Guide pour le Système d’information sur les apprentis inscrits (SIAI)

Concepts utilisés par le Système d’information sur les apprentis inscrits (SIAI)

Métiers désignés
La formation en apprentissage et les qualifications des métiers au Canada sont régies par les provinces et les territoires. Ce sont ces secteurs de compétence qui déterminent les métiers qui peuvent faire l’objet d’un apprentissage et les métiers pour lesquels des certificats sont accordés. On parle alors de métiers désignés. Les secteurs de compétence déterminent également les métiers désignés qui exigent une certification pour travailler sans supervision dans le métier. La liste des métiers désignés varie de façon importante d’un secteur à l’autre. Les données tirées du Système d’information sur les apprentis inscrits ne présentent que les métiers qui ont été désignés dans au moins une province ou un territoire.

Les apprentis inscrits sont des personnes qui suivent un programme de formation de travail supervisé dans un métier désigné dans leur province ou territoire. Pour suivre la formation, l’apprenti doit être inscrit auprès d’un corps administratif approprié (généralement un ministère de l’Éducation ou du Travail ou un organisme de réglementation de l’industrie propre au métier désigné).

Les ouvriers qualifiés sont des personnes qui ont travaillé dans un métier donné pendant une période de temps prolongée, sans avoir nécessairement été un apprenti, et qui ont obtenu une certification d’une province ou d’un territoire, habituellement dans le cadre d’un examen d’évaluation des compétences requises dans leur métier.

Inscriptions
Le nombre total d’inscriptions dans les programmes d’apprentissage est le total de toutes les inscriptions qui sont survenues durant la période visée (par exemple, soit du 1er  janvier  2015 au 31  décembre  2015) au sein des 13  secteurs de compétence.

Nombre total d’inscriptions = déjà inscrits + nouvelles inscriptions + réintégrations

  • Déjà inscrits  — nombre d’apprentis de l’année précédente qui sont toujours inscrits
  • Nouvelles inscriptions  — nouveaux inscrits à un programme d’apprentissage durant la période de 12 mois visée
  • Réintégrations  — inscriptions de personnes qui avaient abandonné un programme d’apprentissage dans un métier donné au cours d’une année antérieure et qui se sont inscrites de nouveau au même programme d’apprentissage durant la période visée

Programmes du Sceau rouge et autres programmes sans la mention Sceau rouge
Le Programme Sceau rouge établit des normes communes pour évaluer les compétences des personnes de métier partout au Canada, dans des métiers auxquels on a attribué l’appellation de métiers « Sceau rouge ». Les personnes de métiers qui répondent aux normes du Sceau rouge, après avoir réussi l’examen, reçoivent la mention Sceau rouge sur leur certificat de métier de leur province ou territoire.

Les métiers sans le Sceau rouge ne sont pas soumis aux normes interprovinciales. Plusieurs de ces métiers n’exigent pas de passer un examen pour travailler dans le métier.

Certification
Les exigences de délivrance d’un certificat varient d’un secteur de compétence l’autre au Canada. Dans la plupart des cas, l’apprenti obtient son certificat s’il satisfait à des exigences telles que de la formation en cours d’emploi avec supervision, une formation technique ainsi que la réussite d’un ou de plusieurs examens. La plupart des ouvriers qualifiés obtiennent quant à eux leur certification après avoir passé un examen .

Terminologie de certification
Selon la province ou le territoire, il y a différentes appellations pour désigner les certificats émis. Voici les principales :

Certificate of Apprenticeship
Diploma of Qualification
Certificate of Qualification
Journeyperson’s Certificate

Certificat d’aptitude
Certificat de compagnon
Certificat de compétence
Diplôme d’apprentissage

Changements à l’échelle fédérale, provinciale et territoriale liés à l’interprétation des données du SIAI

1 Un changement est survenu en 2003 dans la déclaration des données de Terre-Neuve-et-Labrador en ce qui concerne les apprentis nouvellement inscrits et les annulations/suspensions.

2 Des changements apportés en 2005 au système d’information de l’Île-du-Prince-Édouard peuvent avoir une influence sur les comparaisons historiques. À la fin de 2006, l’Île-du-Prince-Édouard a fait des ajustements et révisions à leur base de données qui prend en compte le changement dans les apprentis inscrits reportés au commencement de 2007. En 2007, une augmentation dans les nouvelles inscriptions est, à un certain degré, reliée à la demande de travailleurs qualifiés à l’extérieur de la province. En 2008, des problèmes techniques reliés au système d’information de l’Île-du-Prince-Édouard et des changements apportés au Système d’information sur les apprentis inscrits ont provoqué un sous-dénombrement du nombre d’apprentis.

3 Les données du Québec de 1991 à 2005 ont été révisées, ce qui se répercute également sur les totaux antérieurs du Canada de 1991 à 2005.

4 À partir de 2008, l’information provenant d’Emploi-Québec qui fait partie de tous les métiers rapportés en Québec n’est plus fournie en format agrégé. La déclaration du Québec inclut tous les métiers à l’exclusion des secteurs de l’automobile.

5 En Ontario, des différences peuvent se produire dans les totaux des apprentis actifs reportés de 2006 à 2007. Ceci est le résultat de la préparation et la conversion des données des clients vers la fin de 2006 à la nouvelle base de données relationnelle de l’Ontario et aussi aux procédures de nettoyage des clients inactifs et de l’ajustement du total actif des apprentis inscrits, reporté à 2007.

