

Numéro d'enregistrement :

5117

L'Enquête internationale auprès des jeunes (EIJ) constitue le volet canadien de l'Étude internationale sur l'autodéclaration de la délinquance (EIAD), qui examine le comportement et les écarts de conduite des élèves de la 7e à la 9e année dans une trentaine de pays européens, aux États Unis et au Canada. Le Centre national de prévention du crime du ministère fédéral de la Sécurité publique et Protection civile Canada parrainait cette étude. Statistique Canada a mené l'enquête à Toronto au printemps 2006.

Date de la parution - 25 septembre 2007

Aperçu

Les données statistiques puisées à des sources policières sur la délinquance juvénile ne décrivent que les méfaits ou les actes criminels déclarés. Les statistiques policières et judiciaires ne rendent compte que d'une très faible proportion des actes d'inconduite chez les jeunes et nous renseignent très peu sur leurs circonstances familiales ou personnelles. Pour étudier le phénomène de l'inconduite dans le contexte des rapports ou liens avec les parents, les amis et les gens fréquentés à l'école, on se doit d'interroger les jeunes.

L'étude internationale, précédemment réalisée en 1992, s'était intéressée à l'analyse et à l'interprétation des données, faisant la lumière sur les liens entre la délinquance, l'âge, le sexe et divers facteurs de risque. Pour mieux cerner ces relations, on s'est reporté à certaines mesures de contrôle social en milieu familial et scolaire. On s'est également intéressé au rôle des pairs et des activités de loisir dans le comportement des jeunes.

Dans le cas du Canada, on a enrichi considérablement la valeur des données de l'EIDA en concentrant l'échantillon à l'intérieur d'un grand centre urbain où l'on pourra examiner les données d'enquête conjointement avec d'autres données, comme les données du recensement et de la criminalité à l'échelle des quartiers. La ville de Toronto a été retenue comme la ville où Statistique Canada pourrait réaliser l'enquête et sur laquelle portera l'analyse des résultats.

Utilisant un questionnaire et une méthode de collecte de données semblables à ceux employés dans d'autres pays, l'EIJ rend possible les comparaisons de fréquence des types d'inconduite des jeunes dans le monde industrialisé et un examen international de la variabilité de ce qu'on appelle les corrélats des comportements autodéclarés de délinquance.

L'enquête devait être représentative de chacune des trois années scolaires (de la 7e à la 9e) des deux sexes. Pour satisfaire ces exigences et répondre aux besoins analytiques des comparaisons internationales, nous avons sondé environ 3 200 élèves en 177 classes.

L'enquête internationale auprès des jeunes fournit des renseignements détaillés sur la délinquance et les actes d'inconduite des jeunes. On peut analyser les données dans le contexte des politiques et des programmes scolaires, des problèmes de criminalité locaux et de la constitution sociodémographique du milieu local. Il s'agit de la première étude approfondie du genre au Canada; elle répond à d'importantes questions sur les facteurs de risque et de protection qui interviennent, ainsi que sur la façon dont les écoles et les collectivités peuvent aider les enfants à risque à adopter des comportements prosociaux et à obtenir des résultats scolaires positifs.

L'Enquête internationale auprès les jeunes a été menée dans un contexte scolaire et a recueilli des renseignements sur les points suivants :

- Antécédents et liens familiaux;
- Amitiés et activités en période de loisirs;
- Attachement à l'école et au quartier;
- Engagement scolaire mesuré par la réussite et la fréquentation autodéclarées;
- Expériences personnelles et familiales traumatisantes;
- Consommation d'alcool et de drogue;
- Fréquence de divers types de délinquance (vandalisme, vol, violence, utilisation illicite d'Internet, etc.);
- Opinions au sujet du comportement violent chez les jeunes;
- Impulsivité, maîtrise de la colère et penchant pour les comportements risqués (autodéclarés);
- Temps consacré au travail rémunéré et au bénévolat.

