Étude sur le bruit ambiant et la santé (EBAS)

Information détaillée pour 2013

Statut :

Inactive

Fréquence :

Une fois

Numéro d'enregistrement :

5201

Les effets sur la santé formulés par des personnes vivant à proximité de sources de bruit ambiant telles la circulation routière et aérienne, les chemins de fer et les installations éoliennes ne sont pas bien compris étant donné le peu de données scientifiques disponible sur ce sujet. L'ÉBAS a été mis sur pied pour pallier à ce manque par l'entremise d'une étude qui a pour but de mesurer la prévalence des effets sur la santé ou des indicateurs de la santé auprès d'un échantillon de Canadiens exposés à ces sources de bruit ambiant à partir de mesures de l'état de santé objectives et auto-déclarées.

Date de la parution - 6 novembre 2014

Aperçu

Les objectifs de l'étude sont les suivants :

- Étudier la prévalence des effets sur la santé ou des indicateurs de la santé auprès d'un échantillon de Canadiens exposés au bruit ambiant à partir de mesures de l'état de santé objectives et déclarées.

- Se servir de la modélisation statistique pour établir le rapport entre l'exposition et les réactions en fonction des niveaux sonores produits ainsi que des mesures de l'état de santé objectives et déclarées.

Les données ont été recueillies par l'entremise d'une entrevue personnelle pour des participants âgés entre 18 et 79 ans sélectionnés aléatoirement et a été suivie d'une série de mesures physiques objectives. L'entrevue personnelle recueillait de l'information auto-déclarée d'ordre démographique, la perception du bruit, l'état de santé ainsi que des indicateurs de la qualité de vie. Les réactions au bruit ambiant ont également été évaluées au moyen de mesures objectives de l'état de santé, notamment les troubles du sommeil, les taux de cortisol (un marqueur biologique du stress) et la tension artérielle.

L'étude vise à évaluer la relation dose-effet entre l'exposition au bruit ambiant et les résultats déclarés en matière de santé. Cette évaluation sera fondée sur des résultats auto-déclarés et des résultats mesurés objectivement.

Sujets

  • Maladies et état de santé
  • Santé

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible se composait d'un échantillon d'adultes âgés de 18 à 79 ans vivant dans le sud-ouest de l'Ontario et à l'Île-du-Prince-Édouard dans un rayon de 10 kilomètres (km) d'une éolienne.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire a été conçu par Santé Canada et Statistique Canada en consultation avec des experts dans les domaines de l'acoustique, de l'impact du bruit ambiant sur la santé, de la médecine clinique et en épidémiologie. La mise à l'essai du questionnaire a été effectuée par le Centre de ressources en conception des questionnaires (CRCQ) de Statistique Canada. Un certain nombre d'interviews individuelles ont été menés, en anglais et en français en mars 2012. Le contenu de l'enquête a également été soumis a une revue par des membres de l'Organisation Mondiale de la Santé.

Le questionnaire a été formulé de façon à ce qu'il soit conforme aux pratiques et aux énoncés de question normalisés lorsqu'il y a lieu, dans un environnement d'interview assistée par ordinateur. Cela inclut le contrôle automatisé de l'énoncé et de l'enchaînement des questions en fonction des réponses données à des questions antérieures, ainsi que l'utilisation de vérifications en ligne en vue de détecter les incohérences logiques et les erreurs de saisie flagrantes.

L'application informatique de collecte de données a été soumise à des essais rigoureux avant d'être utilisée pour l'étude.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

L'EBAS a été menée au moyen d'interviews sur place assistée par ordinateur auprès d'un échantillon de 2 004 logements situés dans des deux sites distincts.

Les sites ont été choisis en fonction de la densité de population vivant à proximité de sources de bruit ambiant. La base de sondage a été créée à partir du Registre des Adresses et d'information géographique sur l'emplacement des sources de bruit ambiant. L'échantillon de logements a été choisit au hasard à partir de ces sites et dès qu'un ménage était recensé, un membre de ce ménage était choisit au hasard pour participer à l'étude. Cette méthode de sélection visait à obtenir un nombre similaire de répondants dans chaque groupe particulier d'exposition sonore (en décibels).

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2013-05-01 à 2013-09-11

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants et sont tirées de fichiers administratifs.

Le questionnaire de l'ÉBAS a été administré au moyen d'interviews en personnes assistées par ordinateur (IPAO) dans la résidence des répondants. Le questionnaire comprenait des modules visant à explorer des paramètres comme la gêne causée par le bruit, les effets sur la santé, la qualité de vie, la qualité du sommeil, le stress perçu, les habitudes de vie (le fait de fumer, de consommer de l'alcool, etc.) et les maladies chroniques prévalentes. À la suite de cette interview, les répondants étaient invités à prendre part au volet de l'étude visant à recueillir des mesures physiques de la santé.

