Enquête sur la préparation aux situations d'urgence et sur la résilience (EPUR)

Information détaillée pour 2014

Statut :

Inactive

Fréquence :

Une fois

Numéro d'enregistrement :

5208

L'Enquête sur la préparation aux situations d'urgence et sur la résilience (EPUR) a pour objectif de permettre une meilleure compréhension de la résilience communautaire au Canada en examinant la façon dont les canadiens se préparent et réagissent aux situations d'urgence ou aux catastrophes, et la façon dont ils s'en sortent relativement à d'autres facteurs sociaux et économiques liés à la résilience.

Date de la parution - 28 octobre 2015

Aperçu

L'Enquête sur la préparation aux situations d'urgence et sur la résilience (EPUR) a pour objectif de permettre une meilleure compréhension de la résilience communautaire au Canada en examinant la façon dont les canadiens se préparent et réagissent aux situations d'urgence ou aux catastrophes, et la façon dont ils s'en sortent relativement à d'autres facteurs sociaux et économiques liés à la résilience. L'EPUR permet de recueillir des données sur des facteurs qui déterminent dans quelle mesure les particuliers et les collectivités peuvent se préparer à une catastrophe, l'atténuer, y réagir et s'en rétablir. Elle fournira des estimations de la préparation aux urgences et de la résilience à divers niveaux géographiques, entre autres sur l'échelon national, l'échelon provincial et un certain niveau de détail pour les collectivités grandes (populations comptant plus de 50 000 habitants).

Les données tirées de l'EPUR permettront aux décideurs, aux premiers intervenants et aux organisations non gouvernementales d'établir les priorités, d'affecter les fonds et de mieux orienter l'élaboration des programmes de gestion des urgences et de sécurité communautaire. Ce travail est financé par le Centre des sciences pour la sécurité de Recherche et développement pour la défense Canada, avec l'appui de Sécurité publique Canada.

L'EPUR fournira des données utiles sur :

- les perceptions des Canadiens quant aux types de risques auxquels leur communauté est susceptible de faire face

- la mesure dans laquelle les Canadiens sont préparés à affronter une situation d'urgence majeure ou une catastrophe

- les expériences antérieures d'une situation d'urgence majeure ou d'une catastrophe et l'impact de ces événements sur les activités de la vie quotidienne, les effets à long terme et le rétablissement

- les types de ressources formelles et informelles que les Canadiens utilisent lorsque survient une situation d'urgence majeure ou une catastrophe

- la façon dont les gens qui ont déjà vécu une situation d'urgence se comparent aux autres en ce qui touche la préparation aux urgences

- les différences observables entre certaines populations ou certains groupes au chapitre de la préparation, par exemple, les différences possibles selon la région, l'âge, le sexe, le revenu ou l'appartenance ethnique.

Les résultats de l'enquête peuvent servir à :

- relever les lacunes dans les services de gestion de crise

- adapter les services afin de mieux répondre aux besoins de certaines populations

- dresser une carte des communautés ou des régions selon les niveaux de vulnérabilité, particulièrement dans les communautés diversifiées

- élaborer et mettre en place des stratégies pour améliorer la résilience.

Période de référence : L'année civile

Sujets

  • Société et communauté

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible pour l'EPUR inclus tous les individus au Canada âgés de 15 ans ou plus, excluant :

1. Les résidents du Yukon, les Territoires du Nord Ouest, et le Nunavut
2. Les résidents à temps plein dans les institutions.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire a été élaboré à partir de recherches et de nombreuses consultations avec les partenaires-clés et les utilisateurs des données. Les essais qualitatifs sur le nouveau contenu ont été effectués par le Centre d'information sur la conception de questionnaire de Statistique Canada (CICQ). Des entrevues individuelles en profondeur ont été effectuées. Ces entrevues nous ont permis d'identifier les questions qui fonctionnaient bien et de cibler celles nécessitant des clarifications ou une restructuration. Les membres de l'équipe du CICQ ont effectué un rapport détaillé de leurs observations et recommandations. À l'issue de cet essai qualitatif, tous les commentaires et rétroactions furent, dans la mesure du possible, pris en considération. Les décisions prises sur les changements ont été considérées en collaboration avec le CICQ.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

La population visée pour l'enquête comprend toute personne âgée de 15 ans et plus, qui sont résidente d'une des 10 provinces. Un échantillon de 73 000 ménages a été sélectionné pour cette enquête en utilisant l'échantillonage aléatoire stratifié.