Sujets

  • Crime et justice (jeunes)
  • Développement et comportement de l'enfant
  • Enfants et jeunes

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population visée était formée d'élèves des 7e, 8e et 9e années fréquentant les écoles publiques du Conseil scolaire du district de Toronto ou les écoles privées dans la région métropolitaine de Toronto au moment où les données ont été recueillies. Il s'agit en gros de 60 000 jeunes. Il convient de noter que le Conseil des écoles catholiques de Toronto a refusé de participer à cette étude et que, par conséquent, ses élèves ne font pas partie de la population cible et ne sont pas représentés dans l'échantillon. On estime que les élèves des écoles catholiques constituent environ le quart de la population scolaire de la région métropolitaine de Toronto. Les jeunes qui ont décroché de l'école ou qui n'y vont pas pour d'autres raisons n'appartiennent pas non plus à la population visée. On a enfin exclu de cette population les jeunes des écoles spéciales.

La population enquêtée diffère très légèrement de la population visée, puisque la clientèle des petites écoles comptant 10 élèves au plus pour toute une année d'études a été exclue. C'est là moins de 0,5 % des élèves dans la population visée. Les intéressés sont proportionnellement plus nombreux dans les écoles privées que dans les écoles publiques (3 % contre moins de 1 %).

Élaboration de l'instrument

Le prétest a été réalisé par une maison d'études de marché en août 2005. Les 34 participants choisis représentaient les années d'études (de la 7e à la 9e), les sexes, les langues d'enseignement (français et anglais), l'intérieur et l'extérieur de la région urbaine d'Ottawa­Gatineau et les résultats scolaires (autodéclarés) moyens et supérieurs et inférieurs à la moyenne.

On a réparti les participants en six groupes (garçons et filles ont été interviewés séparément). Chaque séance en groupe a duré environ deux heures. Les participants ont d'abord reçu des explications sur la façon dont l'enquête serait menée dans les écoles. Ils ont ensuite rempli le questionnaire sur papier. Ils ont enfin fait part de leurs commentaires et répondu aux questions de rétroaction de l'animateur.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Dans le cas des écoles publiques, le Conseil scolaire du district de Toronto a fourni à Statistique Canada deux fichiers administratifs qui ont servi à créer la base de sondage. Le premier fichier décrivait les inscriptions par année d'études intermédiaires, soit les 7e et 8e années. Compte tenu de la provenance et du caractère à jour des données, on a considéré que cette base était d'une meilleure qualité que toute autre source d'information disponible. Le second fichier décrivait les inscriptions aux écoles secondaires par âge. Comme il n'y avait pas de données de dénombrement par année d'études au fichier des écoles secondaires, l'âge a servi de variable de substitution pour la 9e année d'études. Dans le cas des écoles privées, on n'avait pas de conseil scolaire auquel demander une bonne information à jour. Statistique Canada a créé une base en consultant les sources d'information publique à jour et les bases plus anciennes dont il disposait.

On a décidé de stratifier par les années d'études et les régions géographiques (au nombre de deux), ce qui a donné six strates. On a délimité les régions d'après les codes postaux de sorte que les populations scolaires soient à peu près les mêmes. L'échantillonnage a été indépendant dans chaque strate et un certain nombre d'écoles ont été choisies plusieurs fois pour des années d'études différentes.

Dans chaque strate, il y a eu sélection systématique des écoles avec probabilité proportionnelle à la taille. La mesure de la taille a été l'effectif scolaire pour l'année d'études. C'est l'intervieweur de Statistique Canada qui, sur le terrain, a sélectionné les classes. Le choix s'est fait au hasard pour l'année d'études. L'échantillon final était de 210 classes dans 176 écoles.

L'échantillon a été réparti de manière proportionnelle dans les six strates. On a calculé la taille d'échantillon à 3 150 répondants pour un coefficient de variation de 16,5 % ou moins dans chaque domaine d'estimation selon une proportion seuil de 12 %. On a ensuite majoré cette taille en fonction de la non­réponse. En se fondant sur les tailles d'effectif des strates, on a calculé le nombre d'élèves requis dans chacune et, de là, on a estimé le nombre de classes à sélectionner.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2006-04-01 à 2006-04-30

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

L'enquête dans les écoles a eu lieu de février à mai 2006. On a notamment posté une lettre de présentation aux écoles publiques et privées de l'échantillon de Toronto, sélectionné les classes et mené les séances où les élèves ont répondu au questionnaire sur papier. Les activités de collecte ont été précédées d'une longue démarche engagée en septembre 2005 pour l'obtention de l'approbation des autorités scolaires.

