Commerce de services de la culture

Information détaillée pour 2009

Statut :

Inactive

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

5045

Cette enquête dérivée est menée pour recueillir des données et procéder à des analyses relativement au commerce international de services culturels au Canada.

Date de la parution - 5 avril 2012

Aperçu

Cette activité statistique vise à fournir des données et à produire des analyses sur la valeur des importations et des exportations de services du Canada dans le secteur de la culture. L'unité d'analyse est le produit décrit dans le « Cadre canadien pour les statistiques culturelles de 2004» (disponible au lien « Publications » situé au menu latéral ci-dessus (gratuit)). Les services de la culture comprennent une gamme étendue et complexe de transactions visant des produits qui sont, par nature, généralement intangibles. Le cadre de 2004 établit l'étendue des services culturels, lesquels comprennent les services de demande finale (comme la rédaction et la conception); les droits de propriété intellectuelle pour les produits culturels (comme le droit d'auteur); et les services de contenu (services d'intrants intermédiaires qui servent à ajouter du contenu ou à le modifier dans un bien ou un service culturel de demande finale). À titre d'exemples de services de contenu, mentionnons la conception graphique pour la couverture d'un livre et l'ingénierie du son pour un film.

Cette enquête dérivée est financée par le ministère du Patrimoine canadien. Les données sont disponibles sur le commerce de services de la culture, par type de service et catégorie définie selon le cadre canadien pour les statistiques culturelles, ainsi que des tableaux croisés de ce commerce entre le Canada et certains pays. Parmi les exemples de services de la culture figurent : les frais de redevances et des licences pour les droits d'auteur et marques de commerce, les services de la production cinématographique (films ou vidéos), les missions de radio et de télévision (en direct ou sur bande) ainsi que les enregistrements sonores, les arts de la scène, la publicité et les services en architecture. Les données sur le commerce de biens de la culture sont disponibles séparément (voir numéro d'enregistrement 5088).

Ces estimations d'enquête sont utilisées par divers ministères et organismes, comme le ministère du Patrimoine canadien, le Fonds de développement des industries culturelles de la Banque de développement du Canada, le programme des marchés internationaux de Téléfilm Canada, ainsi que le ministère des Affaires étrangères et de commerce international Canada. Par ailleurs, les données sont utiles pour des organismes internationaux, comme l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Période de référence : L'année civile

Période de collecte : Le février de l'année après l'année de référence

Sujets

  • Commerce des biens et de services de la culture
  • Culture et loisirs

Sources de données et méthodologie

Population cible

L'univers des agents économiques pris en compte dans la culture vise tous les agents résidant au Canada qui peuvent effectuer des opérations internationales des services de la culture. Les agents peuvent être des entreprises, des administrations publiques, des organismes sans but lucratif ou des ménages.

Élaboration de l'instrument

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Sources des données

Les données sont tirées de fichiers administratifs et sont dérivées de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

Les données sur le commerce international dans les services culturels proviennent de la Division de la balance des paiements (BDP) de Statistique Canada. Les données de la Division de la balance des paiements utilisées pour le commerce de services de la culture datent du 14 février 2012, pour la révision annuelle de l'année 2009 et des années précédentes.

La Division de la balance des paiements recueille une grande partie des données sur les services commerciaux par la voie de son enquête annuelle complète sur les transactions internationales de services réalisées par plus de 3 000 entreprises au Canada. Pour plus d'informations, veuillez vous référer au lien « Les transactions internationales de services du Canada » sous la section Documentation.

Les données sur les services culturels proviennent de l'élément des services commerciaux du compte courant de la BDP comme il suit :

En général, les données de la Division de la balance des paiements sur les services commerciaux sont compilées selon les transactions internationales de services. Ces données sont augmentées par la Division des industries de service (DIS) et par les données administratives. Les services d'information, les redevances et les droits de licence sont recueillis dans l'enquête annuelle des transactions internationales de services et sont augmentés par la Division des industries de service et par les données administratives. Les données sur la publicité et les services connexes proviennent de l'enquête annuelle sur les transactions internationales de services. Sont aussi incluses les projections repères des dépenses au Canada de bureaux représentatifs des banques étrangères, de même que de bureaux représentatifs de banques canadiennes établies dans d'autres pays. Les données sur les services d'architecture et d'ingénierie proviennent de l'enquête annuelle sur les transactions internationales de services, les enquêtes de la DIS et des données administratives. Les données sur les services divers aux entreprises proviennent de l'enquête annuelle sur les transactions internationales de services et des renseignements douaniers de la Division du commerce international de Statistique Canada, les enquête de la DIS et des données administratives. Les données sur les services audiovisuels proviennent des résultats des enquêtes annuelles de la Division des industries de service de Statistique Canada, l'enquête DIS et par les données administratives. Ces statistiques sont complétées par diverses sources et études provinciales. Les données sur la radiodiffusion proviennent de la division des investissement, des sciences et de la technologie.