Cette enquête utilise la nouvelle base de sondage téléphonique. Celle-ci contient les numéros de téléphone à ligne fixe et cellulaire tirés du recensement et provenant de différents fichiers administratifs fournis à Statistique Canada. Afin d'augment l'efficacité, les numéros de téléphones appartenant a la même adresse ont été regroupé ensembles avec l'aide de la nouvelle base de sondage de logement de Statistique Canada.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2014-01-07 à 2014-06-30

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

La collecte des données est effectuée au moyen de la méthode d'interviews téléphoniques assistées par ordinateur (ITAO) pour chacun des dix provinces.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Les mesures de vérification ont été élaborées en tant que partie intégrante de l'application de la saisie des données. Ces mesures sont appliquées au moment de la collecte des données pour en assurer la qualité. Ainsi, toute anomalie détectée dans l'information déclarée peut alors être vérifiée immédiatement auprès du répondant et corrigée si nécessaire.

Pour l'interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO), il est impossible pour les intervieweurs de saisir des valeurs situées en dehors de la fourchette permise et de commettre des erreurs d'enchaînement puisque les enchaînements sont contrôlés par un système programmé de sauts de question. Par exemple, l'ITAO fait en sorte que les questions qui ne s'appliquent pas au répondant ne sont pas posées. Dans le cas de certains types de déclarations non cohérentes ou inhabituelles, l'application affiche des messages d'avertissement. Dans certains cas, aucune mesure corrective n'est prise au moment de l'interview, mais les vérifications élaborées sont plutôt effectuées au Bureau central, au besoin, après la collecte des données.

Imputation

L'imputation est un processus utilisé pour déterminer et attribuer des valeurs de remplacement afin de résoudre les problèmes que suscitent les données manquantes, invalides ou incohérentes. L'imputation a été utilisée pour attribuer une valeur à la variable PR_CMACA dans les cas de répondants pour lesquels l'information géographique était manquante. PR_CMACA peut prendre 73 valeurs : 63 sont associées aux collectivités visées par l'enquête, les 10 autres étant associées aux régions situées hors des collectivités visées (une par province).

Le code postal fourni par le répondant a servi à déterminer la valeur de PR_CMACA. Parmi les 32 171 répondants, 2 097 (6,5 %) n'avaient pas de code postal ou avaient un code postal non valide. Dans les cas de données manquantes, des valeurs ont été imputées à partir du code de RMR/AR figurant dans la base de sondage de l'EPUR ou dans le RA. Pour valider l'imputation effectuée, on a comparé la valeur de la variable PR_CMACA pour les répondants qui ont fourni un code postal au code de RMR/AR figurant dans la base de sondage ou le RA. Les mêmes valeurs ont été observées pour 88 % des répondants.

Estimation

Le principe qui sous-tend une estimation pour un échantillon probabiliste veut que chacune des personnes incluses dans l'échantillon « représente », en plus d'elle-même, plusieurs autres personnes qui en sont exclues. Par exemple, dans un échantillon aléatoire simple de 2 % de la population, chaque personne incluse dans l'échantillon représente 50 membres de la population.

La phase de la pondération est une étape où l'on calcule ce nombre (ou poids) pour chaque enregistrement. Ce poids, qui figure dans le ficher de microdonnées, doit servir à calculer des estimations significatives à partir de l'enquête.

La présente section renferme des détails au sujet de la méthode utilisée pour calculer les poids pour l'EPUR. Le calcul des poids s'est fait en plusieurs étapes.

1) Poids déterminé par le plan d'échantillonnage
Chaque unité dans la strate s'est vu attribuer un poids déterminé par le plan d'échantillonnage calculé comme suit :

"taille de la population de la strate (nombre d'enregistrements dans la base de sondage)" / "taille de l'échantillon de la strate"


2) Retrait des unités hors champ
Les numéros de téléphone associés à des entreprises, des établissements ou à d'autres logements hors du champ de l'enquête, de même que les numéros hors service sont considérés hors du champ de la présente enquête. Les unités hors champ ont été soustraites au processus de pondération pour ne conserver dans l'échantillon que les unités admissibles.

3) Correction du poids déterminé par le plan d'échantillonnage
Les poids déterminés par le plan d'échantillonnage des unités admissibles ont été corrigés pour tenir compte des ménages représentés plus d'une fois dans la base de sondage. On a demandé aux répondants de fournir la liste des numéros de téléphone permettant de joindre leur ménage. La correction a été effectuée en fonction de cette liste de numéros.

4) Non-réponse au niveau du ménage
Les poids des ménages répondants ont été corrigés de manière à représenter les ménages non répondants. Les facteurs de correction ont été calculés séparément dans chaque strate.

5) Poids au niveau de la personne
Les poids au niveau de la personne correspondent aux poids au niveau du ménage multipliés par le nombre de personnes au sein du ménage qui sont admissibles à l'enquête.