Avant la séance en classe l'intervieweur a préparé un questionnaire pour chaque enfant admissible. À la page couverture, il reportait le numéro d'identification de l'élève provenant de la formule de sélection de classe. Ce numéro était formé du numéro de l'école, de l'année d'études et d'un numéro attribué arbitrairement à l'élève. L'intervieweur n'écrivait pas le nom de l'élève sur le questionnaire par souci de respecter l'anonymat. Le nom des élèves ne figurait que sur les enveloppes contenant les questionnaires à leur remettre. On reprenait les questionnaires remplis sans les enveloppes.

La séance en classe durait en moyenne de 40 à 50 minutes. On demandait à l'enseignant de rester en classe, mais de ne pas circuler parmi les élèves afin de préserver l'anonymat et la confidentialité des réponses.

Il y a eu saisie des données de tous les questionnaires de l'EIJ par imagerie numérique au bureau central de Statistique Canada à Ottawa. On a vérifié intégralement les numéros d'identification des élèves pour prévenir toute erreur d'entrée manuelle. On a contrôlé la qualité de la saisie des données par une opération de vérification au hasard portant sur presque 20 % des enregistrements. Le taux d'erreur était de moins de 1 %.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

On a conçu le questionnaire de l'Enquête internationale auprès des jeunes en prévoyant très peu de sauts ou d'enchaînements, jugeant que ceux­ci seraient mal respectés par des répondants plus jeunes.

L'équipe d'enquête a pris la décision de vérifier les questionnaires à la fois de haut en bas et de bas en haut. Pour accomplir cette tâche, il fallait déterminer les enchaînements avant même d'établir les programmes de vérification.

Les erreurs dans le déroulement du questionnaire, où l'on a relevé des questions qui ne s'appliquaient pas au répondant (et auxquelles on n'aurait donc pas dû répondre) et qui renfermaient des réponses, constituaient le premier type d'erreurs traitées. Dans ces cas, une vérification par ordinateur a éliminé automatiquement les données superflues en suivant l'ordre du questionnaire dicté par les réponses à des questions antérieures et subséquentes, parfois.

Le second type d'erreurs traitées avait trait à un manque d'information dans les questions pour lesquelles le répondant aurait dû répondre. Pour ce type d'erreur, un code de non-réponse ou « non déclaré » était attribué au poste.

Imputation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Estimation

Des poids statistiques ont été placés pour chaque enregistrement pour représenter le nombre d'élèves que chaque enregistrement échantillonné représente. La pondération des données de l'Enquête internationale auprès des jeunes se fait en plusieurs étapes qui suivent :

Pondération initiale de l'échantillon
La première étape est de calculer le poids initial pour chaque unité sélectionnée (école­année d'études). Pour une unité donnée, ceci correspond à l'inverse de la probabilité de sélection dans la strate concernée. Cette probabilité est proportionnelle au nombre d'élèves de l'année d'études donné de l'école. Comme il s'agit à ce niveau d'un échantillonnage avec probabilité proportionnelle à la taille, il a fallu mettre un certain nombre de grandes écoles dans des strates distinctes à tirage complet. Ces écoles ont reçu une valeur initiale de pondération correspondant à l'unité.

Les ajustements suivants ont été apportés à la pondération initiale :
- Ajustement pour la non­réponse au niveau de l'école;
- Ajustement pour la sélection d'une classe (le poids de la classe);
- Ajustement pour la non­réponse de classe;
- Ajustement pour la non­réponse des élèves;
- Ajustement de post-stratification (on apporte un ajustement de poids d'échantillonnage pour les élèves des écoles publiques, de sorte qu'il y ait concordance avec les chiffres de dénombrement des inscriptions dans certains groupes (post-strates). Ces chiffres ont été fournis par le Conseil scolaire du district de Toronto à la fin de la collecte des données pour les post-strates année d'études­sexe. Pour les écoles privées, on n'a pas obtenu de tels chiffres et, par conséquent, le facteur de correction est simplement l'unité.