6 En 2006, des révisions mineures ont été effectuées au code de métiers au Manitoba.

7 En 2008, l’Alberta a regroupé le métier de Préposé d’entrepôt industriel avec les métiers de Commis aux pièces et Préposé aux pièces de matériels tandis que le Métier de manœuvre en construction était exclu. Une caractéristique distincte du Métier de technicien en forage consiste en l’inscription des individus en tant qu’apprentis, mais, alors que leurs certificats sont décernés en tant qu’ouvriers qualifiés («  challengers  »).

8 Les données de la Colombie-Britannique de 2005 ont été révisées, ce qui se répercute également sur les totaux antérieurs du Canada pour 2005.

9 Avant 1999, le Nunavut faisait partie des Territoires du Nord-Ouest.

10 En 2008, la province d’Alberta a déclaré un grand nombre d’apprentis qui ont interrompu leur formation, cette province ayant procédé à une série d’annulations et de suspensions d’apprentis inactifs.

11 Des changements législatifs reliés à Emploi-Québec sont entrés en vigueur en 2008 et 2009. Ces changements ont contribué à la déclaration des nombres des apprentis inscrits.

12 Un ajustement a été effectué pour le métier de Menuisier en Colombie-Britannique. Ce métier est présentement inclus dans le grand groupe de professions de Finition intérieure. Auparavant, ce métier était inclus dans le grand groupe des Charpentiers.

13 Les données de 2010 d’Emploi-Québec comprennent les données des programmes d’apprentissage révisés, où certains des métiers ont été segmentés en plusieurs niveaux. Cette segmentation des programmes d’apprentissage donne lieu à la possibilité que plusieurs inscriptions et achèvements soient liés à un seul apprenti, alors qu’antérieurement une seule inscription et un seul achèvement existaient pour le même apprenti.

14 Le métier de Technicien en électronique (produits de consommation) a été retiré de la liste des métiers désignés Sceau rouge en 2011.

15 Les métiers de Monteur d’installations au gaz (classe A) et Monteur d’installations au gaz (classe B) ont été désignés comme métiers du Sceau rouge en 2012.

16 Des changements dans les règlements provinciaux régissant les métiers reliés à l’eau potable actuellement notifiés par Emploi-Québec, ont entraîné des changements de programme, ainsi que le transfert de la responsabilité de certains de ces métiers au Conseil de la construction du Québec.

17 Depuis 2013, les données de l’Ontario proviennent de deux différentes sources : les inscriptions sont fournies par le ministère de la Formation et des Collèges et Universités de l’Ontario et les certificats émis sont maintenant émis par l’Ordre des métiers de l’Ontario, qui régit l’accréditation de tous les apprentis et compagnons. Un nettoyage de la base de données a été effectué afin de faciliter cette transition, qui a donné lieu à certaines divergences avec les données des années précédentes. Ces changements continuent d’influencer les données à partir de 2013.

18 En 2013, un changement réglementaire est entré en vigueur, qui touche les Monteurs/Monteuses des charpentes en acier ornemental ainsi que les Monteurs/Monteuses d’acier de structure sous la responsabilité de la Commission de la construction du Québec. Les travailleurs de ces deux métiers sont maintenant considérés comme des Monteurs/Monteuses des charpentes en acier. Ces changements influencent également les données de 2014 et de 2015.

19 En 2013, des changements ont été apportés au métier de Mécanicien/Mécanicienne de véhicules automobiles en Colombie-Britannique. Les apprentis n’ont plus besoin d’avoir un certain nombre d’heures de formation obligatoire en milieu de travail à chaque niveau de programme avant de passer au prochain niveau de formation technique. Ces changements influencent également les données de 2014.

20 Les certificats dans le métier Tuyauteur-monteur de conduites de vapeur sous la direction du Conseil de la construction du Québec comprennent également ceux des plombiers.

21 Les métiers Opérateur/opératrice d’équipement lourd (bulldozer), Opérateur/opératrice d’équipement lourd (excavatrice) et Opérateur/opératrice d’équipement lourd (tractopelle-rétrocaveuse) ont été désignés comme métiers du Sceau rouge en 2014.

22 Depuis 2013, le métier de Serrurier/ serrurière de bâtiment est codé dans le regroupement Métallurgistes (autres) plutôt que dans le regroupement « Autre  ».

23 Les ouvriers qualifiés dans les métiers régis par Emploi-Québec représentent les personnes qui ont obtenu un certificat en reconnaissance de leur formation antérieure. Emploi-Québec peut, par exemple, reconnaître la formation dans le cas d’une personne qui aurait un certificat dans d’autres provinces, territoires ou pays, ou d’une personne qui aurait reçu un diplôme d’études professionnelles (DEP) au Québec. Ces ouvriers qualifiés représentent aussi les certifications accordées dans le cadre du processus régulier de renouvellement de la certification requis dans certains métiers.

24 En date d’avril 2014, l’Ordre des métiers de l’Ontario a commencé à faire passer des évaluations d’équivalence de métiers en Ontario. Ces évaluations étaient données auparavant par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle. Pendant ce temps, l’Ordre des métiers de l’Ontario a également organisé des campagnes de promotion et d’application qui visaient à mieux faire connaître ce programme. De plus, des frais d’évaluation ont été mis en place en mai 2015 après qu’on a avisé le grand public. Il se pourrait que ces changements administratifs aient contribué à l’augmentation du nombre d’ouvriers qualifiés dans cette province depuis 2014. 

25 En mars 2014, des changements ont été apportés à l’admissibilité au crédit d’impôt pour la formation en apprentissage en Ontario. Il se pourrait que ces changements aient influencé le nombre d’inscriptions dans certains métiers, y compris ceux du secteur de la technologie de l’information.  

  

Date de modification :