Les données estimatives des sports organisés et des arts d'interprétation proviennent des enquêtes repères sur les recettes et les paiements des principaux participants. Enfin, les données sur les services personnels, culturels et récréatifs proviennent des déclarations annuelles transmises à Statistique Canada selon la Loi fédérale sur les déclarations des personnes morales.

Détection des erreurs

Les activités de détection des erreurs sont menées par la Division de la balance des paiements. Les données reçues sont comparées à celles des années précédentes et les grandes différences font l'objet d'une vérification plus poussée. On communique avec les répondants n'ayant déclaré aucune transaction afin de s'assurer qu'il n'y a pas eu erreur. Les totaux indiqués sont comparés à la somme des parties et les codes pour les pays sont vérifiés. Les résultats d'enquête sont comparés aux données d'autres sources, lorsqu'elles sont disponibles, aux fins de validation.

Imputation

Lorsqu'il y a non-réponse, les données sont imputées par la Division de la balance des paiements en utilisant l'une des méthodes suivantes :

-utilisation du taux de croissance d'une variable connexe de la même entreprise si on peut obtenir un tel renseignement auprès d'une autre source de données;
- attribution, à la variable visée, du taux de croissance moyen déclaré par les autres répondants d'un secteur d'activité semblable;
- utilisation des résultats de l'année précédente.

Estimation

Les services culturels sont regroupés puis répartis en catégories, conformément au Cadre canadien pour les statistiques culturelles de 2004. De façon précise, il y a regroupement des microdonnées sur le commerce des services permettant leur classement à l'aide des classifications étendues de la balance des paiements, conformément à la Classification centrale des produits et aux différentes catégories employées dans le cadre de 2004.

Évaluation de la qualité

Des évaluations de la qualité sont effectuées par les responsables du Programme de la statistique culturelle, et elles prennent la forme d'une analyse des tendances historiques, qui repose sur le jugement de spécialistes. Cette méthode sert à déceler les anomalies dans les données pour une période déterminée. Ce processus de détection des erreurs est mené à l'étape finale d'agrégation des catégories de services culturels échangés.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Il peut y avoir des différences entre les données publiées antérieurement et les données actuelles en raison d'un certain nombre de facteurs. Les données sources qui servent à établir les données tabulaires pour les services culturels sont révisées chaque année par la Division de la balance des paiements (BDP) de Statistique Canada. Les différences peuvent également découler du traitement des données sur le commerce. Lorsque les données sur le commerce sont transposées d'un cadre conceptuel de la BDP au cadre culturel de 2004, une partie des données de la balance des paiements qui ne peuvent être attribuées aux catégories culturelles individuelles (en raison principalement de leur imprécision) sont attribuées à une catégorie « non attribuée » dans les tableaux du commerce culturel. Les décisions relatives à la réaffectation des données de la partie non attribuée à des catégories plus significatives sont prises au cas par cas compte tenu de facteurs comme les caractéristiques des données, de même que leurs tendances historiques. Des rajustements supplémentaires sont également faits dans les données de sorte qu'il peut y avoir un nouveau codage des données de l'industrie à un niveau plus détaillé que ce qui est exigé par la Division de la balance des paiements. Ces rajustements sont faits en consultation avec la Division de la balance des paiements pour assurer l'uniformité des données sur le commerce, en ce qui concerne la culture, entre la Division de la balance des paiements, et le Programme des statistiques culturelles de statistique Canada.

Exactitude des données

La qualité des estimations des services culturels dépend de la qualité des données des sources sous-jacentes, ainsi que de la façon dont ces sources sont combinées. Statistique Canada déploie tous les efforts pour s'assurer que les données administratives et les données d'enquête sont correctes au niveau conceptuel, en fonction de leurs utilisations. Toutes les anomalies ou incohérences décelées sont vérifiées en fonction de la source et, au besoin, des ajustements sont apportés pour rapprocher les données et le cadre conceptuel de la série de la culture. (Pour plus d'informations, veuillez vous référer au lien « Les transactions internationales de services du Canada » sous la section Documentation.)

Note :

Les données sont disponibles sur le commerce de services de la culture, par type de service et catégorie définie selon le cadre canadien pour les statistiques culturelles de 2004, ainsi que des tableaux croisés de ce commerce entre le Canada et certains pays. Parmi les exemples de services de la culture figurent : les frais de redevances et des licences pour les droits d'auteur et marques de commerce, les services de la production cinématographique (films ou vidéos), les missions de radio et de télévision (en direct ou sur bande) ainsi que les enregistrements sonores, les arts de la scène, la publicité et les services en architecture.

Les données sur le commerce de biens de la culture sont disponibles séparément.

La valeur des exportations et des importations est exprimée en dollars canadiens courants. Des fluctuations de prix et de volume peuvent entraîner des changements.

La Chine inclut la Chine continentale uniquement tandis que la frontière commerciale de la Mongolie et des régions administratives spéciales de Hong-Kong et de Macao (autrefois Macau) sont traitées individuellement.

Pour les concepts et méthodes, veuillez vous référer au : le « Commerce de services culturels - Guide des concepts et des méthodes » (81-595-m2007056-fra, gratuit).

Documentation

Date de modification :