La méthode utilisée pour le calcul de la variance était la méthode Bootstrap.

Évaluation de la qualité

La prévalence des comportements délinquants et les caractéristiques sociodémographiques des jeunes qui ont déclaré des comportements délinquants ont été comparées aux autres sources comme, par exemple, les données de l'Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Le fichier maître de données de l'enquête inclut plusieurs variables qui ont été retranchées du fichier de microdonnées à grande diffusion (FMGD) de l'EIJ, parce que donnant la possibilité d'identifier des répondants. Il s'agit notamment de l'âge du répondant, de la situation d'immigrant, du pays de naissance, de la composition de la famille, de la langue parlée à la maison, de la situation d'emploi des parents et du redoublement d'années d'études.

Comme exemple de regroupement de valeurs, il y a l'âge des étudiants, lequel est demandé au début de chaque question sur les actes d'inconduite (questions 49 à 71). L'âge des étudiants a été groupé en deux catégories : « Moins de 10 ans » et « 10 ans et plus ».

Pour certaines variables sensibles au risque d'identification d'individus, le FMGD peut avoir subi de la suppression locale, c'est­à­dire que certaines valeurs présentes sur le fichier maître peuvent avoir été codées comme « non déclarées » sur le FMGD. On compte 55 de ces suppressions qui touchent 12 variables.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Malgré les efforts déployés pour que les opérations de collecte et le dépouillement se déroulent en fonction de normes rigoureuses, les estimations qui en résultent comportent inévitablement des erreurs. Celles-ci sont classées en deux grandes catégories: les erreurs d'échantillonnage et les erreurs non dues à l'échantillonnage.

Énormément de temps et d'efforts ont été consacrés à réduire les erreurs non dues à l'échantillonnage dans l'enquête. Des mesures d'assurance de la qualité ont été prises à chacune des étapes du cycle de collecte et de traitement des données afin de contrôler la qualité des données. Ces mesures comprenaient le recours à des intervieweurs hautement qualifiés, une formation poussée des intervieweurs concernant les procédures d'enquête et du questionnaire, l'observation des intervieweurs en vue de cerner les problèmes liés à la conception du questionnaire ou à une mauvaise compréhension des instructions, des procédures visant à s'assurer que les erreurs de saisie des données étaient réduites au minimum ainsi que des vérifications de la qualité du codage et de contrôle ayant pour but d'attester la logique du traitement.

Les erreurs d'échantillonnage se produisent parce que les estimations proviennent d'un échantillon de la population plutôt que de la population entière. Ces erreurs dépendent de divers facteurs, notamment la taille de l'échantillon, le plan d'échantillonnage et la méthode d'estimation. Une des propriétés importantes de l'échantillonnage probabiliste tient au fait que les erreurs d'échantillonnage peuvent être calculées à partir de l'échantillon à l'aide d'une mesure statistique appelée coefficient de variation (CV). Pour des enquêtes menées à plusieurs reprises, l'écart relatif entre l'estimation d'un échantillon et l'estimation qu'on aurait obtenue d'un dénombrement de toutes les unités serait inférieur à deux fois le CV, 95 fois sur 100. L'éventail des données acceptables d'un échantillon s'appelle l'intervalle de confiance. Les intervalles de confiance peuvent êtres calculés autour des estimations en utilisant les CV. Premièrement, nous calculons l'erreur type en multipliant l'estimation d'un échantillon par le CV. L'estimation d'un échantillon plus ou moins deux fois l'erreur type est ce qu'on appelle l'intervalle de confiance de 95 %.

Pour l'EIJ 2006, le taux de réponse des élèves se fixait à 73,2 % et le taux de réponse global, à 63,2 %.

Veuillez consulter le Guide de l'utilisateur des microdonnées pour obtenir de l'information détaillée.

Documentation

Date de modification :