La composante portant sur les mesures physiques était constituée de trois mesures:

- un actimètre porté au poignet (ou bracelet) a été utilisé pour mesurer le début du sommeil, le temps de sommeil total, les veilles et l'efficacité du sommeil.
- La tension artérielle systolique et diastolique ainsi que la fréquence cardiaque ont été mesurées de manière électronique au moyen d'un appareil oscillométrique automatique
- On a demandé aux répondants de fournir une petite quantité de cheveux (une centaine de mèches) pour l'analyse des concentrations de cortisol pour mesurer le niveau de stress chronique.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

La majeure partie de la vérification des données a été effectuée au moment des interviews par l'IPAO. Les intervieweurs ne pouvaient pas entrer de valeurs non valides et les erreurs d'enchaînement ont fait l'objet de l'instruction de contrôle programmée « passez à ». De plus, des avertissements ne nécessitant pas de mesures correctives ont aussi été inclus afin de déterminer les valeurs inhabituelles (c.-à-d. improbables plutôt qu'impossibles), en vue de déceler les erreurs possibles et de les corriger à la source.

Au bureau central, les données ont été assujetties à une série d'étapes de traitement qui ont pu occasionner certains ajustements. Par exemple, des vérifications supplémentaires ont été effectuées pour contrôler les incohérences dans les données. Par conséquent, les données définitives étaient complètes et contenaient des codes de réserve pour les réponses « sans objet », « ne sait pas », « refus » et « non déclaré ».

Imputation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Estimation

La principale utilisation prévue des résultats de l'étude est de faire l'examen du lien entre le bruit et la santé à l'aide de techniques multivariées. Les résultats produits à l'aide de ces techniques sont valides pour la zone à l'étude (c'est-à-dire une petite région du sud-ouest de l'Ontario et la quasi-totalité de l'Île-du-Prince-Édouard) et ne peuvent pas s'appliquer de façon plus générale (par exemple, à d'autres parcs éoliens, ou aux niveaux provincial ou national).

Évaluation de la qualité

Énormément de temps et d'efforts ont été consacrés à réduire les erreurs non dues à l'échantillonnage dans l'étude. Des mesures d'assurance de la qualité ont été prises à chacune des étapes du cycle de collecte et de traitement des données afin de contrôler la qualité des données. Ces mesures comprennent la formation poussée des intervieweurs concernant les procédures de l'enquête et de l'application de l'interview en personne assistée par ordinateur (IPAO), l'observation des intervieweurs en vue de cerner les problèmes liés à la conception du questionnaire ou à une mauvaise compréhension des instructions, et l'évaluation de l'application IPAO pour s'assurer que les contrôles des limites, les vérifications et le déroulement des questions étaient tous programmés correctement.

Afin de s'assurer que les intervieweurs possédaient une connaissance égale de toutes les techniques de mesure pour la collecte, un manuel de l'interviewer comprenant des protocoles détaillés pour chaque mesure a été élaboré. Ces protocoles ont été mis au point de concert avec des experts de chaque domaine de mesure, afin d'assurer une collecte de données de la meilleure qualité possible et de réduire le biais au minimum. Aux fins d'uniformisation, ces protocoles ont été abordés de façon approfondie au cours de la formation des employés et intégrés à l'application de saisie des données. On a exigé des intervieweurs qu'ils passent en revue ces protocoles sur une base périodique au moment de la collecte afin de maintenir leurs connaissances.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

L'EBAS a échantillonné 2 004 logements. L'une des toutes premières tâches consistait à déterminer la portion de l'échantillon hors champ de l'enquête. L'expérience des enquêtes précédentes et du Recensement permettait de prédire que le taux de logements hors champ serait plus élevé à l'Île-du Prince-Édouard qu'en Ontario. À la fin de la période de collecte, 27 % des logements étaient hors champ à l'Île-du Prince-Édouard alors que ce taux s'élevait à 20 % en Ontario. Dans l'ensemble, le taux de logements hors champ de l'EBAS s'élevait à 22 %. La majorité des cas hors champ était attribuable à une cause « logement démoli », « logement inoccupé » ou « logement saisonnier ou secondaire ». Sur les 2 004 logements, 1 570 étaient dans le champ de l'étude, et 1 238 personnes ont accepté de participer à l'étude. On a ainsi obtenu un taux de réponse final de 79 %.

Date de modification :