6) Non-réponse au niveau de la personne
La non-réponse au niveau de la personne renvoie aux unités associées à une liste complète des membres du ménage, mais non à un questionnaire. Les facteurs de correction ont été calculés dans les catégories de pondération formées à partir des renseignements figurant sur la liste.

7) Élagage des poids
Les poids d'un petit nombre de répondants ont été élagués, ces poids étant nettement supérieurs à ceux des autres répondants de la même RMR/AR (PR_CMACA). Il s'agissait des unités pour lesquelles la RMR/AR de la base était différente de la RMR/AR déterminée à partir du code postal fourni.

8) Calage
Les poids ont été calés de manière à ce que la somme des poids de l'EPUR corresponde aux chiffres de population au niveau de la province selon le groupe d'âge et le sexe. Les poids ont aussi été calés en fonction des chiffres de population des RMR/AR pour les 63 collectivités visées par l'enquête.

Les poids finaux (au niveau de la personne) pour le fichier maître sont appelés WTPM.

Évaluation de la qualité

Formation

L'EPUR est effectuée par des intervieweurs de Statistique Canada. Les gestionnaires de projet et les intervieweurs principaux doivent veiller à ce que les intervieweurs de l'EPUR connaissent bien les concepts et les procédures de l'enquête.

Refus

Dans le cas où un répondant refuse l'interview, les intervieweurs de Statistique Canada sont formés aux techniques de base de conversion d'un refus. Si un répondant est inflexible, l'intervieweur doit obtenir autant de renseignements que possible sur le répondant (par exemple, pourquoi il refuse de participer) et transmettre le cas à l'intervieweur principal. L'intervieweur principal tente ensuite de communiquer avec le répondant pour renverser son refus. Si l'intervieweur principal est incapable de renverser le refus, il doit envoyer une lettre au répondant en guise de dernier effort visant à obtenir sa coopération.

Les logiciels d'enquête

Les applications d'IAO permettent de créer des cheminements complexes et d'intégrer des vérifications au questionnaire, ce qui aide à produire des données de meilleure qualité et à faire en sorte que le répondant ne réponde qu'aux questions qui s'appliquent à sa situation. L'application de l'enquête a été mise à l'essai à Statistique Canada afin de vérifier qu'elle fonctionnait correctement. Le contrôle de la qualité durant la collecte des données comprenait des écrans de révision, des vérifications d'intervalles, des vérifications du cheminement de questions et des vérifications de la cohérence générale.

Traitement de données

Une fois recueillies, les données ont été traitées dans l'Environnement pour le traitement des enquêtes sociales (ETES) pour produire un fichier épuré définitif. Chaque étape de traitement comprend des étapes de vérification afin de s'assurer que les données du fichier définitif sont de bonne qualité.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Diverses sources expliquent les erreurs d'enquête. Elles peuvent être classées en deux principales catégories : erreur d'échantillonnage et erreurs non dues à l'échantillonnage.

Érreur d'échantillonnage :
Une erreur d'échantillonnage est définit comme étant une erreur qui apparais puisque l'estimer est basé sur un échantillon plutôt que la population entière. La méthode bootstrap a été utilisé afin d'estimer les variables d'échantillonnage des estimer produit pour cette enquête. Les estimé avec une haute variabilité d'échantillonnage sont indiquer dans les publications d'échantillonnage.

Erreurs non dues à l'échantillonnage :

Les erreurs non dues à l'échantillonnage peuvent être définies comme des erreurs possibles pendant à peu près toutes les activités d'enquête, mis à part l'échantillonnage. Ces erreurs se retrouvent dans l'enquête-échantillon et le recensement (contrairement à l'erreur d'échantillonnage qui est présente seulement dans l'enquête-échantillon). Les sources communes de ces erreurs sont la couverture imparfaite et la non-réponse.

Les erreurs de couverture (ou couverture imparfaite) se révèlent lorsqu'il y a des différences entre la population visé et la population sonder. Les demeures sans téléphones ainsi que les demeures avec des services téléphoniques qui ne sont pas couvert par le cadre actuel, représente une partie de la population visée qui a été exclus de la population sondé. Au point ou la population exclusse se distingue au reste de la population visé, les résultat peuvent être biaisée. En général, puisque ces exclusions sont minime, un pourrais s'attendre que le biaisé introduit soit minime.

La fréquence de réponse globale pour l'EPUR était de 53%. Une portion du montant de non-réponse c'est produit au niveau des demeures, et d'autre au niveau individuel. Les estimer d'enquêtes a été ajusté (p. ex. régression) pour prendre en compte les non-réponses. Au point ou les demeures non-répondantes et les individus diffère au reste de l'échantillonnage, le résultat peu être baisé.

Autre types de non-échantillonnage peut include des erreurs de réponses et des erreurs de traitement.

Date de modification :