Enquête sur la consommation d'énergie des arénas (ECEA)

Information détaillée pour 2014

Statut :

Inactive

Fréquence :

Occasionnelle

Numéro d'enregistrement :

5222

En partenariat avec Ressources naturelles Canada, Statistique Canada mène cette enquête pour recueillir des renseignements détaillés sur la demande en énergie et le profil de consommation d'énergie des arénas intérieurs au Canada.

Date de la parution - 30 août 2016

Aperçu

Les données seront utilisées par les services publics, ainsi que par les gouvernements provinciaux et le gouvernement fédéral, pour l'élaboration de programmes et de politiques visant à améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments commerciaux et institutionnels au Canada. Elles serviront en outre à appuyer des programmes cibles, comme ENERGY STAR Portfolio Manager, et constitueront la base de la mise à jour des scores de rendement ENERGY STAR 1 à 100 actuellement disponibles et de la production de nouveaux scores pour les types de bâtiments qui ne sont pas déjà admissibles à un score. Les associations de l'industrie, les gestionnaires de bâtiment et les propriétaires d'entreprises auront des données à jour sur des bâtiments semblables aux leurs pour comparer leur consommation d'énergie. Les spécialistes de l'énergie et les consommateurs pourront utiliser les données pour en savoir davantage sur les consommations types de leurs bâtiments.

Sujets

  • Consommation et écoulement d'énergie
  • Énergie

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible correspond à l'ensemble des installations avec des patinoires intérieures pour le patinage ou le hockey dans toutes les provinces et tous les territoires du Canada.

Les installations visées par l'enquête doivent avoir au moins une surface de glace intérieure et avoir été en opération à un moment donné pendant l'année civile 2014. La population cible exclut les patinoires intérieures pour le patinage ou le hockey situées dans les écoles, les établissements postsecondaires et les centres commerciaux.

L'enquête vise les arénas et les installations dans quatre types de bâtiments :

¿ Aréna seulement, avec une seule patinoire
¿ Aréna seulement, avec plusieurs patinoires
¿ Complexe à multiples activités sportives ou centre récréatif
¿ Établissement de sport ou de divertissement

Élaboration de l'instrument

Les questionnaires pour l'enquête sur la consommation d'énergie des arénas ont été élaborés par Statistique Canada en consultation avec Ressources naturelles Canada.

Des spécialistes de la conception de questionnaires ont été consultés pour la mise au point et la mise à l'essai des questionnaires de l'enquête. Les commentaires recueillis sur la conception et le contenu ont été intégrés dans les versions définitives.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

L'enquête sur la consommation d'énergie des arénas est conçue de façon à recueillir des données complètes et exactes auprès de l'ensemble des installations du Canada, dans le champ de l'enquête. Aucun échantillonnage n'est fait, les données étant recueillies pour toutes les unités de la population cible.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2015-09-14 à 2016-02-26

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Le premier contact avec les répondants se fait par interview téléphonique assistée par ordinateur, afin de confirmer qu'ils font partie du champ de l'enquête et de déterminer qui sont les personnes-ressources pour la collecte des renseignements.

Toutes les installations qui font partie du champ de l'enquête reçoivent un questionnaire sur papier. Les renseignements recueillis dans les deux versions du questionnaire sont identiques. Il était nécessaire d'avoir deux versions, car les activités de collecte sont menées par des bureaux régionaux ayant des coordonnées différentes.

Un suivi sera fait par interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO).

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

Pendant la collecte, on a prêté attention aux commentaires et aux notes des intervieweurs pour repérer les cas présentant des valeurs manquantes ou mal inscrites. Des contrôles de la validité et de la cohérence ont été effectués dans l'application de collecte pour limiter les erreurs potentielles. Les champs du questionnaire à remplir en toutes lettres ont été examinés en continu pour le recodage des réponses.

Au stade de post-collecte, des contrôles de validité, de répartition et de cohérence ont été effectués pour repérer les réponses incorrectes, manquantes et invalides dans les enregistrements utilisables. Les modifications basées sur les ratios ont été appliquées pour déceler les erreurs et les incohérences dans les données d'enquête rapportées après la collecte. La détection des valeurs aberrantes a aussi été employée pour repérer les valeurs extrêmes devant être imputées.

Imputation

De l'imputation a été effectuée pour traiter les non-réponses partielles (aussi appelées non-réponses à une question). Il est à noter qu'on a tenu compte des non-réponses totales au cours du processus de pondération en corrigeant le poids de tous les enregistrements répondants.

Un questionnaire retourné était considéré comme une non-réponse partielle lorsque certaines variables étaient remplies par le répondant, mais qu'une ou plusieurs autres variables étaient laissées en blanc et devaient être remplies par imputation. À l'exclusion des cas où la question ne s'appliquait pas au répondant, on a constaté qu'environ 10 % à 20 % des données associées aux différentes variables nécessitaient une imputation (en moyenne). Les non-réponses ont été imputées par enregistrement donneur selon la méthode du plus proche voisin dans le système généralisé BANFF. Cette méthode utilise le plus proche voisin pour trouver, pour chaque enregistrement à imputer, l'enregistrement valide qui y est le plus semblable et qui permettra à l'enregistrement receveur imputé d'être accepté aux vérifications et post vérifications d'imputation spécifiées.

L'imputation par enregistrement donneur selon la méthode du plus proche voisin a été appliquée lorsque les variables d'un enregistrement nécessitant une imputation (l'enregistrement receveur) ont été identifiées et imputées à l'aide de l'enregistrement donneur le plus semblable à l'enregistrement receveur. On a trouvé ces enregistrements semblables en prenant en compte d'autres variables en corrélation avec les valeurs manquantes ou incorrectes par le biais des classes d'imputation personnalisées et des variables correspondantes pour chaque variable à imputer. Lorsqu'il n'était pas possible de trouver des enregistrements donneurs selon la méthode du plus proche voisin pour tous les enregistrements receveurs, on a dû adopter une approche moins restrictive en modifiant les classes d'imputation et en traitant à nouveau les données. Par exemple, les unités similaires ont été définies par région plutôt que par province et il y avait donc plus d'enregistrements donneurs dans chaque classe pour les enregistrements receveurs à imputer. Ce traitement par imputation s'est poursuivi selon une séquence prédéterminée, jusqu'à ce que des enregistrements donneurs selon la méthode du plus proche voisin aient été attribués à tous les enregistrements à imputer ou qu'il ne reste plus d'enregistrements donneurs selon la méthode du plus proche voisin. Lorsque de tels enregistrements étaient trouvés, les anciennes valeurs manquantes ou incorrectes pour la variable étaient remplacées par les nouvelles valeurs imputées. Des vérifications et des post vérifications ont été appliquées durant l'imputation pour que l'enregistrement résultant n'enfreigne aucune des règles de vérification spécifiées.

Estimation

Bien qu'il s'agisse d'un recensement, la présence de non-réponses totales est prise en compte dans les estimations et lors de l'estimation de la variance. Un poids final supérieur à un était attribué aux unités dès qu'au moins un non-répondant total était observé dans une classe de repondération. Ces poids finals doivent être utilisés pour produire les estimations pondérées. Le Système généralisé d'estimation a été utilisé pour calculer les variances estimées.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Statistique Canada utilisera les données de cette enquête à des fins statistiques.

Date de modification :